Hollande, un candidat « plutôt dangereux », selon « The Economist »

Publié le 27 Avril 2012


La couverture de l'hebdomadaire "The Economist" (DR)

Pour la deuxième fois en quelques semaines, l'hebdomadaire britannique The Economist revient sur la campagne présidentielle française et prend clairement position contre François Hollande. Fin mars, il raillait une France dans le déni. La charge de son éditorial se porte cette fois contre le candidat socialiste,  jugé "plutôt dangereux" pour la France et pour l'Europe.

A le croire, François Hollande serait "hostile aux changements structurels qui permettraient d'améliorer la compétitivité". Ce qui risquerait de "compromettre la volonté des pays européens de poursuivre des réformes douloureuses essentielles pour la survie de l'euro."

L'hebdomadaire considère que les réponses à la crise apportées par le socialiste sont "pauvres" compte tenu de la gravité de la situation et alors que "certains voisins européens ont dejà lancé de vraies réformes""Il parle beaucoup de justice sociale mais très peu de la nécessité de créer de la richesse", note-t-il par exemple.

En outre, s'il est élu, un scénario probable selon The Economist"François Hollande sera tenu par son parti qui n'est pas réformé et par son électorat qui n'a toujours pas compris l'urgente nécessité de faire des réformes""Rien dans les mois passés ou encore dans l'histoire de M. Hollande à la tête du parti socialiste ne montre qu'il aura le courage de déchirer son manifeste pour changer la France", ajoute l'éditorial. "Et la France est dans un état bien plus fragile que lorsque François Mitterrand est arrivé au pouvoir en 1981. Cette fois, la réponse des marchés risque d'être brutale avec en prime des conséquences sur les pays voisins."

The Economist reconnaît un élément positif au programme de Hollande : le refus de"la politique de discipline budgétaire trop rigide voulue par l'Allemagne, qui empêche toute possibilité de croissance dans la zone euro". Mais, ajoute le journal, il est contre pour de mauvaises raisons, notamment pour ne pas avoir à procéder à des réformes structurelles. Quant à Nicolas Sarkozy, l'hebdomadaire explique qu'il voterait pour lui. "Non pas pour ses mérites mais pour faire barrage à François Hollande."

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Marie-claire Muller 28/04/2012 19:31


Alain Juppé veut-il faire
perdre Nicolas Sarkozy ?



Réactions (2)







Share on
facebook Share on
print Share on
email Share on
twitter More Sharing Services 5


28/04/2012 – 08h30
BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux) – Ce n’est un
secret pour personne, le maire de Bordeaux est hostile au positionnement du président de la République. Hostile à la place prise par le conseiller Patrick Buisson, hostile à la campagne de
droite menée depuis plusieurs semaines, et enfin hostile à la main tendue aux électeurs de Marine Le Pen.


Dernier exemple en date sur RTL, Alain Juppé, qui se prépare à la défaite de son camp, déclarait « si Nicolas Sarkozy perdait, nous serions un certain nombre à tout faire pour que l’UMP
garde sa cohésion », provoquant la fureur de ce dernier : « il ferait mieux de se concentrer sur le second tour, on est exactement dans ce qui n’intéresse nullement les Français
». Conformément à ses convictions proches du centre-gauche, le ministre des affaires étrangères avait déjà provoqué une polémique interne en suggérant il y a quelques jours, lors d’un entretien
au Figaro Magazine, la nomination de François Bayrou au poste de premier ministre !


Pour les conseillers de l’UMP, la réserve de voix est à droite. Il faut donc notamment tenir un discours ferme (à défaut d’actes) sur l’immigration, les valeurs et le protectionnisme. Ces
valeurs révulsent pourtant Alain Juppé, qui avait déjà fortement critiqué le débat sur l’identité nationale. Lors du premier tour, Bruno Dive, journaliste au Sud-Ouest, rapportait qu’au siège
du PS, « tous les leaders de l’UMP sont hués quand ils parlent à la télé. Sauf Juppé, écouté dans un silence respectueux » !


Alain Juppé avait lui-même confirmé se sentir plus proche du Parti socialiste que du Front national. En mars dernier, lors du second tour des élections cantonales, le maire de Bordeaux appelait
à voter pour le candidat de gauche dans les duels avec le FN : « le Front national ne doit bénéficier d’aucune de nos voix ».


« Le meilleur d’entre nous », faute d’avoir un sens politique aigu, (un positionnement de Nicolas Sarközy sur une ligne centriste l’aurait à coup sûr éliminé du premier tour) risque pourtant de
connaitre une fin de carrière proche. Ses jours au ministère des affaires étrangères sont comptés, et dans une ville où la gauche est maintenant majoritaire, sa reconquête du poste de député au
mois de Mai, ainsi que les municipales de 2014, risquent de sonner le glas de sa carrière.
[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve
de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

Marie-claire Muller 28/04/2012 18:44




Fwd : Faites passer !!!‏


















Bulletins | 16:25







Répondre   ▼


 


 


 


 


 





























 Institut pour la justice












Planifier le nettoyage


À mcmuller25@msn.com





Si vous avez des difficultés à visualiser ce message correctement, cliquez-ici






Chers amis,


Le policier qui a neutralisé dimanche dernier le braqueur en cavale Amine Bentounsi a été MIS EN EXAMEN POUR HOMICIDE VOLONTAIRE.


Ce père de famille a été suspendu de ses fonctions, et son salaire risque d'être divisé par deux.


C'est ce que nous redoutions. Mais jusqu'au bout, nous avons voulu croire que la Justice n'allait pas oser le faire.


Et voilà que si !!


Mais savez-vous exactement qui était Amine Bentounsi ???


Voici son portrait, publié dans le journal Le Parisien le 27 avril 2012 :


«  A 13 ans, Amine Bentounsi était le plus jeune incarcéré de France, après avoir multiplié des vols avec violence. Sa vie n'aura été qu'une succession d'allers-retours en
prison. En septembre 1994, notre édition Seine-et-Marne du Parisien titrait « La terreur du quartier n'a que 12 ans ». Il avait alors déjà cambriolé les locaux de l'Opac -
l'office HLM -, volé des voitures, agressé deux employées d'un centre social, battu une voisine avec un cric pour lui voler son magnétoscope. (...)


« Il était ingérable, se souvient un animateur. (...) Une fois, il a volé le scooter d'un collègue et a tourné en furie quand on est venu le récupérer. » Une enseignante du quartier se
rappelle qu'Amine avait été renvoyé en Algérie, chez sa grand-mère, pour calmer sa dérive : « Il était revenu après avoir brûlé sa maison, ses parents n'ont jamais pu le remettre sur le
droit chemin. »


« A 19 ans, Amine escalade à la corde la façade du bâtiment Bleuet, à Collinet, pour braquer le siège de l'Opac. (...) La cour d'assises lui inflige dix ans d'interdiction de séjour
à Meaux et quatre mois de prison. Quelques mois plus tard, en octobre 2001, il participe au spectaculaire braquage de la poste de Collinet, qui s'est soldé par une fusillade sur des
policiers, au milieu des passants. (...)


« En août 2005, il a braqué avec deux complices le magasin Champion de Saint-Pathus, avec séquestration d'employés. Ce sera sa plus lourde condamnation : dix ans de réclusion,
prononcés en 2007. (« Amine était une tête brûlée, un manipulateur », Le Parisien du 27 avril 2012).


C'est donc cet individu ultra-dangereux qui s'est retrouvé face à des policiers, un revolver chargé à la main, dimanche dernier.


Le journal Ouest-France raconte :


« Amine Bentounsi, se serait retranché entre deux voitures avant de braquer un revolver à 6 coups de calibre 35 en direction du policier à pied. Ce dernier aurait fait usage de son
arme à quatre reprises en situation de légitime défense, selon lui. L'arme de la victime a été retrouvée avec le barillet plein. »


Et pourtant, un juge a décidé de le poursuivre pour HOMICIDE VOLONTAIRE.


Alors que les premières enquêtes indiquent que la balle a ricoché, et que c'est donc la raison pour laquelle le voyou a été touché dans le dos. Le policier ne lui aurait jamais tiré dans le dos ; selon son avocat.


Cette décision de Justice vous vise personnellement, ainsi que moi-même, et tous nos concitoyens.


En effet, poursuivre les policiers qui ne font que leur travail et se défendent en essayant d'arrêter les délinquants dangereux, est une atteinte
directe à notre droit le plus fondamental :


Celui de vivre sans être menacé par des malfaiteurs, et d'être protégé par les forces de l'ordre !!


Mais ce que beaucoup de Français ignorent, c'est qu'une minorité active de magistrats a décidé de prendre parti pour les criminels contre les
forces de l'ordre chaque fois que cela leur est possible.


Ils multiplient les remises en liberté de récidivistes, au point d'exaspérer la police et de faire peser une terrible menace sur tous les citoyens.


En revanche, ces mêmes magistrats poursuivent impitoyablement les gendarmes et policiers qui
s'avisent de faire leur travail !



le 30 septembre 2009, un magistrat met en examen un policier qui avait tiré au flash ball sur un manifestant qui lui lançait des pavés, à Montreuil (Seine-Saint-Denis) ;


le 4 mai 2010, un magistrat met en examen et





Roger Korda 28/04/2012 17:25


                                                                           
Marseille, le 25 avril 2012


 


                                  
Appel à Marine Le Pen


                              Pour un
report des voix du FN


                                
     à   Nicolas Sarkozy


 


Dimanche 22 avril, près de 18% de français vous ont accordé leur confiance et avec raison.


Vous seule, Marine avait eu le courage de parler des problèmes que l’immigration a entrainé avec l’implantation de la Sharia sur notre propre sol.


-Viande Hallal


-Construction ininterrompue de mosquées


-Tenue vestimentaire musulmane avec voile


-Augmentation des violences aux biens et aux personnes, vandalisme au mobilier urbain, vol de voitures avec agression


-Trafic en tous genres, drogues, armes, menaçant la jeunesse de France, infestant des cités entières


 -Meurtres, règlements de compte innombrables ensanglantant la rue


-Il devient dangereux d’avoir des bijoux, colliers, sacs, de sortir avec


-Il est périlleux d’avoir un commerce agressé de jour comme de nuit


En vous écoutant défendre les dossiers de la gouvernance française, il serait éminemment dommageable de laisser tout cet acquis inutilisé sans en faire bénéficier le Président issu des élections,
de gré ou par la force de la volonté exprimé des électeurs.


La gauche se tient en embuscade pour réaliser ses derniers assauts contre notre civilisation :


 -vote des étrangers,


 -régularisation de tous les sans papiers actuels et les masses futures  innombrables attirées par la pompe aspirante socialiste,


 -associations musulmanes bidon, créées pour la circonstance gavées de subventions issues des détournements de fonds publics sous gestion socialiste


Les socialistes ont récemment voté contre le projet de loi présenté par l’UMP consistant à expulser tout étranger délinquant condamné à plus de 5 ans de prison, démontrant ainsi jusqu’où leur
forfaiture pouvait aller.


La droite gouvernementale est coupable, on le sait. Elle est allée très loin dans la félonie, la haute trahison de nos valeurs républicaines, de laïcité et de nos libertés.


Mais la gauche est pire, bien pire.


Elle a une stratégie idéologique fortement ancrée de destruction, de saccage de notre société judéo-chrétienne.


Cette stratégie destructrice est en communion avec les ordres, les fatwas de la Ligue Arabe et de l’Organisation de la Conférence islamique (l’OCI) pour conquérir l’Europe en établissant la loi
coranique, la Sharia dont de larges éléments sont déjà présents chez nous, à notre corps défendant.


De deux mots, on choisit le moindre dans la logique populaire.


Pour barrer la route à Hollande, l’ami de Mélanchon, l’insulteur public, il est vital que pas un des votes du FN ne manque à Nicolas Sarkozy.


Cela réduira de plus, d’une manière drastique les grotesques attaques de certains courtisans veules, élus de droite contre le FN et sa diabolisation.


Je sais, nous avons à affronter du cynisme intéressé plutôt que de réelles convictions.


Mais la politique patriotique du FN s’imposera d’autant plus  dans les esprits qu’ayant participé au sauvetage de la droite.


On attire les gens avec du miel plutôt qu’avec le fiel.


Dans notre mentalité chrétienne, le désir de vengeance et de haine nous est étranger.


Dans le christianisme qui est notre culture depuis 17 siècles, les coupables doivent se repentir. Ensuite il y a la rédemption. Il faut convaincre et non contraindre, n’est-ce pas Marine ?
Il y a de tout à l’UMP.


L’exemple, la moralité perdue par les élus doit venir des rangs du FN


C’est ce qu’attendent de vous les électeurs et les militants du Front.


Ne les décevez pas, Marine.


Accordez les voix de vos électeurs à Nicolas Sarkozy pour éviter la catastrophe gauchiste et le chaos.


Merci d’y réfléchir


 


 


 


 


 


 

Marie-claire Muller 28/04/2012 15:46


Le vote en faveur de Nicolas Sarkozy dépasse largement le clivage « gauche-droite » qui ne signifie plus rien.
La campagne présidentielle permanente voulue par le péhesse, qu’on ne peut classer à gauche,pas plus que Bayrou, d’ailleurs, vise à conquérir le pouvoir, à « être aux affaires » comme
clamait le candidat empêché DSK.


Cette fois, il ne s’agit pas de décider à la place des Français, mais de gouverner pour eux. Il s’agit de la sauvegarde de la République, de la survie de la Nation France.
Le dernier exemple en date de cette obligation civique et citoyenne de ne pas s’abstenir mais d’ALLER VOTER pour Nicolas SARKOZY est l’inculpation par la justice péhessse d’un policier pour
« homicide volontaire ».
Poursuivant le 25 mars un multirécidiviste en fuite, aux onze condamnations, le policier a fait usage de son arme de service, blessant mortellement le fuyard.
Guéant a réagi en « déplorant » cette injustice de la justice, ajoutant qu’«il n’y a pas un policier de France qui tue de sang-froid quelqu’un, ça n’est pas possible».
Cette pâle réaction du ministre lui a valu une réplique cinglante du syndicat péhesse de la magistrature : « Ça serait bien que Claude Guéant reste à sa place. Il est ministre de
l’Intérieur..! »
Selon le péhesse, le ministre de l’intérieur n’a pas à s’occuper de la sécurité des citoyens et encore moins à organiser la police.


Voià où nous en sommes après cinq années de faiblesse de nos institutions et l’on n’ose imaginer ce que fera le péhesse si hollande était par malheur élu.
Les policiers de Seine Saint Denis les plus exposés aux violences n’ont de cesse de dénoncer les remises en liberté «incompréhensibles» de malfaiteurs souvent chevronnés par une justice qui
combat la police bien plus que les malfrats.
« Des dealers arrêtés en flagrant délit que l’on remet dehors en cinq jours, alors qu’ils ont été pris en possession de dizaines de kilos de cannabis, là c’est l’un des plus gros caïds de La
Courneuve qui sort de prison pour fêter Noël en famille, au bénéfice d’un cafouillage judiciaire, et qui ne tombera à nouveau qu’après de longues semaines de planque », dit un commissaire de
police du 9.3 qui ajoute «On a l’impression de labourer la mer.»


Nous n’avons pas le droit moral de laisser faire le péhesse!


Sans l’épée de damoclès de la réélection qui rend veules et indécis TOUS les présidents, Sarko réélu fera peut-être quelque chose pour défendre notre pays , cette fois?


Commentaire copié sur DREUZ


 


A mon humble avis il faut déloger les gôchistes qui dirigent la magistrature vu leurs actes anti républicain et la mise en danger des citoyens et de la police occasionnée par leur dénie de la
réalité et leur OPPOSITION  SYSTEMATIQUE au bon fonctionnement de la justice qu'ils sont sensés représentés.

Claude Germain V 27/04/2012 16:11


Finalement la meilleure des raison de voter contre Hollande en faveur du voyoux menteur .Cela permettre d'attendre les autres votes ..........