Hommage à Jeanne d’Arc : climat sectaire et gerbe saccagée à Puteaux - par Gérard Brazon

Publié le 13 Mai 2014

Le deuxième dimanche du mois de mai est, depuis l’élection de la chambre bleue en 1919, la fête de Jeanne d’Arc, celle des « patriotes ». Elle devint par la volonté du parlement, la deuxième fête nationale avec le 14 juillet. Tous les patriotes depuis, rendent hommage partout où ils le peuvent à Jeanne d’Arc et à la résistance.

Gérard Brazon interview3 Par Gérard Brazon - Certes, ce ne fût pas toujours facile compte tenu des « forces de progrès » la plupart anticléricales qui voyaient en Jeanne d’Arc, laSainte Chrétienne avant de voir la Résistante qu’elle était à l’occupant anglais. De ce fait, les hommages à Jeanne d’Arc furent quelque peu oubliés sous la pression de la gauche « humaniste, moraliste et donneuse de leçons »

Dans ma bonne ville de Puteaux, cet hommage fut repris grâce à quelques entêtés qui jamais ne cédèrent sur l’essentiel. La loi devrait s’appliquer partout disent-ils. Les drapeaux devraient être aux murs de chaque édifice de la ville. Les autorités municipales devraient inciter aux pavoisement des balcons et fenêtres des citoyens. Au lieu de cela, ce fût des invitations entres amis, entre associations d’anciens combattants. Je rends d’ailleurs hommage à l’un d’eux et que sa modestie me pardonne. Je salue Guy de Veau de Sancy, royaliste putéolien, ancien combattant, ancien conseiller municipal dans cette ville, qui mit et met encore, toute son énergie à ce que cette fête ait toute sa place à Puteaux et en France.

Donc, ce dimanche 11 mai, deuxième dimanche, nous étions venus rendre hommage à Jeanne d’Arc, au nom du RBM-Front National. Nous avions notre gerbe avec deux bandeaux. L’un au nom de Jeanne et l’autre à celui du RBM-FN.

Hommage à Jeanne d'Arc à Puteaux -2

Le moins que l’on puisse dire, est que l’accueil fut froid si ce n’est glacé. Nous étions une petite dizaine et nous fûmes reçus non pas comme un cheveu dans la soupe, mais comme une perruque dans la soupière.

Des « officiels » venus d’associations d’anciens combattants subventionnés, sont venus nous expliquer pourquoi nous n’étions pas les bienvenus dans cette commémoration à notre Jeanne d’Arc, celle de tous les Français.

Le « chef de la police municipal » est venu lui aussi, nous expliquer l’inquiétude de tous les officiels présent, et particulièrement celle de Madame le Maire UMP-UDI Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Il est aux ordres, sinon pourquoi serait-il venu ? Il nous pria clairement d’attendre la fin de la cérémonie officielle. Nous n’étions pas invités…

Pourquoi aurions-nous cherché à faire scandale d’ailleurs ? A nous immiscer dans une organisation qui n’était pas la nôtre ?

Contrairement aux associations présentes, nous ne sommes pas subventionné, notre gerbe fut payée avec le don d’un de nos militants. La municipalité ne nous avait pas invités à participer ? Quelle importance puisque c’est une fête nationale où chaque Français peut venir comme il le souhaite ? Les panneaux lumineux de la ville encourageaient d’ailleurs la présence des citoyens. C’est une fête publique. Bien entendu, nous ne serions pas venus à l’apéritif qui suivait la cérémonie au frais des contribuables. J’ai répondu à ce chef de la police que nous n’étions pas là pour faire de la politique, mais pour rendre notre hommage à Jeanne d’Arc, l’icône de la résistance. Dont acte.

Nous nous sommes mis en retrait et nous avons attendu la fin de la cérémonie "officielle" . Ce n’est qu’après que nous avons déposé notre gerbe et que nous rendîmes à Jeanne l’hommage des patriotes du Front National de Puteaux.


Hommage à Jeanne d'Arc à Puteaux -7

Mais peu après notre cérémonie, peu de temps après notre départ, nous fûmes alertés par le voisinage proche. Des soudards, des pseudos « résistants », des « patriotes » d’eau douce saccageaient notre gerbe, notre hommage. Pour eux sans doute, l’hommage des militants du Front National n’avait pas lieu d’être.

Nous avons retrouvé les bandeaux dans les poubelles avoisinantes. Honte à ceux qui ont commis ce sacrilège.

Gerbes Jeanne d'Arc3Gerbes Jeanne d'Arc4

Nous sommes attristés par cette action lamentable qui place le refus d’une action d’hommage au-dessus de la pensée à Jeanne d’Arc. Ces petites gens, ces nains de la politique, ces misérables qui ont sans doute ricané lors de leur forfait, ne réalisent pas l’ignominie de leur geste de destruction.

Ce n’est pas un geste contre le Front National qu’ils ont commis, c’est une insulte à tous les patriotes morts pour la France. Tous les anciens combattants y compris les présents ce jour, ont été insultés. Plus grave, je suis désespéré à l’idée que les auteurs puissent faire partie de ceux qui ont chanté la « Marseillaise » peu de temps auparavant.

Je suis effondré à l’idée que ces personnages ignobles se soient acharnés sur un hommage venu du cœur et fait par d’autres patriotes. Il y a des instants sacrés que tous, nous devons respecter en dehors de nos engagements politiques. Celui-ci en fait partie.

Voilà où nous en sommes dans ce beau pays de France. J’ai envoyé un écho de ces faits lamentable, une tribune pour Puteaux-Info, mais je doute qu’elle soit publiée dans le journal de la municipalité qui nous parle souvent de la liberté d’expression, mais refuse toute communication sur son journal autre que mensuelle, dans la rubriquetribune de l’opposition et ne dépassant pas 683 signes espaces compris. Une demie-page à partager entre les quatre partis de l’opposition municipale.

Ainsi va la vie politique et associative à Puteaux dans le respect bien entendu des libertés publiques. Effarant.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

pouf 14/05/2014 07:27


Ce que vous décrivez, là, c'est le "bien vivre ensemble", la démocratie à la française...vous savez...la France, le pays des droits de l'homme, du respect d'autrui,etc..ce dont on se gargarise
sans cesse... La tolérance : fini et cela se comprend car à force de prendre des coups, on finit par ne plus supporter l'autre...


Ce qui est bizarre, c'est que tous les manquements à la démocratie viennent des socio-gauchos-umpistes...