Benyamin Netanyahu et François Hollande : Hommage aux victimes de l'école Ozar Hatorah

Publié le 2 Novembre 2012

Netanyahu et Hollande à Toulouse pour un hommage aux victimes de Merah, tandis que les familles des victimes demandent une enquête parlementaire

r-HOLLANDE-MERAH-TOULOUSE-large570.jpg

François Hollande et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont rendu hommage jeudi 1er octobre aux quatre victimes juives de Mohamed Merah, dans un discours marqué par une volonté d'unité de part et d'autre. Ils ont assisté jeudi à Toulouse à une cérémonie au collège-lycée Ozar Hatorah, où trois enfants et un enseignant ont péri sous les balles du tueur au scooter le 19 mars dernier.

Sept mois après le drame, les deux hommes sont venus à la rencontre d'une communauté encore traumatisée. Mercredi à Paris, François Hollande avait reconnu que l’antisémitisme existait en France et assuré de sa détermination à "pourchasser, poursuivre, éradiquer" ce fléau. Benjamin Netanyahu, en campagne pour les élections législatives anticipées de janvier 2013, a appelé la communauté israélite française à s'installer en Israël et apprécié la détermination de Paris à lutter contre l'antisémitisme. Les deux hommes ont abordé mercredi à Paris la question iranienne et la relance du processus de paix israélo-palestinien

Lire aussi : Hollande et Netanyahu se disputent les juifs de France.

Cette visite conjointe est "un message très fort d'unité contre cette menace qui pèse sur toute l'humanité", avait salué la présidente en Midi-Pyrénées du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Nicole Yardeni. La représentante du CRIF à Toulouse juge que Benjamin Netanyahu "est dans son rôle d'exprimer cette position tout à fait classique, ayant pour mission de réunir les Juifs en Israël", puis affirme: "L'avant-dernier des pires cauchemars d'un Juif, c'est qu'il soit obligé de quitter le pays dans lequel il vit car il a cessé d'être démocratique. Mais le pire cauchemar, c'est qu'il n'y ait plus Israël pour l'accueillir".

La cérémonie de Toulouse, prévue à 13h30, a débuté peu avant 14 heures. Elle a rassemblé des élèves, leurs parents et le personnel de l'école rebaptisée Ohr Torah après la tuerie, des responsables de la communauté juive de la ville, et des élus. Des mesures de sécurité exceptionnelles avaient été prises. La circulation sur le périphérique toulousain a été suspendue au passage des deux convois entre l'aéroport et le quartier de la Roseraie, où des rues ont été bouclées et vidées des véhicules garés aux abords de l'établissement.

 Le Premier ministre de l'Etat hébreu devait ensuite s'entretenir avec des représentants communautaires. C'est la première fois qu'un Premier ministre israélien se rend à Toulouse. Lors des obsèques à Jerusalem des quatre victimes juives de Merah, Benjamin Netanyahu avait promis de rendre visite à la communauté juive toulousaine, la quatrième de France avec 20.000 membres, dont de nombreux sépharades d'Afrique du Nord.

Une centaine de militants pro-palestiniens ont manifesté mercredi soir à Toulouse pour critiquer ce qu'ils considèrent comme la "politique de colonisation" du Premier ministre israélien, et dénoncer sa visite en France . (Huffington Post)

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 02/11/2012 11:51


Je suis d'obédience chrétienne non pratiquant mais profondément admiratif depuis toujours, de ce petit peuple qui est un exemple de courage, fraternité, de convictions et d'ouverture. Ceux qui
soutiennent les revendications meurtrières des arabes vis à vis d'Israël ne sont que de pauvres imbéciles et des ignares tarés.

yves IMBERT 02/11/2012 11:02


'est bien mais ce qui m'exaspère c'est que quand il s'agit de chrétien c'est le silence complet des sous merdes au pouvoir