Huit familles au centre et à droite. On n'est pas sorti du gouffre - par Gérard Brazon

Publié le 11 Avril 2011

           Il paraît qu’il y a huit familles de la droite et du centre en France. Borloo, Morin, Villepin, Bayrou, pour les centristes ! Copé, Boutin, Dupont-Aignan et De Villiers pour la droite.

           La grande interrogation est que peuvent-ils apporter ?  La mienne est, qu’ont-ils apporté ? Sauf erreur, ils ont tous été au pouvoir en tant que Ministre.

           En France, la vie est faîte de cette manière. Une fois au pouvoir, on se dépêche d’oublier les promesses. Comment donc des femmes et des hommes se révéleraient-ils meilleurs dans ce qu’ils auraient à apporter demain?

 

         Prenons Jean Louis Borloo au hasard. Neuf ans de présence gouvernementale. Il serait l’auteur du Grenelle de l’environnement. Mais il avait donné son accord aux pétroliers pour la recherche de gaz de schiste en France.  Comme c’est devenu très impopulaire mais surtout dévastateur d’un point de vue écologique, il rétro-pétale et dit qu’il ne savait pas. Alors même qu’aux Etats-Unis, des hectares et des villes sont désormais empoissonné par les exploitants. On peut voir un film ou un américain, pour la démonstration, allume le gaz dans son lavabo. Le sol est piqué de sonde.  Le sous sol empoissonné de produits chimiques sans compter les nappes phréatiques.

      Cela ne date pas d’hier, il lui aurait suffit de s’informer sur les pays qui pratiquent ces méthodes d’extraction de gaz. Mais Jean Louis Borloo se réservait sûrement pour sa sortie du gouvernement.

          Prenez Hervé Morin. Illustre inconnu hier. Amis de François Bayrou. Il le quitte pour devenir Ministre de la défense. Il doit tout à Nicolas Sarkozy. Son poste, sa carrière. Il quitte le gouvernement et le voilà grognon. C’est pour la France qu’il prend ses distances avec Nicolas Sarkozy. On va le croire bien sûr. La fidélité en politique, Hervé Morin ne connaît pas.

            Dominique de Villepin classé parmi les centristes ? Etonnant et pourtant, ce n’est pas faux ! Il a écrit les « Cents jours de l’Empereur Napoléon 1er » mais il n’ait pas pour autant, un Bonapartiste. Il fût le premier des ministres de Jacques Chirac. Il n’a pas marqué les esprits hormis ceux des étudiants qui avaient demandé sa tête. Mais ce n’est pas là ou il marque le plus de points. Directeur de Cabinet de Jacques Chirac en 1997, c’est lui qui proposa au Président de dissoudre l’Assemblée Nationale qui était pourtant entièrement à droite. Nous avons eu grâce à cette bonne idée cinq de socialisme jospinien. Bravo Dominique !  Fais-nous plaisir, oublis-nous !

 

           Christine Boutin n’a pas marqué grand-chose. Aucune présence. On sait seulement qu’elle est dans la même mouvance de ces cathos dhimmisés.

 

         Nicolas Dupont-Aignan ancien souverainiste est dans la recherche, comme Philippe de Villiers, de perdurer. Leurs deux mouvements, chacun à leurs manières, pourraient avoir une place dans un avenir prochain. Pour cela, il faudrait qu’ils renoncent à leurs égos et acceptent de se mettre autour d’une table de négociations pour établir un programme commun et de mutualisation des moyens.

         Alors oui, Nicolas Dupont-Aignan a l’avantage par rapport à Philipe de Villiers de n’avoir jamais été dans la mouvance de l’UMP. Mais sera-t-il le meilleur pour incarner cette droite nationale et souveraine que beaucoup de français réclament devant la montée de l’immigration et de son corolaire, l’islamisation ?


         Jean François Copé  pense avoir réglé le problème de la laïcité. Dommage s'il croit vrai ce qu'il dit penser. Je le crois assez intelligent pour qu’il ne montre en fait qu’une satisfaction de façade. Au premier Procès-verbal sur une niqabiste ou burquinabiste provocatrice, on constatera le bien fondé d’une loi qu’il a voulu à toute force pour faire plaisir aux militants qui penchaient du côté du FN.


          Pour ma part, je suis convaincu que la France est à droite. Si la gauche devait prendre le pouvoir en 2012, ce sera par défaut. Par manque de courage politique des uns et l’attrait de bonnes places juteuses pour les autres (voir les centristes qui brouteront l’herbe rose ou verte).

 

          Il y a une vraie droite à construire. Une partie se trouve du côté de l’UMP avec les sympathisants de la droite populaire, celle de DLR, celle du MPF et celle du FN façon Marine Le Pen. Avant que ces droites nationales décident de se parler librement, espérons qu’elles seront au moins s’écouter et s’entendre car c’est de la France qu’il s’agit. Au-delà des clivages idéologiques.

          La France doit rassembler tous les politiques qui la portent dans leur cœur. Il sera temps ensuite de parler des divergences forcément secondaires compte tenu de l’urgence. Compte tenue de l’avancée de cette lèpre qu’est l’islamisation de notre pays.


          Il nous faut nous rassembler. Toutes ces droites, Populaires, MPF, DLR, FN doivent abandonner ces querelles indignent face au danger principal. Au moins, mesdames et messieurs, rencontrez-vous, parlez-vous ! Secrètement ou non dans un premier temps, mais ne laissez pas notre pays s’enfoncer dans le néant car vous aussi alors, en seriez responsables.

Gérard Brazon

 

     Sur ce blog, tous mes textes sont libres d’accès. Ils ne sont pas protégés par copyright. Le combat des idées nécessite cette liberté de copier et de diffusion. Pour autant, par simple respect, il vous est demandé de citer l’auteur des articles et de mettre en liens le site. Merci d’avance. Gérard Brazon / http://puteaux-libre.over-blog.com

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

brazon james 11/04/2011 16:27



j'ai bien lu ton  analyse,et , je partage certain point de vue,mais,comment ne pas se poser des questions,quand on voit le présent,il faut avouer que ce n'est pas reluisant,surtout avec
toutes les charges que l'on nous met sur le dos. pendant que certain P.D.G empoche en une année,215 ans de travail d'un ouvrier moyen? où est la normalité? pour moi c'est simple,la
politique  ADIEU



Gérard Brazon 11/04/2011 16:46



Ce serait trop simple s'il suffisait de dire "Adieu"! Adieu à quelque chose qui pourrait ne plus avoir de conséquences. Mais il est par définition impossible de dire "Adieu" à quelque chose qui
influe ta vie en permanence. Tu peux oublier la politique, la politique ne t'oublie pas. Chaque jour, elle détermine ton environnement, ta vie, ta famille, tes revenus, tes impôts, ta monnaie, ce
qu'il en reste à la fin du mois,  ton avenir et même ton passé en modifiant les manuels scolaires. La politique c'est le sang de la société. On peut se faire transfuser mais jamais vivre
sans le sang. Même si on peut considérer aussi que ce sang est malsain ou virusé. Alors le "Adieu" c'est une prière, une illusion. Cela ne sert à rien mais peut faire du bien sur l'instant. Bien
à toi.