Hypercrise en France. Par Charles Debbasch

Publié le 18 Février 2013

ECONOMiE : DECLIN EN EUROPE,MARASME EN FRANCE

par Debbasch Charles, dimanche 17 février 2013, 09:03 · 
 

 

La crise économique ne s’améliore pas en Europe. Elle s’aggrave en France.

 

CRISE EUROPEENNE

Depuis la fin 2012, l’économie européenne est entrée en récession.

Selon l'office européen des statistiques Eurostat, le Produit intérieur brut de la zone euro a reculé de 0,6% au quatrième trimestre 2012.

L'économie allemande s'est davantage contractée qu'attendu au dernier trimestre de 2012.Les Pays-Bas sont entrés en récession au quatrième trimestre avec un PIB en baisse de 0,2%. L'économie italienne s'est contractée plus que prévu (-0,9%). En Grèce, le PIB a chuté de 6%.

La croissance en zone euro sera nulle en 2013 et plus mauvaise qu'attendue en 2014, avec une hausse du PIB de 1,1% contre 1,3% attendu jusqu'ici.

La faiblesse de la consommation et un commerce extérieur fragile  semblent en cause alors qu’un euro trop fort pénalise les entreprises européennes.

 

HYPERCRISE EN France

Le chômage ne cesse de s’aggraver en France. Plans sociaux et  fermetures d’usines se succèdent.

Pour l’OCDE, le coût du travail en France reste élevé et réduit les possibilités d'emploi, en particulier pour les travailleurs jeunes et peu qualifiés. L’OCDE recommande de «laisser diminuer le coût minimum du travail par rapport au salaire médian, en particulier pour les jeunes». À moyen terme, il faut «alléger encore les cotisations de Sécurité sociale tout en réduisant les dépenses publiques et les dépenses fiscales inefficientes».

La  France «doit réformer l'indemnisation du chômage de façon à ce qu'elle soit généreuse à court terme puis dégressive dans le temps, et plus limitée pour les chômeurs âgés». Le manque de concurrence dans l'économie française, est considéré  par l'OCDE comme un frein «à la productivité et à l'emploi».

La Cour des comptes vient avec clarté de pointer du doigt les insuffisances de la politique gouvernementale. L’effort à faire devrait être double : réduire la dépense publique et augmenter le s impôts .Mais, comme le dit Didier Migaud : « L’effort porte aux trois quarts sur l’augmentation des prélèvements   obligatoires et pour un quart  sur le freinage des dépenses. Il doit être rééquilibré. »

Dans ces conditions, l’inquiétude de la population grandit et l’immolation par le feu d’un chômeur à Nantes sonne comme un avertissement.

Charles Debbasch

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

Marie-claire Muller 18/02/2013 17:59


Certaines de nos entreprises se défendent vaillamment contre l'islamisation des entreprises :


> Objet: Un chef d'entreprise en Périgord...qui mérite un peu de votre temps pour être lu..
> >
> >


 


 


 


 


 


 


Charles Martel arrêta
les Arabes à Poitiers.... et moi à la porte de mon entreprise !


 


 


 


 


 


 


De retour de l'étranger où j'ai passé une longue partie de ma vie, j'ai repris une petite société qui venait de fermer pour
insuffisance d'actif, dans mon Périgord natal
> > > Après avoir rencontré le maire, le sous-préfet (on se demande pourquoi ?), la cession était presque
terminée et je m'apprêtais à reprendre le flambeau. Tous les employés (une vingtaine) avaient été licenciés par l'ancienne direction dans le cadre de la liquidation et il ne me restait qu'à
confirmer quelques contrats clients, mettre à niveau le matériel et réembaucher du personnel.
> > > Nous recherchions un ingénieur informatique pour travailler sur une bébête efficace mais pas toujours
simple et nécessitant des connaissances solides
> > > Par ailleurs, nous recherchions également des employé(e)s de laboratoire.
> > > Plus de 200 CV arrivent et avec une collaboratrice, on se met à trier. Nous convoquons les personnes pour
test et entretien en spécifiant que les embauches ou les refus seraient signifiés par courrier dans les 10 jours.
> > > Les tests se passent, employés et ingénieurs et tout va bien. Le petit patelin est tout content de voir
une activité reprendre et j'avoue que l'accueil est particulièrement agréable. Surtout que si cela redémarre bien, l'augmentation de personnel sera évidente ! Bref, la vie était belle, pour les
employées qui trouvaient un espace pour regagner dignité et foi en l'avenir, et pour moi qui me réjouissais d'avoir des gens aimables, motivés. Pas chiants en quelque sorte !
> > > Les embauches terminées, jeune ingénieur compris ayant fait trop heureux de trouver un poste au pays, tout
allait bien !
> > > Un jour, vers 10 heures, alors que nous n'étions pas encore en production, mais en formation et tests,
arrive une BMW avec deux mecs en costume cravate et un enturbanné. Ils insistent fortement auprès du gardien pour rentrer et se garer dans la cour.
> > > Rien n'y fait, le gardien est un ancien légionnaire à qui on ne conte pas fleurette. Ça commence bien
!
> > > Les trois hurluberlus se garent à l'extérieur et entrent à pied. Ils se présentent au secrétariat comme
étant les « représentants de personnels ». La secrétaire, soupçonneuse, leur demande d'attendre et m'avise. Mais elle m'avise aussi que certains chefs d'entreprises de la région ont reçu des
menaces s'ils n'embauchaient pas des musulmans. Elle me conseille d'enregistrer la conversation et elle demande au gardien de venir se placer près de la porte, prêt à
intervenir.
> > > Je reçois les zoizeaux qui se présentent comme les représentants des « salariés d'origine musulmane »
d'Aquitaine.
> > > Dialogue (morceaux choisis)
> > > - Et vous, qui êtes-vous ?
> > > - Le patron !
> > > - Mais plus précisément...
> > > - Le patron d'une petite société qui est pressé ! Je vous écoute...
> > > - Vous venez de procéder à des recrutements de
personnels...
> > > > > > > > > > C'est bien ça
?
> > > (No comment, je n'ai pas à commenter mes occupations avec qui que ce soit !)
> > > - Nous avons entendu dire qu'il n'y avait aucun employé de
confession autre que chrétienne dans votre entreprise.
> > > - Exact, il n'y a pas non plus d'employés communistes, ni chinois, ni sénégalais..., mais avant la race,
la couleur ou la religion, il y a des employés qui ont envie de travailler, qui me conviennent... Et lorsque je recrute, je regarde l'expérience et pas la religion !
> > > - Donc, vous êtes contre les étrangers
?
> > > - Je considère, cher monsieur, que dans un village de 3000 habitants, alors que toutes les entreprises ont
fermé (dont certaines pour aller s'implanter chez vous), il serait anachronique d'embaucher en dehors du village des gens qui n'ont aucun lien avec la région. Je donne donc la priorité aux gens
qui en ont besoin et dans ce cadre, ce sont les gens du village ! Et quel est le problème ?
> > >

Dorothee13 18/02/2013 09:30


Fin 2012, et fin 2013/2014 ? nous allons rire "jaune"