Identité Nationale: L'inconséquence des socialo-communiste et autres Verts.

Publié le 6 Février 2010

Identité nationale encore puisque la gauche, dans sa démagogie électoraliste, souhaite lier le port du voile intégral plus communément appelé burqa ou niqab avec le débat sur l’identité.
          Pour cette gauche totalement décalée par rapport aux attentes des français, la burqa n’est pas un souci. C’est du délire de franchouillards attardés. Cela relève de la liberté des femmes de s’habiller comme elles le souhaitent (dixit Jean Pierre Benoit de la Ligue des Droits de l’Homme) L'identité nationale frise l’islamophobie diront d’autres, certains diront que cela en est car, l’on stigmatise une catégorie de françaises, etc.
Les débats sur l'identité nationale favorisent les bas instincts des français. C’est vouloir diviser les français, c’est faire le jeu du Front National, etc. Qu’importe si, dans tous les pays du monde, l’identité nationale existe et qu’elle est le plus souvent revendiquer. Mais pas en France que diable car, c’est fasciste l’identité nationale. C’est laid et rappelle les heures sombres de l’histoire, c’est dangereux car raciste, xénophobe et en plus, le petit dernier en phobie, c’est islamophobe.
C’est sain ailleurs mais pas en France. Fermez le ban.
             Écoutez les nos socialo-communistes crier aux loups. Voyez donc les Vert-Rouge crier au feu.
Que les patriotes américains de tous les horizons et de toutes les origines chantent leur amour de la patrie en louant le Président américains Barak Obama ne les choquent pas ces gentils mais, que la France chantent la Marseillaise alors on siffle et on persifle.
            Pour autant, cette gauche bien pensante n'a émis aucun commentaire sur les drapeaux étrangers défilant sur les Champs Elysées à Paris ou sur la Cannebière à Marseille à la suite d’un match de foot. Pourtant, ces drapeaux étaient mis en avant par des français qui en ont profité pour  insulter d’autres français. Mais silence car c’est l’identité nationale qui est coupable à force de stigmatiser. Pas un mot non plus sur le drapeau français descendu du fronton de la Mairie de Toulouse avec l’aimable complicité d’un élu Toulousain pour y placer un drapeau étranger! Silence on regarde ailleurs. Du côté d’Eric Besson l’initiateur de cette perfidie alors qu’il n’a fait que mettre en place l’une des idées majeures de Nicolas Sarkozy.

J’ai eu l’occasion de rencontrer Monsieur Eric Besson la semaine dernière lors d’un colloque à l’Assemblée Nationale sur les « défis Méditerranéens » et je trouve que l’homme est courageux, tenace et convaincant. Venant des rangs socialistes il lui en faut du courage pour affronter la bêtise de ce parti politique bien embourbé dans ses contradictions qu’il n’assume pas. (Voir Georges Frêche et surtout la réaction du PS si, au deuxième tour des régionales, c’est Frêche et Couderc qui devaient s’affronter)

L’identité nationale est un bon débat. Il est salutaire et est une chance pour que, tous ensemble et de toutes les origines, l’on puisse se définir et définir notre identité nationale. Au delà des religions, dans une république laïque. Celle du 21ème siècle mais qui ne peut, en aucun cas, oublier ses racines. Le vivre ensemble n’est pas un  faire table rase du passé.

            Pour conclure, je regrette que l’UMP de ma ville (Puteaux 92800-6ème circonscription) n’a pas su organiser dans ses murs un débat sur ce thème.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article