Ikéa supprime les femmes de ses catalogues saoudiens et s'excuse

Publié le 2 Octobre 2012

 

IKEA supprime les femmes de ses catalogues saoudiens … et s’excuse 

On ignorait qu’Ikea, champion du meuble étudiant et de la petite surface meublée intelligemment pour pas trop cher, fût populaire en Arabie Saoudite. Il s’avère qu’une franchise de la firme suédoise gère trois magasins dans les zones industrielles du pays, où elle dit enregistrer une croissance annuelle “à deux chiffres”.

Ikea édite également en au royaume des Saoud un catalogue, le même qu’en Suède, en France ou en Espagne, à un détail près : les femmes en ont été effacées, au logiciel de traitement d’images, systématiquement. Envolée, la mère de famille en pyjama rayé qui se brossait les dents avec sa progéniture.

La version suédoise du journal gratuit Métro a révélé ce petit accommodement  avec la culture et la loi locale, l’Arabie saoudite appliquant une ségrégation stricte entre les hommes et les femmes. Ces dernières ont peu de droits, étant interdites de conduire ou de sortir sans leur voile. Plutôt que de voiler ses modèles  dans l’intimité factice des intérieurs Ikéa (et d’ajuster les plis au logiciel de photomontage), la franchise saoudienne aura donc préféré effacer ses modèles féminins.

Ikéa a reconnu lundi la manipulation et s’est excusé , rapporte l’agence AP.  “Nous aurions dû réagir. Nous aurions dû nous rendre compte qu’exclure les femmes de la version saoudienne du catalogue entrait en conflit avec les valeurs du groupe Ikea”, a déclaré la compagnie. (Dans le genre faux-culs dhimmisés, IKEA fait fort!)

Plus tôt dans la journée, le groupe avait affirmé devoir trouver un équilibre entre ses propres valeurs et la culture et la législation locales, qui peuvent être différentes, lorsqu’il entrait sur un nouveau marché. L’affaire a choqué en Suède, pays épris d’égalité entre les sexes.

“Cela ne se fait pas de supprimer ni d’effacer les femmes de la réalité. Si l’Arabie saoudite n’autorise pas aux femmes d’être vues, entendues ou de travailler, elle se passe de la moitié de son capital intellectuel”, a affirmé dans un communiqué la ministre au commerce extérieur, Ewa Björling. “Carrément moyenâgeux!”, s’est exclamée sur Twitter la ministre des affaires européennes Birgitta Ohlsson.

Sources : BigBrowser  / Le Journal du Siècle 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Aaron 03/10/2012 22:35


Que ce pays soit régi par des coutumes qui lui sont propres, nous n'avons pas à y porter de jugement; nous ne pouvons pas avec nos yeux d'Occidentaux considérer leur gente féminine comme nous
considérons la notre.


Que Ikéa se soit excusé cela me paraît normal pour pouvoir garder ce marché, intér^zet financier oblige.


Chaque pays a ses coutumes; nous avons les nôtres.Elles nous conviennent mais peuvent ne pas convenir à d'autres personnes DANS LEUR PAYS;  ce n'est pas non plus une raison pour les imposer
hors de ces pays.

DURADUPIF 02/10/2012 22:46


Non la connerie est sans limite. Curieux tous ces dhimmis qui se couchent et qui s'excusent de s'être couchés sans pour autant se relever ensuite.

jp 02/10/2012 13:23


LA CONNERIE A TEL DES LIMITTES