Il faut sauver le soldat David Reinharc

Publié le 25 Juillet 2012

Les Éditions David Reinharc, seule maison d’édition sioniste de langue française est, depuis sa création en 2008, en butte à des hostilités. Si son fondateur, David Reinharc, a toujours résisté vaillamment dans sa lutte contre la diffamation d’Israël, ces derniers mois, face à la recrudescence de l’antisémitisme qui balaie l’Europe, il peine de plus en plus à assurer la diffusion de ses livres. Menaces, boycott, actes de vandalisme et tentatives d’intimidation, ont fini par réussir à déstabiliser le seul éditeur qui défend ouvertement la cause d’Israël, et qui risque aujourd’hui le dépôt de bilan. Entretien avec David Reinharc.

La maison d’édition qui porte votre nom est la seule maison juive et résolument sioniste, dont les livres sont distribués dans toutes les librairies en France, Belgique et Suisse. Quelle est votre ligne éditoriale ?

Nos livres ont tous la même finalité : fournir aux défenseurs de la cause d’Israël des données et des vérités pour anéantir les falsifications historiques des ennemis de l’État juif. Nous avons réussi un triple pari : imposer des écrits qui démontrent de manière factuelle la haine anti juive palestinienne et palestinophile; rendre ces textes accessibles bien au-delà du cercle des déjà convertis à notre cause – les chiffres de ventes parlent d’eux-mêmes. Et surtout, nous avons réussi à nous imposer en librairies, comme seul contrepoids à la propagande haineuse, et ce malgré toutes les tentatives, et elles furent nombreuses, pour nous en empêcher.

En quoi consistaient ces tentatives ?

Appels au boycott, diffamation, censure systématique. Une chaîne de librairies a diffusé une circulaire interdisant aux magasins de commander nos livres ; après l’intervention de Maître Goldnadel, nous avons eu gain de cause, mais au prix de lourdes pertes. Le Monde a consacré sa « une » à la maison d’édition, la présentant comme liée à la droite sioniste, ce qui n’est pas faux, mais en la discréditant et évoquant un manque d’objectivité. Nos livres sont tagués, déchirés, brûlés, par des commandos islamistes venus en nombre, notamment au Virgin Mégastore des Champs Elysées. Nous avons eu également de nombreux procès, des menaces et des actes d’intimidations.

La parution de « Comment le peuple palestinien fut inventé » a déchaîné vos détracteurs…

Les livres ont toujours été la cible des antisémites – les autodafés d’autrefois sont remplacés par ces opérations de vandalisme, mais outre ces actes destructeurs, des librairies ont été menacées, et souvent les menaces ont fonctionné : le livre a disparu, remplacé par des piles d’exemplaires du livre de Shlomo Sand : « Comment le peuple juif fut inventé » ! Ces actions ne sont pas des initiatives individuelles, mais le fruit d’une action concertée par les mêmes groupes qu’on a vu agir dans les supermarchés, pour appeler au boycott des produits israéliens.

Et donc, ils ont réussi à vous déstabiliser ?

C’est le moins que l’on puisse dire. La solitude et la vulnérabilité de notre maison d’édition en Europe est terrible, et c’est un peu logique : nous sommes les seuls à être proches d’Israël, un État qui n’a jamais été lui-même aussi seul. Et je crois que son destin, sa nécessité, sa légitimité n’ont jamais été aussi incompris qu’aujourd’hui.

Mais vous subissez ces attaques depuis longtemps…

Oui, et toutes les humiliations et intimidations ne m’ont jamais donné envie de déserter le champ de bataille. Cette alliance de malveillance antisémite-antisioniste et de niaiserie auraient pu me décourager. C’est l’inverse qui est vrai : elles m’ont donné envie d’aller encore plus loin, et de descendre dans l’arène pour mener le seul combat qui vaille : celui des idées et de la défense d’Israël. Je suis un Juif qui ne se résout pas à laisser le monopole de la parole à une extrême-gauche complaisante à l’égard de l’antisémitisme arabo-musulman. Je suis un Juif qui refuse que des librairies puissent en toute impunité vendre dix livres dont les auteurs disent exactement pareil pour se déchaîner sur un absent, l’État d’Israël, dont on travestit sans vergogne l’Histoire. Et je ne me sens jamais aussi juif que quand je publie des livres qui dérangent ceux qui auraient voulu s’affranchir de la vérité sur l’État juif et son exemplarité.

Pourtant aujourd’hui, vous êtes en danger !

Vous avez raison, aujourd’hui, nos ennemis ont gagné une bataille. Notre maison d’édition tente de résister à ce vent de folie qui diabolise, anathématise, nazifie Israël. Mais si nous sommes plus que jamais engagés dans la lutte, nous avons aujourd’hui les pieds d’argile. Nous sommes au bord du dépôt de bilan et financièrement, nous sommes, il est vrai, à bout de souffle.

Qu’est-ce qui vous inquiète le plus ?

Que nos livres soient l’objet de boycott médiatique est une chose inquiétante. Qu’ils fassent l’objet de campagnes de destruction est bien plus grave, tout comme les menaces contre les libraires. Ce qui me semble le plus tragique, le plus dangereux, c’est de ne plus avoir la possibilité, ou de moins en moins, de réagir à ces accusations ignobles.

Quelques livres publiés aux Editions David Reinharc (disponibles sur Internet et en librairies)

Comment le peuple palestinien fut inventé, David Horowitz et Guy Millière

Sans concessions, William Goldnadel

Face à l’Islam radical, Daniel Pipes et Guy Millière

J’y crois pas. Réponse à Stéphane Hessel, Orimont Bolacre.

Retourne en Palestine !, Samuel Nili.

L’État de trop, Fabien Ghez.

Vive Israël ! , William Goldnadel (à paraître)

Si vous souhaitez soutenir les Editions David Reinharc :

Tel : 00 33 146376708 (Paris) ou 02-6502126 (Israël). Mail: david.reinharc@gmail.com

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Du côté des médias

Commenter cet article

gerco 26/07/2012 03:43


Après la chasse aux journalistes courageux, ces barbares s'attaquent aux livres. La vérité leur fait peur. Ils sont aidés par une bande de lâches et de traitres. De futurs dhimmis.

Claude Germain V 25/07/2012 09:10


Bien sur que le peuple palestinien fut inventé car de quelle nationalité exacte etait les bedoins circulants entre ces territoires , l'Egypte et autres pays limitrophe .La palestine ,ce mot fut
inventé sur des siecles  plus pour faciliter l'appelation d'un endroit que comme preuve que cet endroit s'appelait Palestine .Sur les ecrits les plus anciens tous ces territoires etait
appelés simplement "Terre Sainte" car au depart la Palestine ,Galilée etc...etc....n'etait que des equivalence de departements habités peut etre  par 700000 habitants ou plus population
constituées par des bedoins ,des juifs et peu d'arabes ; tous ces gens là etaient en terre sainte depuis des
millenaires .Sont arrivés bien bien plus tard des peuplades arabes venant d'egyptes  , de jordanie ,du Liban etc...etc....et n'oublions pas l'enorme immigration Turque en
terre sainte vers 1800/1850 ..........alors la Palestine et ses palestiniens la dedans que celui qui la trouve nous en donne et nous en delimite les frontieres .Merci par avance.......