Il n'arrive pas à mémoriser le Coran, sa mère le tue

Publié le 10 Janvier 2013

 Une mère de famille d’origine indienne a été condamnée lundi par la justice britannique à un minimum de 17 ans de prison pour avoir battu à mort son fils de sept ans. Le prétexte ? Il ne parvenait pas à mémoriser le Coran.

yessen-battu-a-mort.jpg

Sara Ege, 33 ans, diplômée de mathématiques en Inde, traitait son fils Yaseen comme un « chien », le frappant avec un bâton quand il ne réussissait pas à mémoriser des versets du Coran, selon les comptes rendus du tribunal de Cardiff au Pays de Galles.

Elle a été reconnue coupable, début décembre, de meurtre et d’entrave à la justice. Lundi, la jeune femme, portant un voile et entièrement vêtue en marron, s’est effondrée, tremblante et en larmes, en entendant le verdict.

La police avait initialement pensé que le petit garçon avait été tué dans un incendie qui avait éclaté dans la maison familiale en juillet 2010 à Cardiff. Mais des analyses ont ensuite révélé que l’enfant était décédé avant le début du sinistre.

« Il y a une autre circonstance aggravante qui est que vous avez tenté de brûler le corps de Yaseen », a encore déclaré le juge. « Il ne fait aucun doute que vous avez mis le feu à son corps pour tenter de vous soustraire aux conséquences de ce que vous aviez fait ».

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire d'Islam

Commenter cet article

Marie-claire Muller 10/01/2013 21:19


Cette idéologie rend fou ,l'islam est diabolique et séme l'horreur partout !!et nos politicards qui font la sourde oreille quand on dénonce ce qui se passe , et permettent  lâchement 
l'invasion!Encore une preuve de ce que les zélus laissent faire:




9 janvier 2013


Pratique islamique discriminatoire, que fait l’Etat ?



 






Par Jacques pour Actualité, Rendez vous avec l'UDCC avec 0 commentaire


A une époque où le terme « discrimination » est utilisé à tout propos dans la stratégie de communication victimaire des organisations musulmanes, et ce, afin de paralyser toute velléité de
critique sur leurs agissements, l’actualité offre quand même des perles d’absurdité. 
Des membres de l’UDCC nous ont en effet signalé l’apparition sur internet d’un évènement nommé « Un jour pour sœurs. »





 


Shopping, conférences sur l’éducation des enfants et sur les conflits au sein du couple et la découverte d’un entrainement militaire ; cet évènement public a la particularité d’être interdit
aux hommes et le tout se déroulera dans une ambiance exclusivement musulmane bien sûr ! Car pour ceux qui l’ignorent encore, dans ce contexte le vocable « sœur » signifie en effet
« Musulmane. »


Alors voilà donc  une chose bien extraordinaire !


La France, est un pays dans lequel depuis des années le moindre soupçon de discrimination réel ou imaginaire suffit à vous faire accuser de raciste, de xénophobe voir de Nazi.


La France est un pays dans lequel – très souvent sous la pression du lobby pro islamique – une législation spécifique a été votée afin de criminaliser les comportements discriminatoires.


Eh bien c’est aussi en France qu’aujourd’hui une organisation musulmane, en parfaite conformité avec les règles de la charia annonce un évènement public 100% discriminatoire à Vitry sur Seine
(94) et cela ne dérange personne ! Cet évènement semble ne déranger ni la Mairie de Vitry sur Seine et son Maire M. Alain Audoubert, ni le Préfet, ni les associations qui montent
habituellement aux créneaux dans ce genre de cas, bref personne…




Alain Audoubert Maire de Vitry



 


Discrimination sexuelle ? Pas de problème !


Discrimination religieuse ? Pas de problème !


Et l’article 225-2 du code pénal qui dit que « Lorsque le refus discriminatoire (d’un bien ou d’un service, en l’occurrence l’entrée à un évènement ouvert au
public, NDR) prévu au 1° est commis dans un lieu accueillant du public ou aux fins d’en interdire l’accès, les peines sont portées à cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 Euros
d’amende. » ?


Pas de problème !


Aucun problème semble-t-il puisque c’est déjà la troisième manifestation publique de ce genre, la deuxième édition avait déjà eu lieu au même endroit et présentait aussi les mêmes
caractéristiques.


 





 


Pas de problème !


 


Si faire de la propagande pour la charia n’est pas encore un délit, si faire des entrainements militaires d’initiation (pour susciter des vocations aux activités militaires
musulmanes ?) n’est pas non plus un délit, il se trouve que les lois sont sensées s’appliquer à tous en France et c’est pour cela que l’UDCC a envoyé la lettre suivante au maire de Vitry sur
Seine avec copie au préfet.


Nous attendons une réaction ferme du Procureur de la République et des condamnations qui fassent jurisprudence et mettent un point d’arrêt à l’organisation de ce type d’évènements musulmans qui
commencent à se répandre dans la France entière au mépris des lois et des usages.


Affaire à suivre…


Alain Wagner (porte parole de l’UDCC)


 


Copie de la lettre avec AR :


A l’attention de M. Audoubert, Maire de Vitry sur Seine


2, Av Youri Gagarine


94400 Vitry sur Seine


Avec copie envoyée à  M. Pierre Dartout, Préfet du Val de Marne


21/29,  Av. du Général de Gaulle


94038 Créteil Cedex


 


Expéditeur : Président de l’Union de Défense des Citoyens et Contribuables (UDCC)


 


Monsieur le Maire,


J’ai l’honneur de porter à votre connaissance le fait suivant :


De nombreux sites internet publient actuellement l’information selon laquelle un évènement nommé «un jour pour sœurs» se tiendra dans votre commune le 17 février 2013 (duplicata en plus grand
format joint en annexe de ce courrier).


 





 


Vous noterez que cet évènement public possède plusieurs caractéristiques spécifiques :


1)     Il est annoncé comme 100% féminin, l’entrée sera donc refusée aux hommes.


2)     La dénomination de l’évènement et sa description montrent la nature spécifiquement musulmane de l’évènement Dans ce contexte,  le vocable « sœurs »
désigne de manière usuelle et parfaitement explicite des personnes de religion musulmane à l’exclusion de toutes autres convictions religieuses.


 


Ces deux caractéristiques sont de nature clairement discriminatoires et donc délictueuses aux termes de l’article 225-1 et suivants du code pénal.


 


Article 225-1 :


« Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de
leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion
déterminée. »


 


De plus, l’article 225-2 précise que :


 « 

raymond 10/01/2013 10:07


Devant de telles horreurs perpetrees au nom de leur belle religion ne faudrait il pas retablir la peine de mort avec sentence immediate,ne sommes nous pas devenus trop civilises face a ces
barbaries quotidiennes.Un jour il nous faudra choisir soit etre le boucher ou la vache ou pour nous les moutons .

Epicure 10/01/2013 09:25


Encore une folle non diagnostiquée car "intelligente" sic....


Il faut supprimer les bâtons et les allumettes....

philo 10/01/2013 09:04


islam, (religion ?) de PAIX, d’AMOUR et de TOLERANCE !!!


Cette organisation de merde, mène à toutes les horreurs, même aux infanticides


 17 ans de prison, ce n'est pas cher
payé ! C'est triste


 

LA GAULOUISE 10/01/2013 08:39


Quelle belle religion d'amour!!!!! Et cette cinglée sanguinaire n'a été condamnée qu'à 17ans ?