"Il y a plus de kalachnikov à Marseille qu'à Kaboul", selon le syndicat Alliance

Publié le 26 Août 2011

Journal Provence

Alain Gardère, un proche de Nicolas Sarkozy, a été nommé aujourd'hui en conseil des ministres préfet chargé de la sécurité dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, où sévit une insécurité chronique.

 Troisième préfet nommé en deux ans dans la région Paca, il remplace Gilles Leclair, nommé préfet hors cadre, auquel le chef de l'Etat reproche un manque de résultats, en particulier à Marseille.

Ce dernier avait été nommé au cabinet du ministre de l'Intérieur après avoir dirigé la sécurité de proximité à Paris. Claude Guéant a justifié le changement de préfet par la necessité de "réfléchir à des stratégies nouvelles" dans la ville. "La situation à Marseille n'est pas satisfaisante (..) et cela n'est pas supportable", a-t-il dit. (Comme les priéres dans les rues de Paris eux aussi insuportables disait-ils hier et toujours d'actualité aujourd'hui Note de l'auteur Gérard Brazon)

Gilles Leclair fait les frais des mauvais chiffres de la sécurité à Marseille. Entre lasuccession de règlements de comptes mortels sur fond de trafic de droguedans les cités, les attaques à main armée spectaculaires ou des faits de délinquance routière, Marseille se retrouve toujours sous les feux de l'actualité. L'Elysée se serait montrétrès agacé par des faits divers ayant marqué cet été la cité phocéenne. En particulier l'affaire révélé par La Provence du parking abandonné par Vinci à des délinquants exigeant un "droit" de passage aux automobilistes.

En visite début mai dans la ville, Claude Guéant avait annoncé plusieurs mesures destinées à y renforcer la sécurité, dont l'arrivée de 139 policiers supplémentaires. Les syndicats reconnaissent que des efforts ont été faits, mais ils les jugent très insuffisants dans la deuxième ville de France où les chiffres de la délinquance ont explosé au premier semestre. Le ministre de l'Intérieur a confirmé aussi qu'il se rendrait le 29 août à Marseille.

Des élus socialistes dénoncent la valse des préfets dans la cité phocéenne, estimant que Nicolas Sarkozy se contente de faire sauter des fusibles au lieu de combler le manque d'effectifs mis en évidence par les syndicats de police. Pour Patrick Mennucci, l'un des élus socialistes de la ville, "on fait sauter un fusible alors que toute l'usine électrique est à refaire !".

Dominique Achispon, secrétaire général du Syndicat national des officiers de police, a douté que "changer de préfet pour en mettre un autre" permette de régler la situation à Marseille, où il manque, selon lui, 5% des effectifs. "La sécurité, ce n'est pas un seul homme", a-t-il dit à Reuters, estimant que le gouvernement avait pris cette décision pour tenter d'apaiser l'inquiétude des élus de la ville face à la montée de la violence.

La hausse des vols à main armée y a été de 40%, celle des cambriolages de 12% sur le département.Près de 3 000 vols avec violence ont été enregistrés au premier trimestre pour la seule ville de Marseille, soit 26 agressions par jour en moyenne. On y dénombre aussi une douzaine de règlements de comptes sur fond de trafic de drogue dans les cités marseillaises. "Il y a toujours eu des délinquants à Marseille mais, avant, ils étaient issus du grand banditisme et ils réglaient leurs comptes entre eux", explique Jean-Marie Allemand, responsable d'Alliance. "Aujourd'hui, ça tire dans tous les sens au gros calibre. Il y a plus de kalachnikov à Marseille que dans le centre de Kaboul", dit-il.

Face à cette escalade de la violence, les policiers se sentent démunis. "On est une plaque tournante du trafic de drogue et on ne dispose que de 18 policiers sur le département attachés à la lutte contre le trafic de stupéfiants", explique Alphonse Giovaninni, responsable marseillais du syndicat Unité SGP-Police. Si la préfecture des Bouches-du-Rhône reconnaît une tendance générale à la hausse de la délinquance au premier semestre, elle note une amélioration de la situation au mois de juillet. Elle affirme également que le taux des faits élucidés est en hausse significative.

Provence.com

 

Reuters

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

island girl 30/08/2011 18:49



Dans la jungle il est primordial d'avoir de grandes dents ,quand l'état est incapable d'assurer la sécurité ,le citoyen doit s'armer pour parer au danger,rien ne sert de se plaindre si l'on ne se
donne pas les moyens d'agir ...



Epicure 27/08/2011 17:20



A la révolution sans doute...vous le dites...


Attendons la Crise majeure?


Pas de Morale, pas de progrès de civilisation.


La Chine actuelle est une caricature de la modernité.Elle va au cataclysme car  l'usure viendra, inexorable.Il y aura des ventres vides par centaines de millions en cas de crise...Il ne faut
penser en ann"es de vie personnelle...! Notre vie n'est rien dans le contexte évolutioniste...C'est à deux  à quatre générations que les bouleversements s'opèrent: voyez donc les Lumières
qui commencent avec le 16eme siècle et a aboutit à 1789; et ne s'est pas encore terminé...hélas pour nous!



Epicure 27/08/2011 09:05



Moutons, moutons, moutons.Français.


Policiers moutons: allez arrêter les Juifs. Oui mon commandant


allez arrêter les Gitans: Oui mon commandant


Allez expulser les Roms : oui mon commandant


Allez arrêter les Collabos: Oui mon commandant


Allez prendre des coups inutiles: Oui mon commandant


N'arrêtez pas les taggers et les vansdales-Surtout pas de vagues.: Oui mon commandant....


etc



Gérard Brazon 27/08/2011 12:17



Vous touchez là des faits qui ont de l'importance mais qui sont aussi le reflet d'une société. Même la République dit que l'on peut refuser d'obéir si les ordres sont contraires à la
constitution. Mais où se situe la frontière? Comment faire pour désobéir et ne plus toucher un salaire pour faire vivre sa famille? On ne fait pas de révolutions avec le ventre plein
disait Lénine! Il faut croire que l'écoeurement n'est pas si évident pour beaucoup. Les ventres, ne sont pas assez vide. Mais la colère monte... pour aller où? 



isabelle 27/08/2011 05:10



Mais qu'attendent les Marseillais pour descendre dans la rue, occuper les places avec concerts de casserolles pour crier leur ras-le-bol de la misère qu'on leur fait endurer ! Et répéter les
actions tous les jours, jusqu'à ce que  journaux, TV et autres outils "d'information" soient contraints de diffuser leur révolte. Alors, les zélus seront bien obligés de faire quelque chose.


De plus, leur exemple pourrait donner des idées à d'autres citoyens.


Nous sommes tous des électeurs, non ?


 



Epicure 26/08/2011 16:46



Votre flic de choc fait se mourir de rire les gens un peu informés! Ce ne sont pas 5% d'effectifs de pauvres bougres qui vont changer une situation délétère comme celle règnant à Marseille et
PACA!!!!!!!!! Gerands dieux, qui nous a mis un syndicaliste de police aussi débile?


C'est la Décision d'en haut de Faire  les choses qui manque..Rien d'autre.


Casser les oligarchies politiques du coin, socvialistes y compris (Deferre !!!) et coffreer et envoyer au bagne des gens qui ne mérite pas même d'envisager une sortie. Pour quoi faire
d'ailleurs?? incapables-chômeurs de vocation, ils ne feront jamais rienet les meilleurs psychologues le savent bien. On ne guérit pas les pervers ni a fortiori les psychopathes du Milieu.


Au baratin politique fait face le baratin de ceux qui ne veulent assumer aucune responsabilité.



francis Claude 26/08/2011 15:55



donc c'est bien clair nos soldats qui meurrent pour RIEN a Kaboul doivent etres rapatriés au plus vite pour ce positionné sur Marseille et  preter main forte aux policiers et gendarmes qui
sont OPJ pour certains afin d' agir dan la legalité republicaine, ou alors donné aux officiers des pouvoirs de police et faire comme pour la bataille d'alger mais a Marseille c'est
domage que nous soyons trop vieux cela eut été amusant!!!