Ils se sucrent sur notre dos !

Publié le 1 Novembre 2012

Il y a des journaux qu'on ne lit pas ou peu ou de manière incidente. Le journal "Minute" classifié d'extrême droite par la bien pensance en fait partie. Il y aussi le "Rivarol" et autres de ces journaux mis au ban de la société médiatique.

Leur vente est souvent confidentielle. De plus, ils sont en général plus chers car les publicitaires ne se précipitent pas et ces journaux n'ont guère l'envie de devenir tributaires des "marchands".

Alors cette presse vit comme elle peut. Souvent elle épie et observe avec méfiance alors même qu'il y aurait bien plus d'avantages à trouver des terrains d'ententes. Mais les dirigeants de ces journaux ont bien plus de caractère que la plupart des dirigeants de journaux aux ordres. Ce qui complique tout finalement.

Cela ne retire rien bien au contraire aux contenus souvent décapants et bien entendu à rebrousse poils des journaux officieux ayant reçu la primature de la pensée correcte (immigrationiste, islamophile, favorable à la mixité et à l'Europe fédérale liberticide, etc.). Primature de ce que l'on ose encore appeler, les représentants de la "démocratie française".

Un petit exemple qui nous vient d'une lectrice qui se veut une vigie.
Merci à vous Ghislaine.

Gérard Brazon

****

Du Journal Minute

"Le gouvernement vient de communiquer au Parlement le « jaune budgétaire » présentant les effectifs des cabinets ministériels et les montants affectés aux rémunérations. (...) Ainsi, au cabinet de Manuel Valls, champion de la catégorie, le salaire moyen du collaborateur s’élève à près de 10 200 euros brut par mois ! Au ministère (pourtant seulement « délégué » !) au Budget, les 9 membres du cabinet de Jérôme Cahuzac n’ont pas l’air de s’inquiéter outre mesure de la dette de la France, eux qui, en moyenne, bénéficient d’une rémunération à hauteur de 10 153 euros par mois ! Un peu à la traîne, les 11 collaborateurs du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, touchent en moyenne 10 022 euros ; les 7 collaborateurs du garde des Sceaux Christiane Taubira, 9 556 euros. En 5e position, on trouve le cabinet du premier ministre Jean-Marc Ayrault, avec un salaire moyen de « seulement » 9 694 euros par mois et par personne... Précisons cependant que ce cabinet exceptionnel compte pas moins de 63 collaborateurs, soit un « budget rémunérations » annuel de plus de 7 millions d’euros – donc 2 millions d’euros de plus que la dotation annuelle autorisée ! Après des rémunérations moyennes oscillant entre 7000 et 9000 euros selon les ministères, on trouve, en queue de peloton – ce qui, symboliquement, n’étonnera personne pour un gouvernement socialiste – les 4 collaborateurs du ministre chargé de la Famille, Dominique Bertinotti, avec un salaire de « seulement » 5 051 euros."

Et puis un extrait d'un autre article:

Un petit malin, ce Renaud Dé­­ly. Son dossier sur les « fa­chos » dans le « Nouvel Obs », il y a un mois, n’était qu’un hors d’œuvre. Le plat de « rés­istance », le voici… La droite brune. UMP-FN : les secrets d’une liaison fatale, publié le 10 octobre chez Flammarion. Pourquoi ne pas l’a­vouer : une certaine coquetterie m’aurait volontiers poussé à dire du bien de ce livre. C’est mon côté « guerre d’antan » ou, entre deux assauts, on bu­vait le thé avec l’ennemi en louant ses qualités. « Passionnante, votre théorie sur le rapprochement des droites, mon cher ami ». Tu parles ! Au­tant parler esthétique avec un hooligan. Après le Dély qui s’en prend aux intellos, façon salade de fruits (Elisabeth Lévy au coude à coude avec Alain Soral dans le grand complot brun), voici donc le (new) Dély qui s’attaque aux politiques avec la même méthode. La thèse du bouquin ? Nicolas Sarkozy a rompu les amarres avec la droite classique et Marine Le Pen s’est débarrassée du « fardeau de l’histoire de l’extrême droite ». Les deux droites sont donc prêtes à faire alliance pour constituer une « droite brune » (aglagla). La couverture du nanar est illustrée d’une allumette en fu­sion, histoire de montrer qu’on n’est pas loin de faire exploser la poudrière (ou que certains jouent avec le feu), enfin vous voyez le genre. 

Cette gueule d'ange sévit régulièrement dans l'émission "C'dans l'air". Maintenant vous savez que l'ange n'est pas loin d'être un démon rouge-vert-rose

Renaud Délivre-nous du mal


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Du côté des médias

Commenter cet article

mika 01/11/2012 14:58



N'en déplaise à Mr DELY « J’ai plus envie » chronique de 2006
de Philippe
Carrese (romancier/réalisateur qui a participé à la saison 7 de Plus Belle la Vie) cartonne sur le Net...


http://www.philippecarrese.com/?p=954


 


Extrait …J’ai
plus envie d’écouter poliment les commentaires avisés des journalistes parisiens en mal de clichés, plus envie d’entendre leurs discours lénifiants sur la formidable mixité marseillaise. Elle est
où, la mixité ? De la rue Thiers au boulevard des Dames, la décrépitude est monochrome.
J’ai
plus envie de traverser le quartier Saint Lazare et de me croire à 

dorothee13 01/11/2012 14:33


Abonnée de ces 2 journaux, j'ai résilié celui du figaro au profit de ceux-ci. Et quand à Cdans l'air, son titre explique tout (à boire et à manger). A nous d'en faire la synthèse et les
comparatifs. Toujours les mêmes.