Immigration-Allemagne : "Nous sommes les trois derniers enfants allemands de notre école"

Publié le 26 Septembre 2011

Quand des enfants de souche sont une minorité... Tous les autres enfants de leur école située dans une banlieue de Berlin sont musulmans et parlent turc ou arabe. Ces trois enfants n'ont pas droit à des accommodements : l'école ne sert plus de porc...

Allemagne-trois-derniersLire aussi :

Allemagne : Les élèves de souche rudoyés et discriminés

"Je fais un rêve - l'Allemagne deviendra Turkland"

__________________

Talina, 11 ans, Svenja, 11 ans, et Jason, 9 ans, ne comprennent pas un seul mot prononcé pendant la récréation. Leurs camarades ne parlent que le turc ou l'arabe. En classe, ils expliquent des mots allemands à leurs camarades.

Ils sont les derniers enfants allemands à l’école élémentaire Jens Nydahl sur la rue Kohlfurter (Kreuzberg). 99 pour cent des 313 élèves sont issus de l'immigration. Les parents de 285 d'entre eux reçoivent un soutien financier de l’État. C’est l’un des nombreux problèmes scolaires rapportés par Bild.

Talina est en 6e année. Sa mère, Maria, 45 ans, dit : «Quand elle a commencé l'école, elle pouvait lire et écrire quelques mots. Ses camarades de classe ne pouvaient même pas dire 'merci', 's'il vous plaît' ou 'bonjour'. Les enfants allemands sont traités de 'bouffeurs de porc'». Sa camarade de classe Svenja se lamente : «J’aimerais avoir plus de camarades qui parlent ma langue». La mère de Jason, pour sa part, trouve que «c'est dommage qu'il y ait si peu d’enfants allemands à l'école.»

Les parents d'origine étrangère sont également inquiets. Asiankara, une turque de 35 ans mère de Burakcan, élève de 6e année, dit que « c’est dommage qu'il y ait si peu d’Allemands ici. Cela rend l’apprentissage de la langue plus difficile pour nos enfants». Un délégué à la jeunesse a déclaré à Bild : «Nous avons essayé en vain d’avoir un plus grand nombre d’enfants allemands dans l’école. Nous nous concentrons désormais sur la clientèle que nous avons. La cafétéria ne sert plus de porc».

Les préoccupations des parents et des enseignants ne semblent pas intéresser les responsables. La conseillère pour l’éducation, Monika Herrmann (47 ans, Parti des Verts), affirme que «le nombre d’enfants issus de l’immigration qui fréquentent cette école ne fait absolument aucune différence».

Source : Bild (allemand) via Gates of Vienna (anglais). Traduction par Poste de veille

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article

francis Claude 26/09/2011 13:24



si nous fouillons bien chez nous ne trouverons nous pas dans notre francarabia, la méme situation? vers le 93 fouillez si vous etes du coin!!!!