Incendie dans un immeuble insalubre à Saint-Denis: deux morts et 15 blessés

Publié le 10 Septembre 2012

Bien entendu les micros de France Info se sont tournés vers le DAL (Droit au logement-organisation d'extrême gauche) qui accuse les propriétaires refusant de faire des travaux.

Par contre, il n'a été fait aucune mention sur les locataires refusant d'entretenir leurs logements. Le plus choquant fut cette réflexion sur l'obligation des propriétaires à loger tous les locataires sans exclusive ni condition.

Le DAL soigne son image d'association socialisante et généreuse, et cultive son fonds de commerce en vivant surtout grâce à la misère des occupants de ces lieux insalubres qui dans leur immense majorité, sont des migrants d'Afrique, des familles nombreuses qui s'entassent là où elles trouvent un gîte à moindre coût. C'est l'immigration qui est le problème, pas le logement. Mais c'est le casse-croûte du DAL et ce n'est pas que dalle.

Gérard Brazon

***** 

Un incendie à l'origine indéterminée d'un immeuble insalubre du centre de Saint-Denis a fait deux morts, quatre blessés graves et onze plus légers dans la nuit de samedi à dimanche, a-t-on appris auprès de la préfecture de Seine-Saint-Denis et de la mairie.

 

Photographe : Loic Venance :: Une voiture de pompiersphoto : Loic Venance, AFP

Le pronostic vital d'un des blessés est engagé, a indiqué à l'AFP Didier Paillard, le maire (PCF) de Saint-Denis, commune limitrophe de Paris. Parmi les personnes gravement blessées figure un pompier, a précisé son adjoint à l'urbanisme Stéphane Peu, joint par l'AFP. Un autre pompier a été plus légèrement atteint.

Les deux élus ont ajouté que l'immeuble de cinq étages, où le feu a pris vers 01h30, était un bâtiment insalubre où la municipalité venait d'entreprendre des travaux d'urgence faute de réponse des copropriétaires aux injonctions administratives.

"Il s'agissait de sécuriser le système électrique, de purger la façade, de dégager les conduits de cheminée et de consolider les planchers de cet immeuble" décrit par M. Peu comme "ouvert à tous les vents" et lieu de squat et de "trafics".

Les corps des deux personnes décédées dans un appartement du premier étage, selon M. Peu, n'avaient encore pu être dégagés des décombres peu après 08h00, empêchant de procéder à leur identification. Aucun enfant ne figure parmi les victimes de ce drame.Selon l'élu, le feu a pris dans les parties communes au rez-de-chaussée - non au troisième étage comme indiqué initialement - et la cage d'escalier s'est embrasée, compliquant l'évacuation des habitants. Certains ont sauté par les fenêtres et de nombreuses fractures ont été diagnostiquées chez les blessés.

Jusqu'à 220 pompiers ont été mobilisés pour maîtriser le sinistre dans ce bâtiment situé rue Gabriel-Péri, une artère piétonne et commerçante de Saint-Denis. Un immeuble voisin, touché par le sinistre, restait évacué dimanche matin.

Le préfet de Seine-Saint-Denis Christian Lambert s'est rendu sur place. La police judiciaire est chargée de l'enquête.

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

ange 11/09/2012 22:31


oups !!!ca me fais ni chaud ni froid


je m'en fout