Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2012

Publié le 14 Janvier 2012



RESEAU SOCIAL CHRETIEN FRANCOPHONE

La Corée du Nord est en tête de l'Index Mondial de Persécution 2012 de Portes Ouvertes qui mesure à la fois le degré d'oppression de l'Etat et celui des composantes de la culture (politique, économique, sociale, ethnique ou religieuse...). C'est pour cela, qu'il représente un outil unique pour évaluer la persécution des chrétiens dans le monde.

L'Index Mondial de Persécution ne reflète pas simplement les faits de persécution, mais également les conditions de base sous-jacentes à la persécution. Le classement prend également en compte la pleine complexité de la persécution et la taille de chaque communauté persécutée.
Parce qu'il mesure la persécution dans tous ses aspects, l'Index Mondial de Persécution constitue une base pertinente pour une action efficace dans le but d'aider des chrétiens persécutés.

 Corée du Nord persécuteur n°1

Pour la dixième année consécutive, elle tient la première place du classement. Elle reste le pays le plus dangereux pour des chrétiens.

 L’extrémisme islamique a été la principale source de persécution des chrétiens en 2011 :

Les pays musulmans sont encore très présents dans le classement de cette année. On en trouve 9 dans les 10 premiers et 38 en tout, sur un total de 50 pays recensés. Dans les pays tels que l'Afghanistan (2e position), l'Arabie Saoudite (3e position) la Somalie (4e position), l'Iran (5e position), et les Maldives (6e position) les chrétiens ne bénéficient quasiment d'aucune liberté.

 Le Pakistan arrive dans les 10 premiers pays de l’Index :

L'année 2011 a vu, entre autres, l'assassinat de Shabbaz Bhatti, ministre des Minorités au sein du gouvernement et seul chrétien à détenir un poste aussi haut placé au Pakistan. Il a été tué le 2 mars 2011 après avoir remis en question la loi sur le blasphème en vigueur dans le pays.

Parmi les 10 premiers pays, on trouve également l'Irak (9e position), le Yémen (8e position), et l'Ouzbékistan (7e position). Dans ce dernier pays, les chrétiens qui ne se sont pas fait enregistrer auprès des autorités se voient infliger des amendes colossales, subissent des descentes de police chez eux et peuvent même être mis en prison.

 Le Soudan, le Nigéria et l’Egypte ont fortement grimpé dans le classement :

Dans ces trois pays, la persécution est le fait d'une montée de l'extrémisme islamique.

  • Le Soudan monte de 19 places en passant de la 35e à la 16e position. En juillet 2011, le sud du Soudan, à majorité chrétienne, a fait sécession. Il est aujourd'hui un pays à part entière appelé le Sud Soudan.

En conséquence, les chrétiens du nord, soumis au président Omar El-Béchir, se retrouvent encore plus isolés.

Omar El-Béchir, qui est sous le coup d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale de La Haye pour crime contre l'humanité, se targue, depuis des années d'être un musulman intégriste. En réaction à la perte du sud, il s'est juré de rendre son pays encore plus islamique, et prévoit, pour y parvenir, de changer la Constitution du pays.

Sur le terrain, les chrétiens sont pris à parti souvent dans de sombres querelles pour l'attribution des ressources. On estime que des milliers de chrétiens ont été tués par des soldats soudanais mais nous ne disposons pas de chiffres fiables.

  • Le Nigéria monte de 10 places en passant de la 23e à la 13e position. C'est le pays qui compte le plus de chrétiens assassinés pour leur foi. Officiellement, ils auraient été 300 à avoir perdu la vie en 2011 mais en réalité, ce chiffre est bien supérieur. Depuis 2009, plus de 50 églises ont été prises pour cible et une dizaine de pasteurs ont été assassinés par le groupe Boko Haram. Ce groupe d'extrémistes islamiques, dont le nom se traduit par « L'éducation occidentale est un péché » n'a cessé de gagner en violence.

Après l'élection d'un président chrétien en avril, les islamistes se sont déchaînés et ont massacré 170 chrétiens. Ces dernières années, certains Etats du nord du Nigéria ont adopté la charia (loi islamique), ce qui a encore avivé les tensions entre musulmans et chrétiens, qui sont de fait, devenus des citoyens de seconde zone.

  • L'Egypte monte de 4 places en passant de la 19e à la 15e position. Les chrétiens égyptiens ont été très éprouvés début 2011 quand une bombe a explosé dans une église copte d'Alexandrie, le 1er janvier, faisant 21 morts.

Avec la destitution du président Moubarak en février, les chrétiens égyptiens espéraient bénéficier de plus de liberté. Mais leur enthousiasme est en partie retombé avec le massacre qui a eu lieu devant le siège de la télévision nationale, au Caire, le 9 octobre, où les soldats s'en sont pris aux manifestants avec une rare violence. 27 coptes ont été tués, certains ont été abattus par les soldats, d'autres écrasés par les chars anti-émeutes, d'autres encore ont été tués par des islamistes présents.

Fin 2011, les partis islamistes sont sortis gagnants des élections législatives de novembre, incitant certains commentateurs à parler « d'hiver arabe » pour les chrétiens.

 Le Kazakhstan et la Colombie reviennent dans le classement :

  • Le Kazakhstan, (45e position) grand pays d'Asie Centrale, doit son retour dans le classement à l'adoption d'une loi qui restreint fortement la pratique des religions. Cette loi oblige toutes les communautés religieuses à s'enregistrer de nouveau auprès du gouvernement, interdit aux églises de transmettre la foi chrétienne aux jeunes de leurs communautés et stipule que tout ce qui se fait au nom de la religion doit être supervisé par le gouvernement. Ce faisant, le Kazakhstan suit la voie déjà empruntée par ses voisins d'Asie Centrale.
  • La Colombie (47e position) était une habituée du classement en raison des exactions des FARC, des insurgés de gauche, de l'ELN (Armée de Libération Nationale), ainsi que des groupes paramilitaires qui prennent les pasteurs pour cible. Absente l'année dernière, elle figure de nouveau dans l'Index Mondial de Persécution. En effet, les guérillas, qui s'adonnent à présent au trafic de drogue, assassinent les pasteurs qui refusent de coopérer. D'après les chiffres dont nous disposons, 5 ont été tués cette année mais on pense qu'ils sont en fait une vingtaine.

 La Chine baisse dans le classement :

La Chine reste le pays où l'on trouve le plus de chrétiens persécutés (80 millions) mais elle a quitté les 20 premières places du classement pour se retrouver aujourd'hui 21e. Cela vient du fait que les pasteurs des églises de maisons arrivent de mieux en mieux à échapper au contrôle du gouvernement. Selon un de ces pasteurs : « pour ne pas attirer l'attention des autorités, il existe un certain nombre de règles tacites qu'il faut connaître comme par exemple, ne pas mettre de panneau avec le nom de l'église, ne pas se réunir à plus de 200 et ne pas chanter trop fort. »

 L’Inde garde la même place :

Le pays reste 32e du classement de l'Index de Persécution 2012, principalement parce qu'il n'y a pas eu d'émeutes communautaires pendant la période concernée. Les extrémistes hindous continuent cependant d'agresser physiquement les responsables chrétiens.

 La persécution a tendance à augmenter :

L'Index Mondial de Persécution est établi sur la base de questionnaires qui visent à mesurer le degré de persécution dans plus de 60 pays. Chaque pays se voit attribuer un certain nombre de points et est classé dans la liste en fonction du nombre de points reçus.

Le nombre total de points attribués aux différents pays en 2012 est supérieur à celui attribué en 2011. Ainsi les 50 pays ont récolté la somme de 2246 points en 2012 contre 2205,5 points en 2011, soit une différence de 40 points. Cette augmentation du nombre de points aux réponses du questionnaire signifierait que la persécution est d'une manière générale de plus en plus sévère là où elle a lieu.

Peu de pays ont vu une diminution de la persécution en 2011. Si certains ont perdu des places dans le classement, c'est surtout dû à la dégradation de la situation dans les autres pays.

 L’augmentation de la persécution dans le monde est liée à 4 facteurs :

  • L'extrémisme islamique se renforce. Que ce soit le fait des gouvernements comme en Arabie Saoudite ou en Iran, ou d'organisations non étatiques, comme le groupe Boko Haram au Nigéria, l'islamisme gagne en influence dans beaucoup de pays musulmans. Quand l'extrémisme devient la culture dominante de la population, les chrétiens courent de plus grands risques encore. En tant que minorité, ils se sentent étrangers dans leur propre pays. C'est ce qui se passe au Pakistan et même en Turquie.

En Irak, on a remarqué une dégradation de la situation au Kurdistan, qui était jusque-là une région sûre pour les chrétiens. Des extrémistes, soutenus par l'Iran, sont arrivés dans la région et sont responsables de l'augmentation des violences à l'encontre des chrétiens.

En Syrie, les quelque 2 millions de chrétiens sont dans l'expectative, et craignent d'être victimes de l'instabilité politique car le régime en place, si autoritaire soit-il, leur apportait jusque-là sa protection.

  • Le nationalisme religieux retrouve des forces. En Inde par exemple, les nationalistes hindous infiltrent les villages. Ils y créent des écoles et essaient d'y former toute une génération de nationalistes. C'est une stratégie à long terme qui pourrait entraîner, dans les années qui viennent, une augmentation de la persécution dans ce pays.
  • Les despotes ont peur. En Corée du Nord, où le fils de Kim Jong-Il vient d'accéder au pouvoir, le pays est au bord du gouffre.

Dans les pays communistes ou post-communistes, un peu plus stables, comme la Chine ou les républiques d'Asie Centrale, les gouvernements sont sur la corde raide. D'un côté, ils cherchent à libéraliser leur économie, d'un autre, ils ne veulent rien concéder sur le plan politique en terme de liberté pour les citoyens. Dans leurs efforts de se maintenir au pouvoir, ces gouvernements considèrent les communautés chrétiennes, soit comme des alliées potentielles, soit comme une menace. Dans les deux cas, le pouvoir cherche à les contrôler, ce qui explique pourquoi la situation ne s'améliore pas en Chine et pourquoi elle se dégrade dans les républiques d'Asie centrale.

  • La corruption organisée ne cesse de progresser. « Il est plus important de connaître le juge que de connaître la loi. » Ce constat fait par un pasteur au Pakistan reflète l'état de corruption de bien des pays. Au Nigéria, en Colombie, au Pakistan, en Indonésie et en Inde en particulier, les communautés chrétiennes doivent vivre dans une société totalement corrompue, dans laquelle ils ne peuvent obtenir quoi que ce soit, s'ils refusent de coopérer.

Source : Portes Ouvertes France

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

delaunay 14/01/2012 20:02


des salopards