INFIDELE: Que dois-t'on faire de cet appel aux meurtres des infidèles?

Publié le 2 Octobre 2010

Ce petit texte tourne souvent sur les messageries. J’en ignore l’auteur. Finalement je l’édite car il évoque une situation que bien des français ne réalisent pas. En effet, ils pourraient s’ils le voulaient ou le pouvaient, confronter le bon sens, le vrai humanisme, la vraie attention au prochain, le souci de l’autre et la compréhension du monde avec les préceptes religieux qui n’appellent pas à la réflexion, au choix, à la compassion si ce n’est à l’amour de l’autre sans distinction de couleurs ou de religion mais uniquement à la soumission à un Dieu invisible contenu en son entier dans un livre saint qui appelle aux meurtres de l’infidèle, de l’apostat, de l’idolâtre. Un livre si loin de nos mentalités, de nos lois républicaines, de nos valeurs humanistes. Beaucoup de mes « amis » me disent que j’en fais trop par rapport à l’islam ! C’est bien possible ! Mais combien j’aurai aimé que d’autres dans les années trente en fassent trop par rapport à la montée du nazisme de l’autre côté de la frontière. C’est possible que j’en fasse trop alors que je suis persuadé que je n’en fait pas encore assez. D’autres me disent que le Coran c’est comme la Bible ! Et quand je leur demande s’ils ont lu l’un et l’autre, ils me répondent le plus souvent non ! Alors quoi ? Si vous ouvrez la bible, vous pouvez lire une multitude de texte dont chacun sait aujourd’hui qu’il faut les prendre au deuxième degré au minimum voire au trente sixième. Tout le monde le sait y compris les chrétiens. Cela va du monde en 7 jours en passant par Sodome et Gomorrhe. De cette bible a été tiré des interprétations. Les plus dramatiques autrefois au Moyen-âge jusqu’à aujourd’hui ou des évêques français et d’ailleurs qui prônent l’entende cordiale avec un islam qui ne souhaite que la mort du christianisme et des juifs.

Mais qu’en est-il du Coran. Un livre de sourates et de versets placées de façon disparate par ordre de longueur sans chronologie et dont les propagandeurs ne précisent pas volontairement aux infidèles et idolâtres (les athées et autres incroyants) la partie « révélée » à la Mecque (ou Mahomet n’était pas un virulent compte tenu de son infériorité numérique) et celle de Médine ou en grand vainqueur des tribus juives ou idolâtres, il fit payer le prix du sang aux vaincus.

Cette religion est d’essence guerrière et conquérante. Elle n’est pas la religion d’amour et de paix si chère à notre bien pensant qui la regarde comme une simple religion sans tenir compte de la dimension politique, sociale et surtout juridique avec la charia qui régit tous les actes du "croyant musulman" jusqu'au moindre détail de sa vie civile et privé allant jusqu'à l'intimité du couple ou la femme n'a pas de rôle hormis celui d'être "utilisée".

Gérard Brazon  

 

Qu'est ce qu'un infidèle ?  

Nos élus ont-ils conscience de cette facette du problème ?  L'INFIDÈLE Comme le démontrent les lignes qui suivent, j’ai été contraint de prendre conscience de l’extrême difficulté à définir ce qu’est un « infidèle ». Choisir entre Allah ou le Christ, alors que l’Islam est de loin la religion qui progresse le plus vite en France.

Le mois dernier, je participais au stage annuel de remise à niveau, nécessaire au renouvellement de mon habilitation de sécurité dans les prisons. Il y avait dans le cursus une présentation par trois intervenants  représentant respectivement les religions Catholique, Protestante et Musulmane, expliquant les fondements de leurs doctrines respectives. C’est avec un intérêt tout particulier que j’attendais l’exposé de l’Imam. La prestation de ce dernier fut remarquable, assortie d’une projection vidéo. A l’issue des présentations, vint le temps des questions/réponses, et lorsque ce fut mon tour, je demandais : « Je vous prie de me corriger si je me trompe, mais j’ai cru comprendre que la majorité des Imams et autorités religieuses ont décrété le Jihad (guerre sainte), à l’encontre des infidèles du monde entier, et qu' en tuant un infidèle (ce qui est une obligation faite à tous les musulmans), ceux-ci sont assurés d’aller au paradis.
Dans ce cas, pourriez-vous me donner la définition de ce qu’est un infidèle ?
Sans rien objecter à mon interprétation et sans la moindre hésitation, l’Imam répondit - « un non croyant ».
Je rétorquais :  alors permettez-moi de m’assurer que j’ai bien compris.

L’ensemble des adorateurs d’Allah doivent obéir au commandement de tuer quiconque n’appartient pas à votre religion, afin de gagner leur place au paradis, n’est-ce pas ?
Son visage qui affichait jusqu’alors une expression pleine d’assurance et d’autorité se transforma soudain en celui d’un garnement surpris la main dans le pot de confiture. - - C’est exact rétorqua-t-il dans un murmure
Je repris :

« Eh bien, j’ai beaucoup de mal à essayer de m’imaginer le Pape Benoît XVI exhortant tous les Catholiques à massacrer vos coreligionnaires ou le Pasteur Stanley en faisant autant pour garantir aux Protestants une place au paradis. »

L’Imam se retrouva sans voix !  

Je poursuivis : « J’ai également des difficultés à me considérer comme votre « ami », lorsque vous-même et vos confrères incitez vos fidèles à m’égorger !

 Juste une autre question :

-         « Choisirez vous de suivre Allah qui vous ordonne de me tuer afin d’obtenir le paradis, ou le Christ qui m’incite à vous aimer afin que j’accède, moi aussi au paradis, parce qu’Il veut que j’y sois en votre compagnie. ? »

 

On aurait pu entendre une mouche voler, tandis que l’Imam demeurait silencieux.
Inutile de préciser que les organisateurs et promoteurs du séminaire de formation à la « Diversification » n’ont pas particulièrement apprécié cette façon de traiter le ministre du culte Islamique et d’exposer quelques vérités à propos des dogmes de cette religion. Au cours des vingt années à venir, il y aura suffisamment d’électeurs musulmans en France pour installer un gouvernement de leur choix, avec l’application de la Charia en guise de loi.
Il m’apparaît que tous les citoyens de ce pays devraient pouvoir prendre connaissance de ces lignes, mais avec le système de justice et de médias libéraux combinés à la mode démente du politiquement correct, il n’y a aucune chance que ce texte soit largement publié.

Auteur inconnu à moins que ce ne soit qu’une parabole !(sourire)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francis CLAUDE 02/10/2010 16:32



au moins les choses sont claires.... mais conbien de Français de souche vont ils lire ou meme avoir connaissance de ces lignes?? et quand méme soit ils des millions combien agirons pour ne pas
tomber sous le jouc des islamistes?


mon grand-pére m'a toujours expliquer qu'il valait mieux faire le boucher que le veau!!!!



Gérard Brazon 02/10/2010 20:00



sourire