Insécurité en Kabylie : les citoyens se mobilisent

Publié le 8 Mars 2013

IHESNAWEN (SIWEL) — En Kabylie l'insécurité entretenue par le régime d'Alger ne cesse de faire des victimes, mais aussi de mobiliser les citoyens pour la défense de la région. Au village d’Ihasnawen personne n’est dupe : Un État complice de l’insécurité ne peut mettre fin à ce drame qui eudeuille beaucoup de familles.


La Kabylie fait face à un plan diabolique de la part du pouvoir. PH/Tamurt
La Kabylie fait face à un plan diabolique de la part du pouvoir. PH/Tamurt
Les villageois d’Ihasnawen grognent ! Ils se réuniront à Ath Mensour le 8 mars contre l’insécurité. « La prolifération des actes de banditisme, parfois avec usage d’armes à feu, est à l’origine d’une mobilisation, actuellement en cours au sein de tous les villages et hameaux dépendant d’Ihasnawen dans la commune de Tizi-wezzu. La goutte qui a fait déborder le vase est l’une des dernières actions de banditisme ayant eu lieu il y a un peu plus de deux semaines. Il s’agit d’une tentative de kidnapping d’un commerçant par des bandits encagoulés et munis d’armes à feu » dénoncent les habitants de ce paisible village à travers un communiqué. 

La personne a été pour rappel visée, vers six heures du matin, par quatre individus qui lui ont intimé l’ordre de les suivre. 
Alertée par des voix étrangers, la mère du jeune commerçant, visé par le rapt, s’est interposée et l’un des assaillants à ouvert le feu la blaisant grièvement. La victime a été transportée d’urgence vers le service des urgences médicochirurgicales du centre hospitalo-universitaire Neddir Mohamed de Tizi Wezzu (Tizi Ouzou), puis vers Alger. 

Depuis cette grave agression, les citoyens d’Ihasnawen ne cessent de se concerter pour trouver une solution au problème de l’insécurité qui règne au sein des différents hameaux. Ils viennent de se constituer en coordination des comités de villages. Les concernés ont décidé de mettre sur pied une coordination des comités de villages d’Ihasnawen. Dans leur communiqué, les citoyens d’Ihasnawen précisent que « leur localité est touchée de plein fouet par plusieurs fléaux comme le banditisme, l’alcool, la drogue, ce qui favorise la prolifération d’actes de banditisme, d’homicides, de vols ainsi que de la vente de la drogue parfois à proximité même des établissements scolaires ». 

Les concernés rappellent d’ailleurs que « le summum de la barbarie a été atteint lors de la dernière agression au niveau du hameau Azib Ahmed, car arriver à tirer sur une vieille avec une arme à feu en plein jour dépasse tout entendement ». Les habitants soulignent qu’ils « se sentent meurtris et blessés dans leur amour-propre et leur dignité et qualifie ce genre d’acte d’ignoble ». 

Ils exigent de ce fait que « soient identifiés et punis les auteurs de cet méfait et de tous les autres ayant eu lieu ces derniers mois dans la région... ». Au village personne n’est dupe : Un Etat complice de cette insécurité ne peut mettre fin à ce drame qui endeuille beaucoup de familles. 

mt/aai 
SIWEL 06 1251 MAR13

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Pivoine 08/03/2013 16:09


Au village personne n'est dupe : un Etat complice de cette insécurité ne peut mettre fin à ce drame qui endeuille beaucoup de familles.


Tiens tiens... C'est fou ce que ça me rappelle ce qui se passe en France depuis que les socialauds  ont pris le pouvoir en 1981. Première étape : abolition de la peine capitale. Deuxième étape : impunité des délinquants.
Voilà le résultat aujourd'hui !


La différence, c'est que les Kabyles ont compris, eux !


Quand donc les Français ouvriront-ils les yeux ? ? ?