Insertion des 18-25 ans : extension de la « garantie jeunes » ou "prime glandouille" !

Publié le 14 Janvier 2015

Signalé par Françoise et Serge

Pour se donner un peu de courage, sortir de beau matin pour chercher du boulot, trouver un apprentissage, prendre le métro en compagnie des "sans dent", s'insérer dans le tissu social et autres balivernes que l'on ressort tous les jours vis à vis de ces pauvres jeunes sans emploi, forcément abandonnés dans les "cités défavorisées", laisser aux mains "des racistes franchouillards", ces pauvres jeunes victimes de la méchante société française qui ne le veut que du mal, vont pourvoir participer à la tambouille familiale, oeuvrer à mettre du beurre dans le couscous en offrant une allocations distribuée par le très cher Président de la République et son équipe de la "socia-lie". Jugez-en.

******* 

Source Service public.fr

Depuis le 2 octobre 2014, le gouvernement expérimente la “garantie jeunes banlieues” : 434 euros par mois, versés dans un premier temps à 100 000 jeunes sans emploi et ne suivant aucune formation. 

En 2015, 61 nouveaux territoires supplémentaires vont être concernés par le dispositif de « garantie jeunes ». C’est ce qu’a annoncé le ministère du travail lundi 1er décembre 2014.

Ce dispositif dont les modalités de mise en place avaient été fixées par un décret et un arrêté du 1er octobre 2013 concerne les 18-25 ans en situation de précarité, sans emploi et sans formation. Il propose un accompagnement renforcé vers l’emploi, avec une allocation d’un montant équivalent au revenu de solidarité active (RSA) pendant les périodes sans emploi ni formation.

C’est dans le cadre du plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale que cette « garantie jeunes » avait été proposée en décembre 2012.

Sur Service-public.fr

Prise en charge de l’insertion d’un jeune de plus de 16 ans

Pour en savoir plus

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Pivoine 14/01/2015 19:20


 Que ne ferait-on pas pour quelques voix de +, et tant pis si les déficits se creusent  !