Interview de Philippe Karsenty - Par Avraham Azoulay et Guidel Ben-Ishay

Publié le 26 Février 2011

     Vous connaissez sans doute Philippe Karsenty qui défie la bien pensance mais surtout dénonce un scandale médiatique: l'affaire Al Dura. J'en ai souvent parlé sur ce blog. Cette affaire met en lumière une vision partisane de l'information concernant le conflit Israélo-Arabe.

Gérard Brazon 

 

Interview Philippe Karsenty

 

Par Avraham Azoulay et Guitel Ben-Ishay

 

Le 10 février 2011, s'est tenu à Paris, le traditionnel dîner du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France (CRIF). Comme chaque année, de nombreuses personnalités politiques françaises avaient fait le déplacement. Le Président de la République en était l'invité d'honneur. Son discours a été, semble-t-il, moins applaudi qu'à l'accoutumée. Pour analyser son intervention ainsi que sa ligne politique envers Israël, nous avons interroge Philippe Karsenty.

 

Le P'tit Hebdo : Vous avez organisé une réunion particulièrement explosive, le 15 février dernier à Neuilly. Qui étaient les intervenants ? Comment le public a-t-il réagi ?

 

Philippe Karsenty : En coordination avec la communauté juive de Neuilly, j’ai organisé une conférence autour de Daniel Pipes, le grand islamologue américain, directeur du Middle East Forum. Afin de permettre au public d’avoir d’autres points de vue, nous avons aussi invité Michel Gurfinkiel et Guy Millière. Le thème de la soirée était « L’islam, le monde arabe et l’Europe », thème qui dans cette période historique agitée a attiré beaucoup de monde puisqu’environ 350 personnes sont venues les écouter. La soirée était interactive, de nombreuses questions ont été posées et nous avons demandé aux intervenants de parler de façon directe et d’effectuer des réponses courtes.

 

Lph : Avez-vous eu des difficultés à faire autoriser ce débat par les autorités compte-tenu de l'ambiance très pro-arabe qui règne en France en ce moment ?

 

P.K : Pas vraiment puisque le débat a eu lieu à la synagogue de Neuilly. De nombreuses personnes musulmanes ont assisté à la conférence et y ont pris la parole. Et même si vous avez raison sur l’environnement pro-arabe des médias français, le public ne les suit plus vraiment. Les choses évoluent de façon assez notable et l’opinion publique commence à ouvrir les yeux.

 

Lph : Le traditionnel dîner du CRIF vient d'avoir lieu. Le Président Nicolas Sarkozy a-t-il manifesté son soutien envers Israël ?

P.K : Ce n’est pas la première chose qui me vient à l’esprit quand je pense à ce qu’a dit Nicolas Sarkozy lors de ce dîner ! Il a longuement parlé des relations entre la France et les Juifs en enfonçant des portes ouvertes et en flattant certains egos. Il a ensuite répété le couplet obligé sur l’amour immodéré que la France porte aux Juifs morts pendant la Shoah. Nicolas Sarkozy a ensuite parlé du monde arabe en insistant sur la nécessité de ne pas s’ingérer dans la politique de ces pays. Puis, comme tous ses prédécesseurs, Nicolas Sarkozy s’est permis de faire des recommandations aux Israéliens : « Il faut rendre le Golan à la Syrie ». En 2008, il avait déjà commencé par diviser Jérusalem

Donc, pour résumer la politique étrangère de N. Sarkozy, c’est ingérence pour la seule démocratie de la région, Israël, et silence pour les dictateurs arabes que la France aime tant cajoler ! Avec des amis comme ça, Israël n’a pas besoin d’ennemis !

 

 

Lph : Lors de ce diner, la chaîne de télévision France 2, que vous mettez en cause dans l'affaire Al-Dura, a également été citée. Pourquoi et comment le Président français en a-t-il parlé ?

P.K : En effet, le Président français a cité France 2… Dans son discours, le président du CRIF, Richard Prasquier, a demandé à Nicolas Sarkozy de relancer la mise en place d’une commission d’enquête indépendante au sujet de la mise en scène de la « mort » de Mohamed al Dura qui fut produite et diffusée par France 2. Nicolas Sarkozy n’a pas répondu à la question du président du CRIF. Mais quelques instants plus tard, Nicolas Sarkozy a exprimé sa fierté d’être le président d’un Etat qui contrôle France 2 ! Quelle gifle ! Au dîner du CRIF, faire des éloges sur cette chaîne qui s’est compromise dans la pire propagande antisémite et qui continue à la couvrir. Que pouvait-il faire de pire ?

Lph : Comment expliquez-vous cette intervention du Président de la République ?
L’entourage de Nicolas Sarkozy devient de plus en plus hostile à Israël et aux Juifs. Dès son arrivée à l’Elysée, Nicolas Sarkozy a repris le conseiller diplomatique de Jacques Chirac, Jean-David Levitte, qui était le grand architecte de la politique arabe de Chirac. Comment voulez-vous que Sarkozy n’ait pas une politiquehostile à l’égard d’Israël en s'entourant d'un tel homme ? Par la suite, Nicolas Sarkozy a étoffé ses équipes avec des gens de plus en plus éloignés de nos valeurs.

La cerise sur le gâteau est arrivée le 3 janvier 2011  quand Nicolas Sarkozy a nommé son nouveau conseiller audiovisuel : Camille Pascal ! Pour résumer ce personnage, cela fait 6 ans qu’aux différents postes qu’il a occupés, Pascal s’est illustré pour étouffer l’affaire al Dura. Quand j’avais saisi le CSA  (l’instance de contrôle des médias français), Camille Pascal avait enterré l’affaire. Ensuite, il s’est fait parachuter à la direction de France Télévisions où il a continué à empêcher la révélation de la vérité.

Pour présenter Camille Pascal, permettez-moi de raconter une anecdote. Quand il était au CSA, j’ai eu une conversation téléphonique animée avec lui. Alors que je m’étonnais de la lenteur de ses services, il m’avait accusé d’appartenir aux services secrets israéliens. Choqué par ses propos, je lui avais demandé de les répéter. Ce qu’il fit sans hésiter : « Vous appartenez aux services secrets israéliens, et c’est votre droit le plus absolu ! ». Par chance, j’ai enregistré cette conversation que j’ai récemment faite circuler sur internet.

 

Lph : Votre combat est à contre-courant en France. Comment vous sentez-vous dans ce pays?

P.K : De plus en plus mal. Le combat pour faire prévaloir nos valeurs de liberté et de vérité commence à devenir difficile en France. Le mensonge, le cynisme et la corruption règnent. Au rythme où vont les choses, l’air deviendra de plus en plus irrespirable pour ceux qui veulent garder leur dignité. Les mensonges contre les Juifs et Israël sont de plus en plus flagrants dans les médias.


Lph : La France a voté à l'ONU en faveur du projet de résolution palestinien condamnant la poursuite de la construction israélienne en Cisjordanie. La France est-elle toujours l'amie d'Israël, comme le prétend Nicolas Sarkozy?

P.K :  Votre question est très pertinente. En 2007, les Juifs de France et d’ailleurs ont fortement soutenu Nicolas Sarkozy, pensant qu’il partageait nos valeurs et nos aspirations.
Quelle déception ! Il s’est
mal entouré et cela l’a amené à conduire une politique étrangère contestable. Il nous a payé de mots et ses actes sont devenus de plus en plus hostiles. Bien sûr, vous trouverez toujours des Juifs de cour ou des crétins opportunistes décorés pour vous dire le contraire mais ils seront bien en mal de trouver un seul acte positif de Nicolas Sarkozy. Des mots, oui, des actes jamais !

Ce que l’on observe aujourd’hui à l’ONU n’est que le reflet d’une trajectoire commencée dès l’entrée de Nicolas Sarkozy à l’Elysée.

Que faisaient François Fillon et Michèle Alliot-Marie en Tunisie et en Egypte au frais de ces régimes autoritaires ? Toutes ces compromissions ont un prix et c’est nous qui en payons l’addition à l’ONU et dans toutes les instances internationales. La France est l’otage de ces comportements indignes.

La conclusion simple et évidente que les Juifs, comme tous ceux partagent nos valeurs, doivent tirer est que pour regagner le vote juif, Nicolas Sarkozy devra opérer un changement de politique et changer d’équipe.

Et si rien ne change, il faudra probablement soutenir d’autres candidats.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Nancy VERDIER 26/02/2011 15:21



Je ne vois pas pourquoi on donnerait une seconde chance à Nicolas Sarkozy. Il avait toutes les cartes en mains en 2007 et il avait la confiance de ceux qui espéraient un changement de politique
étrangère surtout vis à vis d'Israël. Lui et ses conseillers en politique étrangère de tous bords sont incapables d'identifier les vrais problèmes intérieurs qui se posent aux nations et
incapables d'inaugurer une nouvelle  politique étrangère.  En renvoyant Mam et en prenant Juppé, on reste dans le même cercle et le fameux Credo gaulliste pour ne pas dire, le même
immobilisme. le Quai d'Orsay est incompétent depuis longtemps. (Quand j'étais en Californie en 1980, pour une enquête sur les nouvelles technologies de la Silicon, personne à l'Ambassade ne
s'intéressait à cette évolution...Quand Mam et Fillon allaient en Tunisie ou en Egypte, avaient-ils au moins conscience de la misère des gens? En Egypte, les ordures et déjections traversent les
villes. Les cours d'eau sont remplis de détritus....L'eau va être le problème majeur dans ces régions. Qui s'intéresse à cela? ) Israël au moins avait aidé les Egyptiens à irriguer avec le
processus "goutte à goutte". Si la diplomatie française était moins stupide, elle ferait la promotion d'Israël dans la région (au lieu de demander la restitution du Golan) - car Israël est la
seule nation au monde qui a su faire "fleurir le désert " et qui pour l'avenir peut jouer un rôle essentiel dans la région.



Gérard Brazon 26/02/2011 16:47



Je suis totalement en phase avec ce commentaire. Merci Nancy.