Interview par Riposte-Laïque - le candidat de la semaine : Gérard Brazon, Puteaux (92)

Publié le 20 Novembre 2013

Pierre Cassen Par Pierre Cassen

Riposte Laïque : Tu es candidat aux prochaines élections municipales de Puteaux, dans les Hauts de Seine. Peux-tu te présenter aux lecteurs de Riposte Laïque, et expliquer ton parcours professionnel et politique ?

Gérard Brazon interview3 Gérard Brazon : quatrième fils sur cinq d’une famille de modestes salariés vivant en HLM, destiné par les choix familiaux au monde ouvrier, j’ai eu la chance de naître curieux et d’aimer la lecture et l’Histoire. Très tôt, influencé par les auteurs du 19iéme comme Victor Hugo entre autres, j’ai intégré le monde syndical. Elu du personnel, puis permanent syndical pendant de nombreuses années, j’ai été passionné par le social et le monde du travail. J’ai vite compris la part néfaste d’idéologie politique dans les négociations et les appels à la grève. C’est clair, il n’y a pas de syndicat de droite, Il y a rarement de syndicalistes de droite et j’étais souvent le petit canard noir. En parallèle, j’ai créé plusieurs associations dans ma ville. C’est par l’intermédiaire de l’une d’elles, que je me suis retrouvé dans un Conseil Municipal.

Riposte Laïque : Tu es donc un ancien responsable du RPR et de l’UMP, et tu figurais dans l’équipe municipale sortante. Quels ont été les détonateurs de ton évolution ?

Gérard Brazon : Au RPR je n’étais qu’un militant parmi d’autres. Je n’aimais pas Jacques Chirac que je jugeais Radical-Socialiste. Ce qui déplaisait beaucoup à certains. A l’UMP, par le jeu de la seule élection démocratique qui soit vraiment dans ce parti, je suis devenu Conseiller National au grand étonnement de la hiérarchie locale qui ne voulait surtout pas que j’y sois. A commencer par le Maire de ma ville Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Mais la magie d’internet, mon blog Putéolien, les liens supposés proches avec le Maire, n’y ont pas été pour rien dans cette élection par des militants de la circonscription de Puteaux-Neuilly. J’ai donc pu réaliser par la suite qu’à l’UMP, la démocratie n’était pas la préoccupation première. Une sorte de centralisme démocratique était la règle non écrite. Les décisions venaient de la Présidence et nous étions appelés à les valider. Au moment de ma réélection, le Maire fit appeler la veille au soir, par téléphone, tous les militants afin de leur indiquer sa préférence. J’en fus alerté rapidement, mais elle nia bien entendu. C’est de cette façon peu glorieuse pour les pontifes locaux, que je fus viré du Conseil National.

Les détonateurs ont été multiples.

1/ Mon exclusion du Conseil municipal du fait de mon blog jugé islamophobe et donc contraire au vote musulman.

2/ Les coups en douce pour m’exclure du Conseil National de l’UMP. Je pouvais devenir gênant dans cette instance.

3/ La volonté de me sortir du Conseil économique et social en me retirant la présidence de la commission transport et sécurité, en organisant une réélection des Présidents de commissions, non prévue à l’origine de la mise en place de ce Conseil économique et social. Et ce, malgré un travail formidable de cette commission, reconnu par tous.

4/ Une trop grande écoute vis-à-vis des autorités de l’islam. Il faut savoir que Puteaux avait accepté pendant sept ans, les prières chaque vendredi, dans la rue Saulnier et pire, l’organisait avec sa police municipale. Devant mes alarmes en direct auprès du Maire, mes écrits sur Riposte-Laïque et sur mon blog Puteaux-Libre, les attaques virulentes d’une opposition municipale islamophile de gauche et du MoDem, firent que je devenais plus qu’une gêne, mais une vraie cible. Peu de Putéoliens le savent. Comme peu savent qu’une Mosquée existe à côté du cimetière nouveau avec l’aide de la Municipalité, et aux frais probablement où au moins en partie, des contribuables.

Il était temps que je m’éloigne. Non sans un certain déchirement car je suis un homme de fidélité où l’affectif est hélas bien trop important. Il y a un moment où il faut être lucide, accepter la réalité et tirer les conséquences. On ne peut pas accepter les plantages de couteaux dans le dos, la ciguë et garder le sourire. Cela porte un nom.

Riposte Laïque : Quelles sont les caractéristiques de Puteaux, où tu te présentes ? Quelles seront les axes de ta campagne ?

Gérard Brazon : Puteaux est une ville riche. Une ancienne ville ouvrière qui fut transformée de fond en comble par 45 ans de monarchie Ceccaldiste absolue. Parfois et souvent éclairée, trop souvent injuste dans la gestion humaine des citoyens et des salariés. Particulièrement sous le règne de l’héritière. Le système est surtout clientéliste. Plus vous êtes proche du pseudo soleil, plus vous devenez chèvres et moins vous connaissez les réalités de la ville.

Les Putéoliens les plus modestes sont souvent tributaires et se croient en plus, redevables. Certains mêmes, s’imaginent menacés à travers leurs propres baux de location HLM. C’est affligeant. La politique sociale, l’attribution des logements, les séjours dans les villages de vacances, les invitations aux réceptions, les cadeaux aux anciens, aux jeunes, aux moins jeunes,  les voyages pour des écoliers, des collégiens, la présence forte à travers les subventions aux associations diverses et variées, qui les transforment en porte-paroles municipaux, les différentes activités sportives ou culturelles, tout cela  fait l’objet d’un soin attentif. Le retour est exigé d’une manière ou d’une autre. Le plus souvent, c’est par le silence et le refus de s’opposer en direct sous forme d’une participation éventuelle à la mère de toutes les élections pour un Maire : la municipale. La deuxième est de continuer à voter pour que le système perdure. Ce système est à bout de souffle et il présente des fissures.

Mes axes sont simples: instituer une vraie politique sociale basée sur la priorité aux Putéoliens d’abord. Donner de l’oxygène à la démocratie locale. Permettre des référendums municipaux. Ouvrir la possibilité aux Putéoliens d’élire leurs représentants de quartier qui sont actuellement nommés par le Maire. Ce qui ne veut pas dire qu’ils auraient un pouvoir autre que consultatif. Permettre la transparence partout où c’est possible à commencer par l’attribution des logements sociaux. Avoir une politique locale et fiscale de l’Industrie et du Commerce. Instituer dans les appels d’offres, dans la légalité stricte, une préférence vers les commerces et les industries de la ville. Instituer une vraie politique locale de l’emploi en collaboration avec tous les partenaires sociaux: industries, commerces, associations, etc. La ville avec son quartier d’affaire de la Défense, peut être une vraie mine ou des rapprochements peuvent se trouver entre l’offre et la demande.

Riposte Laïque : Comment sens-tu, sur les marchés et dans les discussions, l’état d’esprit des électeurs de ta commune.

Gérard Brazon : Dans un premier temps, je fus comme un extra-terrestre. Comment un ancien de l’UMP, ayant fait partie de l’équipe municipale peut-il se présenter contre le Maire au profit du Front National ? Puis vint le temps ou les « amis » vous évitent, changent de trottoirs, font semblant de ne pas vous voir. La gêne est souvent palpable. Ridicule et pitoyable de la part de femmes et de citoyens ayant un certain âge si ce n’est un âge certain. De Gaulle disait: Le caractère c’est d’abord de négliger d’être outragé ou abandonné par les siens. Il y a donc une période de blanc absolu, parfaitement douloureuse, que l’on doit affronter avec le sourire stoïque. Ceux qui vous évitent n’encouragent pas ceux qui se méfient de vous. Et puis, il y a quand même quelques amis fidèles, assez courageux pour vous parler dans la rue. Ceux qui ne craignent pas les foudres de l’édile. Peu à peu, vous vous faites d’autres amis et la vie continue ma foi. Avec d’autres repères et la certitude aujourd’hui d’être dans le camp de la vérité.

Riposte Laïque : Où en est la composition de ta liste ? La parité obligatoire complique-t-elle les choses ?

Gérard Brazon : Le système électoral pour les élections municipales est la pire chose qui soit. Personne ne peut imaginer l’énorme travail que cela représente de trouver des colistiers dans une ville où le clientélisme est le système roi. Où la peur d’être opposant est bien réelle. Le Maire actuel n’a jamais eu à chercher quoi que ce soit, la Municipalité lui fut offerte en quasi héritage par son père. Elle tentera de l’offrir à son fils de la même manière. Il lui suffit de faire des choix entre des sujets-prétendants. La peur de déplaire est patente. Les moyens humains ne sont pas les mêmes. Un personnel de contractuels municipaux, tous « volontaires » bien sûr, font sa campagne sur le terrain. Personne n’est dupe. Fort heureusement, les Français sont des « râleurs » et ils n’aiment pas sentir le collier autour du cou. Entre le loup et le chien bien nourri de Jean de la Fontaine, beaucoup font le choix du loup.

Alors je ne dirai rien sur la composition de ma liste sauf qu’elle existe bel et bien, qu’il y a des femmes et des hommes qui me font confiance et que contrairement à ce que pense aujourd’hui le maire UMP de Puteaux, j’espère bien que nous allons offrir aux Putéoliens la possibilité de voter pour la liste Puteaux Bleu Marine-Front National.

Pour conclure, je sais qu’il y a beaucoup de patriotes Putéoliens qui lisent Riposte-Laïque. Je leur demande de me contacter tout simplement par ton intermédiaire ou en direct. Il serait dommage qu’ils ne participent pas à cet élan patriotique et ne puissent pas pouvoir valider dans les urnes leur choix politique pour l’amour de la France laïque et éternelle. L’histoire ne repasse pas deux fois le même plat.

Propos recueillis par Pierre Cassen

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

lombard 23/11/2013 15:31


bonjour


bravo !!! continuez ,vous etes sur la bonne voie !soutien total.

Roban 21/11/2013 22:27


Merci Gérard pour ce que j'appellerai "une confession".


Une des phrases du début a donné le ton : " Je n’aimais pas Jacques Chirac que je jugeais Radical-Socialiste." et je la
partage entièrement.


N'habitant pas Puteaux, je ne pourrai voter pour vous et je le regrette, mais je vous souhaite de réussir car vous le
méritez.

Polux 21/11/2013 16:15


Oui, bravo Gérard Brazon ! J'espère que vous ferez parti des nombreux élus du FN !


Moi je suis dans un petit village de 200habitantsoù il n'y a pas de liste FN, mais j'aurai d'autres occasions pour faire entendre ma voix !!!


En ce qui concerne la parité sur les listes, espérons que celà ne débouchera pas sur une parité multiculturelle à plus ou moins brève échéance...!?


 

LA GAULOISE 21/11/2013 10:02


ENTIEREMENT D ACCORD AVEC MARIE CLAIRE : VOUS ETES QUELQU UN DE BIEN GERARD ET JE SUIS SURE QUE VOUS ALLEZ FAIRE UN TABAC ! DU RESTE MARINE ET VOUS MEME ALLEZ GAGNER .....

mika 20/11/2013 23:02


Moi que rien n'encourage à retourner voter je ne peux que regretter de ne pas habiter Puteaux.

Marie-claire Muller 20/11/2013 22:44


Merci Gérard de te lancer dans la bataille!!!Marine et toi méritez qu'on vous soutienne.Je me souviens qu'au début ,lorsque j'ai écrit sur ton blog tu me situais à l'extrêm droite à cause de mes
commentaires par lesquels j'appelais ,un chat,un chat et un mahométan,un colonisateur (je n'étais pas encore au MBM) mais je voyais bien que l'UMP dont j'étais adhérente m'avait en quelque sorte
trahit et que la réalité nous était cachée,comme le fait actuellement le national socialisme vertueux et donneur de leçon mais incapable de nous protéger mais au contraire nous vendait et nous
ruinait!!


JE N AI NI HONTE NI PEUR DE CLAMER A QUI VEUX L ENTENDRE : VIVE MARINE NOTRE JEANNE D ARC !!ELLE MERITE QU ON LA SOUTIENNE ELLE SE BAT POUR QUE VIVE LA FRANCE!!!!!!!!!!!!!!!!!BONNE CHANCE
GERARD.