Interview de Guy Millière - par Avraham Azoulay. Présentation Gérard Brazon

Publié le 18 Mai 2011

Dans le même ordre d'idée que le précédent article, cet interview de Guy Millière par Guidel Ben-Ishay nous prouve qu'un véritable malaise s'installe dans notre communauté française du fait d'une occupation sournoise de notre espace publique, médiatique et bientôt politique.

            Ce ne sont pas des chars, des avions et des troupes qui envahissent la France et l'Europe mais bien les tenants d'une islamisation progressive de notre pays à travers des responsables politiques déjà dhimmisés qui construisent, au frais des citoyens, ces fameuses mosquées qui seront les casernes avec des minarets qui seront les bâillonnettes comme l'a dit si bien Erdogan. Ce qui est effarant ce n'est pas un quelconque mensonge des islamistes qui ne se cachent pas, mais c'est l'autisme de nos dirigeants politiques qui ne voient pas qu'ils sont entrain de détruire notre civilisation.

Gérard Brazon

 

Interview Guy Millière

Guy Millière est un écrivain français, éditorialiste pour Israël Magazine et chroniqueur pour  des sites d'informations, tels que drzz.info. Il est un de ces « nouveaux Justes », qui bien que non-Juif, ne craint pas de s'engager dans la voie minoritaire de la défense d'Israël. Il sera en Israël, du 18 au 24 mai, pour une série de conférences. A cette occasion, il nous a expliqué les raisons de son engagement, de son attachement au peuple juif et sa vision des événements qui secouent notre époque.

 

Le P'tit Hebdo : Qu'est-ce qui vous a amené à vous impliquer autant pour la cause israélienne plus que pour une autre?

Guy Millière : Je trouve que ce que le peuple d’Israël a accompli en soixante-trois ans est admirable à de nombreux égards. Je pense que quiconque est imprégné d’amour pour l’humanité ne peut qu’aimer Israël. Au vu de toutes les falsifications et de toutes les incitations à la haine subies par Israël, c’est un pays que, pour des raisons éthiques, je dois défendre. Je fais un travail intellectuel pour dire la vérité et la faire avancer. Je dis la vérité. Je pense avoir une responsabilité particulière en continuant à la dire dans un contexte où  le mensonge est omniprésent. Israël est victime du mensonge. Mon rôle est de combattre le mensonge et de le faire reculer, autant que faire se peut.

 

Lph : Ne regrettez-vous jamais ce choix lorsque vous faites l'objet d'attaques ?

G.M : Non. Je regrette, bien sûr, ces attaques et je les trouve déplorables et nauséabondes. Voir que l’on peut dire que je suis d’extrême-droite parce que je défends Israël et que je lutte contre l’antisémitisme sans faire la moindre concession me semble particulièrement répugnant. Mais subir des attaques déplorables, nauséabondes et parfois répugnantes ne m’incite pas à courber la tête, au contraire. Et, connaissant l’histoire de l’antisémitisme, connaissant la façon dont le peuple juif a été si souvent traité dans l’histoire, cela me permet de comprendre un peu mieux encore ce que c’est qu’être détesté et traîné dans la boue sans la moindre raison.  J’en déduis qu’il existe une pathologie mentale chez ceux qui m’attaquent. Mes valeurs ont toujours été la défense des droits de l’être humain, de la liberté individuelle et de la liberté de penser, me trouver confronté à la bêtise et à la méchanceté ne me fera pas changer mes valeurs.

 

Lph : Votre dernier ouvrage, « Comme si se préparait une seconde shoa », porte un titre que certains ont jugé choquant. Pourquoi l'avez-vous choisi ?

G.M : J’ai voulu que le titre soit choquant car la situation présente est choquante. J’ai rédigé ce livre en observant la remontée de l’antisémitisme en Europe et la montée parallèle d’une diabolisation d’Israël. Je relis souvent Léon Poliakov, et je pense que ce qu’il a écrit sur la façon dont la shoah avait été rendue possible par une accoutumance des peuples européens à la haine des Juifs est très pertinent. Je veux que les non-Juifs en Europe aient conscience de ce qui est en train de se passer, et ce livre leur est adressé. C’est une façon pour moi de leur dire : vous rendez-vous compte de la monstruosité vers laquelle vous vous laissez entraîner ? Je dis aussi à mes amis Juifs dans le livre qu’il n’y aura pas de seconde shoah parce que le peuple juif est debout, parce qu’Israël existe, et que le peuple d’Israël ne laissera pas le mal triompher une seconde fois. Le livre explique les engrenages qui conduisent l’Europe à renouer avec l’antisémitisme et à se conduire d’une façon de plus en plus vile, lâche, vis-à-vis d’Israël. Il explique aussi, et cela me semble important, que le peuple américain, lui, ne tournera jamais le dos à Israël, quand bien même toute une gauche universitaire et médiatique américaine, elle, se trouve contaminée par l’antisémitisme et l’ « antisionisme » européens.

 

Lph : Où se trouvent les lacunes de la diplomatie israélienne lorsqu'il s'agit de justifier les actions de son Etat?

G.M : Je pense qu’Israël, depuis les accord d’Oslo, est dans une position trop défensive. Je pense qu’il serait nécessaire de davantage rappeler l’histoire et de souligner bien plus certains faits. Un Etat arabe a été créé sur 80% des terres du Mandat palestinien. Il y a donc déjà un Etat arabe palestinien, la Jordanie. Ni l’Autorité Palestinienne ni le Hamas n’ont de légitimité : ce sont des organisations essentiellement terroristes. Les médias palestiniens regorgent de propagande haineuse. Le préalable à tout dialogue devrait être la transformation des médias palestiniens en des médias dignes de ce nom et le changement des programmes scolaires palestiniens. Il faudrait demander aux dirigeants européens et américains ce qu’ils pensent à ce sujet, et le faire ouvertement et explicitement.

 

Lph : Ce n'est pas la première fois que vous venez en Israël. Que préférez-vous dans ce pays ?

G.M : Il est difficile de faire une réponse brève. J’aime la diversité, la liberté, la tolérance, le dynamisme qu’on ressent partout en Israël. J’aime le peuple israélien. Partout où je suis allé, j’ai toujours rencontré en Israël de la gentillesse et de la générosité.

 

Lph : Qu'est-ce que vous inspire la situation politique française qui voit monter le Front National d'une part et les courants islamiques d'autre part ?

G.M : La France me semble être présentement un pays très malade. La population française ressent un déclin et ne trouve des réponses dans aucun discours politique : cela conduit à des crispations et à des tentations de repli. Le Front National est porteur de ces tentations de repli. C’est un parti nationaliste, protectionniste, socialiste dans son programme économique, et très profondément xénophobe. Jean-Marie Le Pen est antisémite. Je ne pense pas que sa fille le soit, mais il y a toujours au sein du Front National de nombreux antisémites. Les courants islamiques n’ont pas de représentation politique, mais la montée de l’islam fait peur à de nombreux Français, et dès lors que la gauche pratique l’aveuglement volontaire devant la montée de l’islam et que l’UMP pratique une forme d’apaisement, il ne reste à ceux qui entendent exprimer leur crainte qu’à se tourner vers des mouvements de repli identitaire tels que le Front National. En 2007, il a été possible d’avoir un espoir en Nicolas Sarkozy : cet espoir s’est largement dissipé. La situation est très triste : il n’existe aucun mouvement politique en France aujourd’hui qui soit porteur d’un esprit de liberté économique, d’ouverture à la mondialisation, et d’amitié envers Israël et les Etats-Unis.

 

Lph : Les Juifs de France sont partagés : pour certains, la France est un pays franchement hostile à Israël, pour d'autres un pays franchement ami. Sont-ils paranoïaques ou naïfs?

G.M : C’est un fait, la France a eu une attitude amicale envers Israël jusqu’au milieu des années 1960. Je ne sais à quel degré cette attitude était sincère : il y avait sans doute en elle une part de calcul politique.  Mais depuis les lendemains de la guerre d’Algérie, s’est mis en place ce qu’on a appelé la « politique arabe de la France » : la France s’est appuyée sur le monde arabe pour nouer avec lui des liens privilégiés lui permettant, espérait-elle, de se donner de la puissance en Europe. La France est devenue peu à peu prisonnière de sa politique arabe : il lui est quasiment impossible de revenir en arrière. La présence d’une population arabe nombreuse en France pèse désormais lourdement dans l’équation. Toute politique qui serait trop favorable à Israël serait porteuse de risques de ruptures de contrats avec des pays arabes et d’émeutes dans ce qu’on appelle les « banlieues de l’islam ». La France ne peut pas avoir une politique favorable à Israël. Cela irait à l’encontre de quarante années au moins de diplomatie française. Cela irait à l’encontre de la façon dont les esprits sont travaillés par les médias. En termes électoraux, un candidat à une élection en France doit tenir compte, en supplément, de l’électorat musulman, et celui-ci pèse beaucoup plus que l’électorat juif. La France ne peut pas être ouvertement hostile à Israël, car les souvenirs du pétainisme restent : mais la France se conduit comme un pays hostile à Israël, hypocritement, de biais, pour toutes les raisons que je viens d’indiquer. En ce moment, malgré le rapprochement entre l’Autorité Palestinienne et le Hamas, la France continue à parler de « processus de paix » et continue à dire officiellement que si le « processus de paix » ne redémarre pas d’ici là, elle votera aux Nations Unies au mois de septembre en faveur de la reconnaissance d’un Etat palestinien déclaré unilatéralement. Les Juifs de France qui voient tout cela ne sont pas paranoïaques : ils observent ce qui se passe autour d’eux. Ceux qui ne voient rien pratiquent l’aveuglement volontaire. Ceux qui, depuis Saint Germain des Prés critiquent le gouvernement israélien et s’obstinent à voir en des gens tels que Mahmoud Abbas des « partenaires pour la paix » se bercent d’illusions et viennent, par leurs attitudes et leurs propos, renforcer les rangs des ennemis d’Israël.

 

Lph : Quel est votre regard sur ces Juifs de France qui ont décidé de faire leur vie en Israël ?

G.M : Je pense qu’ils ont fait un choix fécond et juste. Je comprends que certains hésitent à franchir le pas. La situation en France, et plus largement en Europe, va empirer. Contribuer à faire qu’Israël soit un pays encore plus fort, plus dynamique et plus fécond est une attitude noble et juste. Je me reconnais moi-même de moins en moins dans ce que devient la France. C’est un constat que je fais avec tristesse, mais que je ne peux éviter de le faire. Je crains que la vie pour les Juifs de France ne devienne plus difficile encore dans les années à venir. Les Juifs qui seront discrets ou qui vivront dans un repli communautaire pourront subsister et rester dans le pays. Les Juifs qui ne parleront jamais de leur identité juive pourront rester aussi. Les Juifs qui s’affirmeront Juifs et a fortiori les Juifs qui défendront Israël feront face à une hostilité croissante, tout comme les non-Juifs qui défendront Israël.

 

Conférences en Israël :

Ashdod, le mer 18 mai à 20h : Shavei Tsion, 25 rue Sinaï, quartier Alef (08 852 7362)

Natanya, le jeu 19 mai à 20h : Hôtel Palace, 33 rue Gad Machnès (0 507 507 896)

Jérusalem, avec le P'tit Hebdo, le dim 22 mai : Centre Frankforter, 80, Derekh Bethle'hem

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Dufour 19/05/2011 12:47



ce que fait israël aux palestiniens c est une honte prendre la terre des gents avec des armes quelle courage!!!,je suis pro palestinien et fier et si les juifs de france veulent partire pour
israël qu ils le fasse ça ferras de la place. j ai lus sur le net que DSK la premiere chose qu ils fait le matin c est ce deander ce qu il vas pouvoire faire pour israël c est une honte.



pascalou 19/05/2011 11:20



Bonjour Gérard,


Je ne suis pas d'accord avec le fait que les Français "juif" devraient avoir peur de Marine Lepen, car si a ce jour il y a une personalitée politique française qui denonce et apporte des
solutions au problèmes de l'émigration magrébine c'est bien elle!!! en voulant fermer nos frontières et commencer a expluser les indésirables c'est encore elle!!! pour ma part sur 10 millions
environ de Musulman, il est de notre devoir pour la sécurité de notre pays de renvoyé au bas mots 50% !!! je suis absolument pas raciste, mais les problèmes que nous rencontrons en France, et pas
seulement en France et avec la population Musulmane c'est un fait, je ne l'invente pas!!!!!!!!


Les Français ne laisserons jamais la France au main des collabos et autre islamiste qui se croivent déjà chez eux, chez nous , leur arrogance et intolérable et n'est plus suportable pour bon
nombre de Français..........


Gérard je sais que tu es contre la solution armé, mais sâche que nous n'aurons que peu de choix face a c'est crapules!!!!


être populiste et nationaliste n'a rien a voir avec le repli sur soi cher monsieur, c'est du bon sens et une question de survie dans la société Française d'aujourd'hui......


Israël se bat pour Israël et elle a raison nous devons en faire autant pour la France!!!!


Une parenthése je suis Français "chrétien" et je vie en Israël!!!!


 


Bien a toi


Pascal



Nancy VERDIER 19/05/2011 10:44



Je partage à 100% l'analyse de Guy Millière. Mais je suis encore plus inquiète pour l'avenir de la France et de l'Europe, que pour l'avenir d'Israël. Parce que là-bas, il n'y aura pas de
retournement, ni d'amitiés avec les Palestiniens (à part une minorité), mais le pays est fort et pourra résister. Je ne dis pas que ce sera toujours simple. Mais Israël doit continuer ses
implantations sur ses Terres de Judée Samarie, sans complexe et sans s'occuper de l'Europe. En France, nous avons eu une politique catastrophique, trop pro-arabe et pas assez indépendante.
Cette attitude n'a fait que conforter les Arabes dans leur politique "d'expansion" et d'Islamisation de l'Europe. Cette politique n'a fait qu'affaiblir la France et l'Europe aux yeux
des pays arabes. C'est ainsi, on peut faire de la géo-politique, de la politique économique, de la stratégie économique et financière, et des calculs sur les ressources naturelles,
mais il faut en même temps faire de la psycho-politique. Car la psychologie orientale et les méthodes de rapprochements sont très différentes des nôtres. L'Orient n'est pas
l'Occident. La population française et européenne redoutent l'Islam, mais malheureusement, cette crainte risque fort d'être uniquement générationnelle et la prochaine génération sera tellement
"imbibée" qu'elle trouvera normal de ne pas fraterniser avec les nouveaux "occupants"....Quant à la classe politique qui nous dirige, ce n'est même pas un De Gaulle qu'il nous faudrait, puisqu'il
n'a pas compris le mouvement de l'histoire, qu'il a laissé l'Algérie sans contrepartie, qu'il a ouvert les vannes d'une politique pro-arabe et une manière de faire et de dire qui n'a  pas
fait taire l'antisémitisme français et qui a permis à l'antisionisme de s'exprimer. Il est loin le temps où les troupes franco-britanniques allaient défendre le Canal de Suez..Je ne vois aucun
dirigeant politique aujourd'hui comprendre suffisamment la gravité de la situation dans laquelle nous sommes au niveau européen...et surtout aucun mouvement politique avoir la volonté de rebattre
les cartes et de changer complètement d'attitude. Plus nous tardons, plus la Turquie va sentir qu'elle peut s'installer au coeur de l'Europe (qu'elle en fasse partie ou non ne change rien) comme
leader du monde arabe et musulman dans sa conquête de notre espace.



Claude Germain V 18/05/2011 17:54



Interview de Guy Milliere très intéressant .


Effectivement on ne revient pas intact psychologiquement de visiter Israël .Ce sol est très chargé des multiples vibrations de l’histoire humaine.


Je m’y suis senti autant sinon plus en sécurité qu’en France .Il règne dans le pays de France depuis quelques temps une tension sourdement négative que je n’ai pas ressenti en Israël malgré les
dangers auquel est soumis ce Pays .


Comme l’a dit Guy Milliere en parlant de certains juifs de France :  Ceux qui ne voient rien
pratiquent l’aveuglement volontaire.


Il y a quelques jours je parlais avec des amis juifs ici sur la Cote Basque des rapprochements peut être trop confiants de
Richard Prasquier avec la communauté musulmane, je n’ai pas insisté, comme réponse il m’a été répondu que ce Monsieur était très
bien, ce dont je ne doute pas, mais n’y a-t-il pas derrière ce est très bien  un manque
de réalisme de la part de cette personne. Loin de moi l’idée de mettre une brouille entre communautés ,mais enfin on se heurte à un paradoxe étonnant : là bas en Israël des extrémistes n’ont
qu’une idée c’est détruire Israël et le monde Juif et bizarrement en Europe et surtout ici en France il n’y a pas d’extrémistes qui veulent miner et détruire les Français juifs ???? , mais
enfin ! c’ est de l’inconscience de penser le contraire .Combien de preuves , d’agressions et de morts  faudra t’il ?


La situation actuelle ne pourra effectivement qu’être positive pour Israël car un homme averti en vaut deux .Longue vie à Israël
.