Irak : " nous sommes en face du 3ème totalitarisme", estime Bruno Retailleau

Publié le 27 Août 2014

Par Aleitea

Lundi 25 août, Bruno Retailleau a répondu à la double invitation de Louis-Raphël Sako, patriarche des Chaldéens et de l’ONG Fraternité en Irak. "Cette invitation faisait suite au courrier que j’avais envoyé fin juillet au Président de la République, demandant que la France prenne toute sa responsabilité pour aider les chrétiens d’Orient dans le calvaire qu’ils endurent", explique sur son blog le sénateur de Vendée.

"J’ai la conviction que nous sommes en face du 3ème totalitarisme", confie-t-il après cette visite. Dans ce combat la France doit tenir une place éminente, car la France est la patrie des droits de l’homme et la sœur ainée des chrétiens d’Orient. Au nom de nos frères chrétiens d’Irak, en tant que parlementaire français, je demande solennellement à François Hollande que la France prenne l’initiative au conseil de sécurité de l’ONU d’une résolution pour briser cette spirale de violence et de haine. Nous ne pouvons ni tolérer ni risquer que s’étende ce qui s’apparente à un véritable hiver arabe."

"Mais ce que j’ai vu et entendu à Erbil dépasse les limites de l’horreur. Aucun témoignage écrit, aucun reportage ne peut décrire avec exactitude le champ de violence et de désolation qu’est aujourd’hui devenu le nord de Irak. J’ai pu rencontrer des familles de réfugiés qui ont tout perdu. Des réfugiés chrétiens, mais aussi des Yésidi et d’autres minorités encore présentes dans la plaine de Ninive qui ont besoin de tout, de nourriture, de médicaments, de matériel pour assurer une hygiène minimum dans les camps. Sous les tentes la température peut monter jusqu’à 50°. L’aide humanitaire est terriblement défaillante. J’ai aussi écouté des témoignages dont l’atrocité repousse les frontières de l’humanité.

"Le nord de l’Irak, un camp de la mort pour l’Orient"
Décapitations, viols systématiques, massacres de familles entières… Il y a trois jours, une femme s’est vu arracher son enfant par les bandes armées d’EI. Tous les jours, la barbarie progresse et la civilisation recule. Le nord de l’Irak est devenu un camp de la mort pour l’Orient. Il deviendra un camp de la honte pour l’Occident, s’il ne met pas un terme à cette sanglante tragédie marquée par une épuration ethnique et religieuse abominable."

Pour Bruno Retailleau, la communauté internationale a maintenant deux responsabilités graves :
- D’abord, organiser de toute urgence une aide humanitaire, alimentaire, médicale et pharmaceutique digne de ce nom. Les camps sont tout simplement improvisés et malgré le soutien des églises locales, les réfugiés manqueront très rapidement du nécessaire vital, au risque que des épidémies se développent.
- Ensuite, la communauté internationale, sous mandat de l’ONU, doit éradiquer cet Etat Islamique mué par une folie meurtrière que rien ne semble pouvoir arrêter. Ce qui se passe en Irak menace la stabilité de l’ensemble de la région, mais aussi notre propre sécurité. L’EI ne s’arrêtera certainement pas aux limites du Moyen Orient ; S’il le peut, il frappera l’Europe en son cœur.

 

 

 

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article