Iran: un Pasteur menacé de pendaison... Où sont les plumitifs associatifs?

Publié le 4 Octobre 2011

Où sont les bonnes âmes, les lèches babouches, les zombis islamophiles, les tartuffes des droits de l'homme, les amnésiques internationalistes à la petite semaine, les Anne Sinclair et consorts des couloirs de la mort, les bidochons socialistes, les plumitifs associatifs de la honte, où sont-ils ces sagouins de la bien pensance?

Ils se taisent, ils se terrent, mais... plutôt, ils s'en foutent. Ils s'en moquent ces jean-foutres, ils s'en balancent de celui qui se balancera au bout d'une corde, en haut d'une grue.

C'est bien mieux de traiter les uns de "fils de pute", ou d'aller faire des reportages dans les couloirs de la mort! Il est temps de réaliser que ces donneurs de leçons qui sévissent sur nos chaînes de télévision sont indignes et qu'ils ne méritent qu'une chose, que des commentaires réalistes sur les différents sites de ces chaînes. Certes les commentaires ne seront pas diffusés mais ils seront lus et c'est bien là l'essentiel! Qu'ils sachent ces "indignes" que nous les méprisons!

Au delà, que dire du silence des "autorités islamiques de France", le fameux CFCM. Pas un mot pour s'élever contre cette pendaison future. Que disent les imams "modérés" et tous les musulmans de France y compris les français-musulmans ? Rien! Comme d'habitude. Ils sont tellement "modérés" qu'ils sont complices de ce meurtre légal.

Il n' y a pas de musulmans modérés au fond, il faut bien que je le comprenne, il n' y a que des musulmans qui se taisent et se coucheront lorsque l'islam, si nous ne faisons rien, sera dominant sur nos terres.  

Gérard Brazon

**************** 

 

Le Point

Youcef Nadarkhani, 34 ans, deux enfants, était pasteur depuis dix ans, dans la région de Gilan, à 250 kilomètres de Téhéran. Jusqu'en 2009, cet homme de Dieu, appartenant à l'Église évangélique, exerçait à peu près librement son ministère dans ce pays de 68 millions d'habitants, dont 99 % de la population est musulmane. 300 000 chrétiens vivent pourtant en Iran, dont beaucoup d'Arméniens et quelques milliers d'Iraniens de souche, comme le pasteur Nadarkhani. C'est bien là où le bât blesse.

En 2009, le gouvernement iranien décide que tous les élèves scolarisés doivent suivre l'enseignement coranique. Y compris les enfants des familles chrétiennes. Youcef Nadarkhani se rend alors à l'école de la ville de Rasht où étaient scolarisés ses fils Daniel, neuf ans, et Yoel, sept ans, pour les en retirer en se basant sur la Constitution de la République islamique iranienne de 1979 qui reconnaît la liberté de culte à toutes les religions du Livre. Et donc aux chrétiens. En théorie du moins. Car le pasteur est arrêté le soir même par la police secrète. Il comparaît une première fois le 12 octobre 2009 devant une sorte de tribunal mi-politique, mi-confessionnel. On l'accuse d'apostasie. On lui reproche, à lui qui est chrétien, d'avoir abjuré l'islam.

Mobilisation internationale

Emprisonné dans la ville de Lakan, placé en cellule d'isolement pendant de longs mois, Nadarkhani est sommé de revenir à la religion du Prophète sous peine de mort, car en Iran l'apostasie est un crime puni de la peine capitale. Le pasteur a beau expliquer qu'il n'a rien renié, puisqu'il n'a jamais été musulman de sa vie, on cherche par tous les moyens à le faire plier. Y compris en lui administrant des sédatifs à haute dose pour casser sa volonté. Faute d'y parvenir, on s'attaque à sa famille. Sa femme est arrêtée, jugée sommairement, sans même l'assistance d'un avocat, et condamnée à la prison à vie, comme complice de son mari. Pourtant, même dans ce pays où les règles élémentaires des droits de l'homme sont bien souvent bafouées, il existe encore des espaces dans lesquels survit une petite flamme de justice. Ainsi, un avocat, Mohamed Ali Dadkhah, parvient en appel à faire libérer la femme du pasteur. Et pour Nadarkhani lui-même, il réussit à démonter, devant cette même cour d'appel, le principal argument de l'accusation consistant à dire que jusqu'à l'âge de 15 ans le pasteur était musulman, alors qu'il n'a, en réalité, jamais été un fidèle de l'islam.

Mais la République islamique et ses ayatollahs ne baissent pas les bras si facilement : les autorités religieuses font appel du jugement devant la troisième chambre de la Cour suprême de Qum. Le verdict rendu le 25 septembre dernier par cette instance est un modèle de casuistique et de mauvaise foi : certes, énonce-t-il, on ne peut reprocher à Youcef Nadarkhani d'avoir été musulman avant d'être chrétien, et sur ce point, nous acceptons les arguments de la défense. Mais ses parents étant musulmans, il était tenu de revenir à la religion de ses ancêtres. Il n'est donc pas coupable "d'apostasie simple, mais - audacieux néologisme - d'apostasie nationale". Et comme tel, il doit être condamné à mort, sauf si dans les trois jours il acceptait d'abjurer sa foi chrétienne. Les trois jours sont écoulés, et voilà pourquoi, pour sauver Youcef Nadarkhani d'une pendaison qui peut intervenir à tout moment, il est urgent que la communauté internationale se mobilise pour le pasteur iranien, comme viennent de le faire la France, par une déclaration du porte-parole du Quai d'Orsay, mais aussi et surtout David Cameron et Barack Obama. Il est vrai que ses conseillers ont fait valoir au président américain que, né lui-même d'une famille musulmane d'Indonésie, il pourrait, s'il était iranien, être accusé d'"apostasie nationale" ! 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Epicure 04/10/2011 14:02



Vous voyez donc d'ici ce que peuvent penser les Juifs d'Israël de l'AIDE et des GARANTIES de l'Europe et des Etats Unis (ne parlons même pas d'autres pays!) quant à leur Sécurité dans des 
"frontières sûres et reconnues"....


A de tels propos,Satan n'arriverait jamais à rire aussi fort que les Israéliens !