Islam : Christine Tasin se contente de hurler au loup ! Par Béatrice Bourges - préface Gérard Brazon

Publié le 12 Juillet 2013

Hier et avant-hier j'étais ravi d'une approche de nos deux femmes de combat. Christine Tasin et Béatrice Bourges et ce matin dans Boulevard Voltaire, c'est la douche froide. Une attaque en règle de Béatrice réduit à néant les échanges épistolaires entre les deux femmes de combat. Pourquoi ? Cela reste un mystère pour moi.

 

Je reste convaincu que l'unité de certaines actions doit se faire et même si cela doit passer par un moment d'incubation, de tranquillité, de rencontres discrètes et d'échanges tranquilles. 

En clair, l'unité sur des thèmes, le rassemblement sur d'autres, l'échange courtois et l'acceptation de l'autre comme partenaire, semble bien compromis pour le moment. Dommage car ce sont les patriotes qui trinquent et bouffent du halal sans le savoir ou pire en le sachant, en s'en moquant même, s'en réaliser ce que cela signifie du fait d'une "dé civilisation" qui trouve  sa source dans une perte de nos repères historiques et de notre mémoire judéo-chrétienne. Ce n'est pas la République, la laïcité qui comblera un cadre ancien qui disparaît peu à peu. Je le dis d'autant plus facilement que je ne suis pas croyant. Mais l'homme a besoin d'un cadre et la nature a horreur du vide.  Les pro-islam le savent bien... 

Au moins pouvons-nous prendre conscience que l'islam s'installe sur ces débris, les refus, les pertes de mémoire à commencer par nos origines judéo-chrétiennes et notre histoire nationale depuis Clovis et non depuis les Révolutions de 1789 et de 1793. C'est une réalité.

 

Espérons donc qu'après l'huile bouillante, viendra la crème pour calmer les douleurs et des rencontres pourront se faire.

Gérard Brazon

*****

  Par Béatrice Bourges 

Le Printemps passera l’été, Frigide Barjot lanceL’Avenir Pour Tous au moment où Christine Tasin nous assure que le Printemps françaisn’aura pas d’avenir… Flûte ! Visiblement, on a loupé tous les coches. Pourtant, on y croyait ! Mais bon. Comme nous ne faisons pas de la lutte contre l’islam notre principal cheval de bataille, nous sommes promis à l’échec, c’est comme ça. Tant pis, hein… Oh, et puis, on ne sait jamais, frappés de stupeur, mis en face de nos responsabilités, peut-être allons-nous tous descendre dans la rue et devenir les hérauts d’une reconquista laïque en veillant assis, debout et couchés devant les magasins halal ! Futé, Christine ! Ou pas.

Les arguments de Christine Tasin ne sont pas dépourvus d’intérêt pour qui a envie de se consacrer au choc des civilisations dont la France est le champ ouvert. Elle indique les causes, elle pointe du doigt les écueils, elle énumère les actions. C’est lumineux, il n’y a plus qu’à. D’ailleurs, il paraît qu’un parti comme le Front national est assez sensible au sujet et qu’un député de la droite décomplexée a affirmé que démocratie et islam étaient incompatibles.

C’est pas pour dire, mais Christine n’est pas la première à avoir remarqué que l’islam posait problème. D’un autre côté, elle paraît nous reprocher de ne pas être révolutionnaires et semble considérer qu’être religieux est une qualité suspecte : compliqué de défendre la civilisation chrétienne contre l’islamique, dans ces conditions, mais ne chipotons pas. Enfin, elle évite de dire que l’afflux massif d’immigrés musulmans est d’abord le fait des acteurs capitalistes, désireux d’importer une main-d’œuvre à bas prix, que la République n’a rien fait pour les intégrer, considérant que la nation a moins de sens que le marché, que les partis de droite et de gauche ont tous jugé que les racines chrétiennes de la France n’avaient pas d’importance, et que la laïcité militante à la française, qui nous vaut les délicieuses déclarations de Peillon et Bianco, n’est que la résurgence de plusieurs siècles de lutte ouverte contre les catholiques.

Bref, il n’est pas certain que Christine Tasin réussisse à conjuguer une analyse pertinente des causes et un exposé satisfaisant des solutions. Elle ne propose aucune solution, d’ailleurs : elle se contente de regretter que nous ne soyons pas tous en train de hurler au loup chaque fois que l’islam gagne du terrain. Pour qui aime hurler, le programme est beau. Pour qui veut construire une autre société, ça paraît un peu court. Car le Printemps français n’est pas l’ultime rempart d’un communautarisme laïcard à la française.

Si nous avons choisi de lutter contre la loi Taubira, contre l’euthanasie et contre les recherches sur l’embryon, c’est parce que nous avons choisi de lutter contre le totalitarisme technologique, qui nous réduit à n’être que des machines, contre la culture de mort des héritiers de la Révolution, qui n’ont pas abandonné le rêve d’un homme nouveau mais cherchent d’abord à tuer le vieil homme, et surtout parce que nous avons choisi de lutter pour la vie et les communautés.

D’un point de vue purement politicien, et en s’enfermant dans les mêmes ornières que les partis de la France actuelle, le droit de vote des étrangers musulmans dont rêve la gauche (assurée d’un formidable réservoir de voix et prête à tous les abandons pourvu qu’elle se maintienne au pouvoir) est une catastrophe annoncée ; susciter une prise de conscience des méfaits d’une islamisation de la société (dans les faits, dans les territoires, sinon dans les institutions) est évidemment pertinent. Mais après ?

Quelle nécessité de se focaliser sur ce point si la vie elle-même est menacée ? Et quel intérêt de préserver un système républicain où le fait d’être croyant est suspect alors que le messianisme révolutionnaire athée, en France et dans le monde, hier comme aujourd’hui, sous tant de noms, a déclenché les pires calamités ?

Le Printemps français veut sortir du système, pas préserver un système néfaste et moribond. Il y a une convergence des luttes : lutter contre l’eugénisme rampant, contre la marchandisation des corps, contre la privatisation de la nature, contre le libéralisme qui ne rêve que d’individus isolés, prisonniers de leurs appétits et seuls face à un État garant des intérêts économiques des puissants – c’est aussi important que de lutter contre un islam conquérant. Des gens en ont fait, à bon droit, leur cheval de bataille. Nous nous engageons là où moins de gens se mobilisent, là où le système broiera tout le monde quand bien même le danger d’un islam non intégré se serait éloigné.

Ce qui nous éloigne le plus de Christine Tasin, hélas, c’est que nous sommes persuadés que nous ne bâtirons une autre France qu’en rassemblant, au-delà des vieux clivages ; une France où le vivre ensemble ne se résumera pas à un entre-soi de rad-socs de sous-préfecture discutant du progrès avec des frissons d’esprit supérieurs en moquant les catholiques.

Car le Printemps français est un état d’esprit, pas une machine à lancer des mots d’ordre. La France, la République, la laïcité ne manquent pas de défenseurs, prêts à en découdre ; nous pensons que les Français manquent de défenseurs prêts à leur donner des raisons d’espérer. Et nous pensons que la lutte est d’abord un moyen de se rassembler, pas d’appeler à des divisions supplémentaires.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

DURADUPIF 13/07/2013 22:36


Attention la dimension du combat contre un géant qui s'appelle islam ne souffrira de deux affrontements sur les dogmes religieux. 57 pays s'en réclament et le seul combat qui vaille et on n'aura
pas d'autres choix ni d'une troisième voie, c'est de le combattre TOUS ENSEMBLE et de le terrasser.

FRANHENJAC 13/07/2013 04:09


@Francis Neri


 Comme Vous je trouve celà désespérant ! Je prenais Beatrice Bourges pour une femme plus lucide...décevant !


Comme vous dites des gonzesses pas plus  !


Il nous reste Marine...soutenons-là !

Francis NERI 12/07/2013 19:02


C'est un vrai désastre Gérard Les deux causes essentielles pour notre avenir sont trainées dans la boue par ces deux "gonzelles" à l'égo surdimensionné
Je suis dégouté ! Mais convaincu oh combien ! qu'il ne reste plus qu'une seule voix (voie)
Marine Le PEN en espérant quelle ne nous fera pas le coup elle aussi.


 

mika 12/07/2013 17:10




Le premier divorce gay a été prononcé


http://france.eternelle.over-blog.com/article-le-premier-divorce-gay-a-ete-prononce-118712519.html



 


  

Yves IMBERT 12/07/2013 14:38


Ce que j'ai obtenu de plus concret de Ch TASIN  quand je l'ai interpellée sur son attitude individualiste  pour  le MPT est "j'ai raison et vous avez tort" et bien évidemment j'ai
quitté cette association