Islam : Profil psychologique de Mahomet (Muhammad)

Publié le 3 Juillet 2012

mahomet

Chers Lecteurs,
après Allah est-il Dieu ? ,Muhammad est-il un vrai prophète?, nous poursuivons avec notre spécialiste du Coran Al-Rassouli, notre série. C’est une vraie question surtout par les temps qui courent.Nous vous remercions par avance pour vos commentaires 

Muhammad est-il un vrai prophète?

IQ Al Rassouli, est un Arabe ‘originaire d’Irak. Aujourd’hui, il vit à l’Ouest , dans un endroit inconnu pour se protéger lui et sa famille. Il est expert du Coran et à cause de ses déclarations, il n’est plus considéré Musulman.

Les articles d’ IQ Al-Rassouli

Chers lecteurs, s’il vous plaît rappelez-vous toujours:

Tout ce que l’humanité connaît de Muhammad, de son temps, des Arabes païens, des Arabes chrétiens et les Arabes judaïsés ne provient que d’une seule source, inauthentique, non corroborée, sans fondements, les comptes rendus que nous ont légué les témoins  les compagnons et les disciples de Muhammad ne sont issus que de leurs récits des, mais absolument rien de leurs victimes, et d’autres sources. Chaque verset dans le Coran est basé uniquement sur ​​les mots sans fondement de Muhammad alléguant qu’il  reçut des révélations.

J’ai pu déjà prouver dans la série le «Guide des idiots de l’islam » sur YouTube toute la mesure des mensonges, de ce qui induit en erreur, les fomentations de la haine et le bellicisme des versets qui remplissent les chapitres du Coran de Mahomet.

Pour comprendre les raisons de toutes les caractéristiques ci-dessus, nous devons comprendre la nature même de Mahomet, ce qui expliquerait son profil psychologique

Il faut étudier sa vie et ses expériences formatives, et de quelle manière il  a grandi. Tout ce qu’il a fait dans sa vie a dépendu entièrement de son éducation et des influences des gens qui ont pris soin de lui et parmi lesquels il a grandi.

Les Mahométans (disciples de Muhammad) nous racontent toutes sortes de mythes et de contes de fées sur l’enfance du fondateur de leur système de croyance  de leur culte, celui de Muhammad. La réalité est que ceux-ci ne font pas autre chose que de faire croire des histoires et des fables comme celles que de vieilles femmes racontent à leurs petits-enfants.

Malheureusement, ces histoires ont été adoptées par le courant de «l’islam musulman» et la plupart de la culture occidentale comme un fait irréfutable. ‘Abd al-Muttalib est le grand-père de Mahomet, de la tribu des Quraiysh de La Mecque. Lors de ses contacts avec la Syrie et le Yémen, il a obtenu certains privilèges au sanctuaire païen de la Mecque.

C’est lui qui a fourni aux pèlerins de la nourriture et l’eau. Il possédait un certain nombre de femmes de différentes tribus qui lui ont donné dix fils, le père de Mahomet ainsi que ses oncles, et six filles. Un de ces enfants était ‘Abdallah, le père de Mahomet. ‘Abd al-Muttalib, a sans aucun doute  recherché une alliance avec le clan des Zuhra Banu, a demandé, comme fiancée pour son fils, la jeune Amina. Muhammad a été le premier et seul enfant de ce mariage.

Le père de Muhammad Abd-Allah (Esclave d’Allah) est décédé (selon des récits contradictoires), soit pendant la grossesse de sa femme ou peu de temps après son accouchement. Il a laissé sa femme avec un seul esclave, cinq chameaux et quelques moutons. Amina a fait allaiter son fils par une femme du nom d’ Halima. Amina est morte quelques temps plus tard alors que  Muhammad n’était agé que de six ans.

Les mythes islamiques au sujet de Muhammad

On ne sait rien de certain sur l’enfance de Mahomet. Le vide a été progressivement rempli de légendes qui se sont développées de plus en plus et de façon édifiante avec le temps. Même les contes les plus anciens et les plus modérés, doivent être traités avec beaucoup de prudence et de suspicion. Lorsque l’Islam est devenu la «religion» d’un puissant empire, des préceptes ont été nécessaires pour réguler la vie sociale.

Des opinions et des intérêts divergents ont  naturellement existé. Des partis politiques ont vu le jour, centrés sur la famille de Mahomet et ses compagnons. En outre, un grand nombre de personnes – poussés par la curiosité, la piété ou même un intérêt historique – ont demandé des informations sur la vie de Mahomet. Des hommes professionnels de traditions en fait, des inventeurs d’histoires, ont commencé à apparaître, ils ont répandu des contes afin de satisfaire la curiosité et/ou la piété, et ainsi expliquer pour l’occasion que  les actes de Mahomet étaient d’une valeur exemplaire.

Comme les historiens modernes, les gardiens de la tradition devaient citer leurs sources, mais celles-ci étaient orales. Une telle histoire est venue d’un tel qui, à son tour l’a entendu de quelqu’un  d’autre, et ainsi de suite depuis les contemporains de Mahomet qui avait vu faire ou entendu dire. De façon logique et simple  des fausses traditions ont été fabriquées (le mot arabe Hadith, signifie `récits») pour soutenir tel parti ou telle opinion.

Les dossiers montrent que les grands historiens arabes mahométans et les juristes le savaient parfaitement  ont essayé de faire disparaître les fausses traditions – celles, par exemple, où la chaîne des autorités citées était manifestement impossible – il n’y a eu aucune protestation de leur part face à tant d’incertitudes.

Au lieu de cela, ils se sont contentés de répéter des traditions contradictoires sur le même sujet, l’un après l’autre, en citant chacun leurs sources. C’était au lecteur de décider lequel il préférait croire. `Mais Allah est celui qui sait le mieux », ajoutent-ils souvent. Les plus anciennes collections de traditions orales dont nous disposons datent d’environ 125 ans après la mort de Mahomet.

Beaucoup d’imagination a pu voir le jour dans cet intervalle. Et pourtant, de nombreux faits peuvent être établis, les parties qui diffèrent le plus largement sont d’accord sur les principaux événements de la vie du Mahomet. Malheureusement, il y a de nombreux points sur lesquels nous sommes très loin d’être surs, en particulier  sur les premières années méconnues de la vie de Mahomet, et que beaucoup de choses ont été inventées à ce sujet.

Selon la coutume des Qurayshites, le jeune Muhammad vivait au contact d’une infirmière d’un clan nomade. De cette façon, pensait-on, les enfants de Quraysh serait remplis de l’air pur du désert et se fortifieraient. La mère de Mahomet mourut quand il avait six ans. Son grand-père, le vénérable ‘Abd al-Muttalib, agé alors de quatre-vingts ans, l’a emmené  vivre avec lui. Mais il est mort deux ans plus tard.

Muhammad a ensuite été pris en charge par un de ses oncles, Abou Talib. Il était un marchand  aisé, et l’on dit qu’il a pris la direction du clan Hashim. Muhammad semble être resté célibataire plus longtemps qu’il était habituel parmi les siens.

C’est pratiquement tout ce que nous savons sur l’enfance et l’adolescence du jeune Muhammad, au moins dès les premières sources, avant la prolifération de légendes et de mythes de toutes sortes qui se sont multipliés hors de tout contrôle raisonnable.

Peu importe que les éléments des premières années de sa vie soient peu nombreux, ce que nous avons sous la main est plus que suffisant pour construire une image réaliste de l’enfance et l’éducation de Muhammad.

Dès le début, les évènements n’auguraient rien de bon pour sa vie. Muhammad a été totalement privé de tout amour parental, d’affection de sécurité et de chaleur.

Ni son âme ni son corps n’étaient correctement nourris. Il n’était pas consolé lorsqu’il  pleurait étreint, et câliné réconforté par de doux mots d’amour chuchoté à son oreille. Il n’a pas de figure paternelle pour l’aimer, le guider, jouer avec lui et lui faire ressentir qu’il était protégé et en sécurité.

Il n’a pas eu l’amour et la chaleur du corps de sa mère et le sentiment d’appartenance dont chaque enfant a besoin. Il est impossible pour une nourrice, un grand-père ou un oncle de montrer autant d’amour, d’affection, de compréhension comme ce qu’un père et une mère peuvent apporter à leur enfant.

Tout enfant qui grandit dans une désolation spirituelle et physique ne  peut pas et ne pourra acquérir la maturité et devenir un être humain normal. Muhammad a fini comme un être spirituellement vide, sans compréhension de l’amour, sans compassion ou de pitié. Son état de santé en termes médicaux modernes est celle du:

               Narcissisme pathologique.

Verset après verset dans le Coran, cela concerne toujours Muhammad,  Muhammad utilise Allah  seulement  comme un «fouet divin menaçant»  afin de  mettre ses disciples au pas. Les versets ne concernent que les disciples de Muhammad

Ses disciples  doivent lui obéir aveuglément et inconditionnellement; ils doivent suivre son exemple, (fixée par  la Sunna); ils doivent croire qu’il est le messager d’Allah, ils doivent être persuadé que Muhammad, est supérieur à tous, à tous les autres Arabes – si ce n’est l’humanité entière; que Muhammad, dispose de pouvoirs d’intercession auprès d’Allah; que les révélations viennent à lui à chaque fois et partout où  il y a besoin; que D.ieu hait les ennemis de Mahomet dans une mesure encore plus grande que Muhammad lui-même.

Que tous ceux qui ne croient pas en lui ou l’insulte finiront morts – le plus souvent assassinés – et leurs corps devront souffrir éternellement  de nombreuses tortures dans l’enfer d’Allah; qu’il est le bien-aimé d’Allah; que les ennemis de Mahomet sont automatiquement les ennemis d’Allah (il n’y a pas de différence dans l’association) que même les potins de ses épouses sont surveillés par Allah; qu’il est en contact avec l’ange Gabriel une grande partie du temps, surtout quand une «révélation» est nécessaire; que ceux qui meurent dans les combats à la demande de Mohammed iront dans le  Bordel de Mahomet au Paradis rempli de plaisirs sensuels et charnels avec des mâles ou des femelles infiniment, un endroit plus enrichissant que n’importe quoi sur la vie terrestre.

Quand les versets du Coran sont étudiés avec soin, tous ceux qui connaissent les différentes caractéristiques du narcissisme pathologique sont en mesure et ce  - sans la moindre difficulté – de relier ces caractéristiques, parfaitement, avec les versets du Coran.

Il est inconcevable que tout être omniscient, qu’un D.ieu compatissant et miséricordieux ait révélé toutes ces anomalies, ces incohérences, ces incongruités, ces contradictions, autant de désinformation, des erreurs grammaticales, , des absurdités et des erreurs qui remplissent les versets du Coran. Tous ces faits peuvent être entièrement et facilement expliqués, dés cet instant le lecteur arrive à la conclusion logique suivante:

Que chaque lettre, chaque mot, chaque couplet / Aya et chaque chapitre / Sourate dans le Coran sont le produit de l’imagination de Mahomet, les sécrétions de son esprit tordu, son alter ego, de son autobiographie, mais très habilement projeté dans la bouche sans méfiance d’un Gabriel et d’un Allah (le dieu de la pierre noire des païens de La Mecque, encastrée dans un coin du mur coin de la Ka’aba).

Ainsi, Allah, le dieu de la pierre noire de l’Arabie païenne et du Coran, n’est pas et ne peut pas être le D.ieu d’Israël, du christianisme, de Zoroastre ou de quelqu’un d’autre.

Une pierre n’a rien à révéler au  monde. Le dilemme est maintenant immédiatement et très logiquement RÉSOLU: le Coran n’est pas divin, mais impie. Muhammad, Allah, Gabriel et Satan sont une seule et même personne: Mahomet lui-même. 

IQ Al-Rassouli adapté par Aschkel  pour israel-flash et IQR – son site en anglais


Lire la suite: http://www.israel-flash.com/2012/07/islam-profil-psychologique-de-mahomet-muhammad/#ixzz1zXaK9w6R

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Repost 0
Commenter cet article

sahabas 06/07/2012 11:58


Logorrhée et mensongère insipide.

L'EN SAIGNANT 06/07/2012 11:33


En attendant qu'il vous les coupe ..... Belle sortie qui mêne à quoi .?

jpb 04/07/2012 13:46


ont se bas les couilles de l'islam