Islam : Que faut-il faire ? par Hugh Fitzgerald

Publié le 24 Juillet 2010

           Les Américains ne se sont jamais autorisés à considérer leur tâche en Irak et en Afghanistan comme faisant partie d’un mouvement plus vaste, que l’on pourrait définir au mieux comme une guerre d’autodéfense, non pas de l’Amérique seule mais de toutes les nations non musulmanes contre celles qui favorisent le djihad.

          On a beaucoup parlé du « centre » de la « guerre contre le terrorisme » : ce « centre » a d’abord été l’Afghanistan, puis il s’est déplacé en Irak, pour revenir en Afghanistan, puis il s’est situé quelque part entre l’Afghanistan et le Pakistan et, récemment, on a lu que le « centre » s’était peut-être décalé vers le Yémen, ou la Somalie, ou ailleurs encore. On n’a jamais envisagé que l’idée même d’un unique « centre » du terrorisme islamique, ou plus évidemment encore d’un seul centre pour ceux qui mènent le djihad au moyen d’autres instruments comme l’arme monétaire, les campagnes de Da’wa [prosélytisme] et la conquête démographique, n’avait aucun sens.

         Cette notion révélait une erreur d’analyse : il ne s’agissait pas d’un « état en faillite » ici, ou d’un régime malfaisant ailleurs, mais de l’idéologie de l’islam, de sa séduction, de ses exigences et de ses pressions sans fin sur les non-musulmans, que ceux-ci vivent dans des pays dominés par l’islam ou dans des pays qui ont toujours été peuplés et développés par des non-musulmans qui, dans un excès d’enthousiasme insouciant pour les idoles de l’époque, tolérance et diversité, ont laissé des millions de musulmans s’installer dans leurs frontières.

 

         Il n’y a pas de « centre » du terrorisme islamique, et pas de « centre » pour ceux qui mettent en œuvre d’autres instruments du djihad, souvent encore plus efficaces parce qu’attirant moins l’attention, afin de promouvoir la cause de l’islam, en liaison avec la marche mondiale de l’islam, une marche – en fait, un djihad – qui est possible en raison non d'une modification de l'idéologie islamique mais de changements intervenus dans la capacité des musulmans à conduire, ou à penser qu'ils peuvent conduire, partout, le djihad contre les non-musulmans.  [...]

           La guerre d’autodéfense contre l’islam est avant tout une guerre idéologique, et nous devons être sûrs de nous, sûrs que quelles que soient les grandes fautes que nous ou nos sociétés ont commises, elles ne sont rien comparées à la mort-dans-la-vie que représente l’islam.

            Nous devons comprendre ce que l’islam enseigne, quelles sont les conséquences du fait de grandir dans des sociétés baignées d’islam, et ce qu’il advient des libertés individuelles, de la science et de l’art quand on est élevé dans une société où tout milite contre la réflexion libre et sceptique, où par voie de conséquence les choses les plus insensées, les théories du complot les plus absurdes sont de véritables articles de foi non pas, comme en Occident, pour quelques illuminés, mais en terre d’islam pour une multitude alors que seuls n’y croient pas ceux qui sont considérés comme une poignée d’illuminés. [...]

          Voilà ce qu’il faut faire. Pas de bottes sur le terrain. Pas d’insurrection. Pas de conquête des cœurs  et des esprits. Rien de tout ça. Juste comprendre – en profondeur – l’islam et ses effets sur les esprits et les sociétés de ceux qui, sans en être responsables, sont nés et ont été élevés dedans

Hugh Fitzgerald est membre du conseil du World Encounter Institute, éditeur senior de la New English Review, et analyste senior pour Jihadwatch

Source : ISLAM: What Is To Be Done?, par Hugh Fitzgerald, New English Review, Juillet 2010

 

Traduction partielle par Hachebé pour Poste de veille

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francis NERI 24/07/2010 14:16



"La guerre
d’autodéfense contre l’islam est avant tout une guerre idéologique, et nous devons être sûrs de nous, sûrs que quelles que soient les grandes fautes que nous ou nos sociétés ont commises,
elles ne sont rien comparées à la mort-dans-la-vie que représente l’islam."


Je m'élève contre une telle notion ! L'idée même d'auto défense et de "grandes
fautes que nous ayons commises" est un non sens absolu.


Dire cela, c'est oublier l'époque, le contexte, le niveau culturel,
économique et social dans lequel les évènements se déroulent. C'est plaquer une "réalité" actuelle sur une réalité du passé QUI N'EXISTE PLUS.


Nous n'avons qu'un seul devoir, celui de notre espèce et de son devenir. L'espèce
humaine est en danger parce qu'elle est trop nombreuse et qu'elle vit en concurrence pour un territoire de plus en plus restreint et des ressources de plus en plus limitées.
Les religions, les idéologies ne sont que des "prétextes" des "outils" utilisés pour prendre la place de ceux qui tiennent le territoire et on  mieux réussit que d'autres.


L'occident et sa culture ont très bien réussi, alors ne nous laissons
pas déposséder des acquis que nos ancêtres ont conquis de haute lutte et par leur travail.


Ceux qui voudront nous en déposséder me trouveront sur leur chemin et j'espère que
vous serez nombreux avec mes amis et moi pour vous y engager.


Le reste, ce n'est que des "explications" et, le temps des explications est
terminé.


Francis NERI


Résistance Républicaine Alsace


http://semanticien.blogspirit.com



Sarah 24/07/2010 12:48



Article pertinent.



Mais ce que je crains , et qui arrive malheureusement par le fait de personnes malhonnêtes et opportunistes, souvent pour des raisons électoralistes, pour une idéologie de gauche extrême
comprenant des individus ne voulant pas se mettre dansle contexte d'aujourd'hui.

Pour moi, ces gens, (médias tous confondus, et population s'imaginant et se confortant d'être dans la bienséante pensée) Je dis avec conviction, qu'elles sont responsables largement de ce que les
jeunes immigrés ressentent peut-être comme injuste, et croient.Pour cela ils sont bien manipulés !

Après tout, depuis tout jeunes, ces  enfants, ont eu le cerveau  nourri par des mensonges,et,  naturellement finissent par croire qu'ils sont les victimes de l'Occident - Chanson
qui leur est balancée par ceux qui ont intérêt à les amener à cette certitude. D'où de la part de ces jeunes et moins jeunes,  une certaine rage, et des comportements anormaux et illicites
(que l'on a pas à toujours justifier)
car de fait malgré tout, ils ne sont pas innocents. Tout un chacun doit être toujours comptable de ses actes quels qu'en soient les raisons.



Maintenant, il est temps, tout en refusant le comportement de toute façon inadmissible de ces jeunes, de mettre devant leurs responsabilités ces nouveaux "moralisateurs" qui pour leurs propres
intérêts n'hésitent pas à vouloir mettre le chaos en Occident pour leurs propres intérêts (vu l'électorat potentiel important) - Ils n'ont aucun scrupule, et provoqueraient  des guerres
civiles sans aucun remord, pour arriver à leurs fins.

Il faut tout de même éviter de faire l'amalgame entre la majorité des musulmans, et ce nouvel islamisme agressif et belliqueux. Et naturellement, c'est contre cette idéologie nouvellement
exacerbée qui s'affirme maintenant, qu'il est important de combattre, de publier et d'en faire connaître les buts, qui sont totalement innacceptables et, ne parlons pas des Droits de
l'homme......

Ceux qui vous prétendraient racistes ou d'extrême droite, ce sont des personnes indifférentes aux peuples soumis à des dictateurs et qui  n'ont ni l'occasion, ni la possibilité de
s'exprimer, et ceci sans prendre de risques.

Il s'en trouve quelques uns, qui essaient, je trouve qu'il font preuve d'un courage extraordinaire.

Le combat devraient être fait de concert, avec ces peuples, si seulement il ne se trouvaient ces manipulateurs de la pensée, ces nouveaux historiens qui réécrivent dans le sens de leurs intérêts,
et ces agitateurs imbéciles et irresponsables.


Il faut pourtant esperer que cela pourrait être possible !