Islamisation : les difficultés d’une mécréante du 93 qui veut manger gaulois pendant le ramadan

Publié le 1 Août 2012

Caroline Alamachère - Riposte-Laïque

Le Leader Price à côté de chez moi s’est évidemment mis à l’heure du ramadan, mais à part des étiquettes de prix fièrement ramadanisées et les pâtisseries, les différences par rapport à d’habitude ne sont pas franchement flagrantes. Je n’ai malheureusement pas un choix démentiel de commerces, même pas de boulangerie, tout juste un dépôt de pains qui n’ont de baguette que le nom. Une zone sinistrée en somme, mais je sais qu’il y a pire ailleurs.

Jusqu’à il y a 2-3 ans, le rayon viandes était tout ce qu’il y a d’ordinaire, porc, veau, bœuf, mouton, volaille… Et puis un beau jour en allant acheter ma viande, j’ai vu que le rayon avait été réduit environ du tiers pour y introduire du halal. Cela correspondait à la période où j’ai commencé à voir des niqabs et des barbes envahir le quartier. Les voiles étaient déjà là mais encore relativement peu nombreux, et en très peu de temps les choses ont radicalement changé et de manière exponentielle et rapide.

Cet hiver je me suis rendue sur le marché où je n’allais plus depuis plusieurs mois et j’y ai vu des choses qu’il n’y avait pas avant : des voiles et des corans.

 

Il y a quelques jours j’ai voulu acheter de la chair à saucisse mais il n’y en avait pas. Cela fait un moment que je constate que des choses manquent régulièrement. Bien sûr, il y a toujours le jambon, les lardons, les côtes de porc, la volaille et le bœuf. Mais en y regardant de plus près, je constate que les chipolatas sont désormais sans porc et à base de dinde, que le jambon lui aussi est de plus en plus à base de dinde, et qu’imperceptiblement le rayon halal s’agrandit. Il fait aujourd’hui la moitié du rayon, débordant même parfois sur l’autre moitié. Le rayon halal est bien approvisionné et varié, à côté c’est le désert.

J’ai demandé à la caissière, Najet, comment il se faisait qu’il n’y avait plus de chair à saucisse, elle m’a répondu que les fournisseurs pouvaient avoir du retard, tout ça… Je lui ai rétorqué que ça devenait de plus en plus compliqué de se nourrir, sans toutefois préciser le fond de ma pensée car après tout, je n’ai rien contre elle. Mais il faut dire que chez moi c’est une terre islamisée, les boucheries musulmanes portent des inscriptions en arabe, les djellabas sont exposées sur les devantures des boutiques, les voiles aussi bien entendu, et les clients et les caissières du Leader Price communiquent en langue arabe. Je suis à quelques centaines de mètres de la capitale de la France et je ne comprends pas la langue des habitants de ce pays, à part le « Inch Aaallllah » clôturant chaque phrase. Au quotidien c’est assez éprouvant.

En période de ramadan, c’est pire. Hier, un employé du magasin a alpagué en rigolant l’une des figures du quartier, un type ravagé par l’alcool qui vient s’approvisionner là, en lui disant « Alors Didier, tu fais pas le ramadan ?! ».

Les photos valant parfois mieux qu’un long discours, je vous propose de visiter mon supermarché…. 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et comme j’aime décidément partager, je vous fais également profiter de ces quelques sympathiques habitants de mon quartier ci-dessous, histoire de prouver également que non, décidément, l’islamisation de notre pays n’est absolument pas un fantasme.

 

 

 

 

 

 

Votante prise le 6 mai 2012

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

island girl 01/08/2012 21:02


Et les fatmas sacs poubelles qui polluent les rues..ils ont installé ;le petit nabot ridicule qui laisse les rats envahir la ville...combien de temps cela va t-il durer?