« Islamisme modéré », disent-ils... par Maurice Szafran de "Marianne". Encore un effort...

Publié le 26 Novembre 2012

Gérard 53 ans Voilà donc un journaliste de gauche, la plupart du temps "bien pensant" sous une allure et un discours "contestataire" qui réalise (un peu) ce qu'est "l'islam modéré"!

Encore un effort Monsieur Szafran et bientôt vous réaliserez qu'il n'y a pas d'islam modéré! Il n'y a que l'islam basé sur le Coran et les hadiths! Toute personne qui connaît les textes "sacrés" et "non modifiables" "tombé du ciel" et les interprétations des "docteurs de la foi" de la vie d'un homme ayant vécu il y a 1400 ans, ne peut ignorer, musulmans compris, que l'islam est un système totalitaire qui inclut chaque sphère de la vie, tant publique que privé, y compris pour aller aux toilettes!

Un système qui nie l'égalité des sexes, un système qui nie l'apostasie (changement de religion), qui nie la liberté de pratiquer une autre religion, qui nie la différence entre le temporel et le spirituel et donc la laïcité de fait, qui considère que seules les lois islamiques peuvent s'appliquer et qu'elles sont supérieures à celles des hommes, des républicains, des parlementaires, etc. "Islam modéré"? Foutaise, encore un effort Monsieur Szafran!

Gérard Brazon

*****

Du lundi au vendredi, autour de 8 h 15, j'écoute la chronique de notre ami Bernard Guetta consacrée, sur France Inter, à la politique étrangère. De mon point de vue, le meilleur éditorial toutes radios d'information confondues, le plus clair et — fréquemment — le plus pertinent. C'est pourquoi il ne faut pas hésiter, de temps à autre, à exprimer un désaccord. Et la façon dont Guetta, à intervalle régulier, traite de ce qu'il appelle « l'islamisme modéré », me gêne, je l'avoue volontiers. La semaine dernière, il a d'ailleurs récidivé à propos du président égyptien Morsi, lui aussi islamiste modéré...
C'était d'ailleurs quelques jours avant que Morsi ne prenne des décisions et des mesures authentiquement antidémocratiques. Guetta pris (un tantinet) à contrepied. 
 
Mais restons sérieux, c'est en effet un débat crucial que pose l'éditorialiste de France Inter et de Libération : existe-t-il un islamisme « modéré » avec qui les démocrates, les femmes et les minoritaires puissent s'entendre, et d'abord en terre d'Islam ? Ou les islamistes dits « modérés » ne sont-ils que les vaillants petits soldats d'un islamisme radical et politique ayant l'intelligence stratégique d'accepter ponctuellement des compromis pour mieux prendre, et au plus vite, le pouvoir? 
 
La réponse de Guetta— et il n'est pas forcément isolé, Alexandre Adler dans le Figaro et au micro d'Europe 1 défend un point de vue assez proche — est désormais aussi claire que répétitive : on peut s'entendre, il faut s'entendre avec les islamistes « modèles », notamment en Turquie, en Égypte et en Tunisie, car le quotidien de la démocratie, sa pratique et ses avantages finiront par l'emporter sur l'idéologie islamiste et contraindront, par exemple, les islamistes dits modéré à accepter le jeu électoral de l'alternance démocratique. Voire... (La politique de l'Autruche en fait. ndlr Gérard Brazon)
 
L'affaire, en réalité, se résume à une interrogation : un compromis historique est-il envisageable, seulement envisageable, avec les Frères Musulmans qui, aujourd'hui, ont pris le dessus en Égypte et en Tunisie ? Guetta et quelques autres ont décidé de les prendre au mot : puisqu’ils sont arrivés au pouvoir par les urnes, ils se retireront du pouvoir selon le même processus. L'Histoire est une roue qui ne cesse d'avancer et les Frères Musulmans ne peuvent la contraindre, cette roue, à inverser le processus. On peut — on doit ? — se méfier de cette vision positive (à l'eau de rose, suggéreront les plus sceptiques).
Je connais mieux la réaliste tunisienne qu'égyptienne. Rached Ghannouchi, le maitre des islamistes tunisiens, joue (plus ou moins finement) avec le système démocratique ; il utilise les salafistes, puis il les fait réprimer, avant de les reprendre à nouveau sous son aile protectrice et ainsi de suite. À Tunis, les démocrates et les laïques ne sont ni dupes ni naïfs : ils savent que seul le rapport de forces, et pas seulement électorat, fera reculer Ghannouchi et les siens qui n'ont pas renoncé et renonceront jamais à imposer la charia a la société tout entière. Au Caire, le président Morsi ne se comporte pas de façon bien différente...
Alors bien sûr, et non sans raison, Bernard Guetta insiste sur l'exemple turc, cette construction baroque qui, elle, semble fonctionner. Oui, mais cette société est aussi empreinte de kémalisme, cette idéologie ultra laïque ; oui, mais l'armée, même à bout de souffle, sert encore de vigie et le pouvoir islamo-conservateur la redoute. Comparer l'univers arabo-musulman à la Turquie peut sembler, pour le moins, périlleux. 
 
Voilà quelques raisons, brièvement exprimées, de ne pas (tout à fait) partager l'optimisme de l'ami Guetta qu'il faut continuer d'écouter avec la plus grande assiduité.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

kafirpride 26/11/2012 15:12


B.Guetta n'est certes pas le pire éditorialiste du PAF. Disons que c'est un des moins mauvais. Ce qui ne l'empêche nullement d'avoir des illusions sur l'islam et sa nature intrinsèque. toute son
argumentation pour justifier de la possiblité d'un islam modéré susceptible d'accepter les verdicts d'une vraie pratique démocratique repose sur l'exemple turc. Là l'alternative qui s'offre à
nous est la suivante:


Soit B.G. ne connait pas grand-chose à la situation réelle de l'islam en Turquie


Soit il déforme et nie la réalité pour rester en cohérence avec son substrat idéologique gauchisant...


En Turquie la démocratie a ouvert un boulevard à l'islam et depuis son retour en lice l'islamisme turc a gagné toutes les élections et passé de 20/25% d'électeurs à plus de 60%! Et pour maintenir
la tendance, tous les moyens sont bons. Plus de 2000 officiers en taule depuis près de trois ans, attendant un jugement qui tarde. Certains n'ont d'autres motifs d'incarcération que d'avoir
appelé un "suspect" envisageant (peut-être de fomenter un coup d'état...


Plusieurs centaines d'étudiants en taule pour avoir osé manifester pour que leurs bourses ne soient pas supprimées...


Quant aux journalistes c'est par dizaines qu'ils sont détenus pour ce que nous appellerions nous un délit d'opinion...


Les tribunaux, les universités sont maintenant sous contrôle islamistes. Des recteurs ont été démis de leur fonction pour n'avoir pas décroché le portrait d'Ataturk, pourtant visible encore
presque partout!


En 2023 Erdogan veut célébrer le centenaire de la création de la République turque mais à sa manière: en effaçant de l'Histoire toute trace du kémalisme!


En 2071 il y a déjà sur la table un projet de commémoration de la bataille de Manzikert, défaite majeure des byzantins qui a ouvert les portes de l'Anatolie à l'invasion turque....


Bien sûr il y a encore en Turquie des républicains, kémalistes et laïcs convaincus qui essaient encore de s'opposer à la déferlante islamique.


L'armée autrefois garante du laïcisme à la turque, a changé son fusil d'épaule et les officiers kémalistes de haut rang ont tous été mis à la retraite.


malgré les réactions sporadiques passées sous silence par nos merdias, il est peu probable qu'une vague de contestation suffisamment puissante permette un réel changement aux prochaines
élections.


M. B. Guetta peut encore rêver jusque là....


Il fait partie de ceux qui rêvent d'un islam modéré, bien propre sur lui et fréquentable qui n'existe hélas que dans leur fantasmagorie idéologique de bobo bien-pensants aveuglés par cette
idéologie stupide gauchisante qui nous précipite vers l'abîme totalitaire islamique!


 

Epicure 26/11/2012 12:46


Il faut rappeler à ces journalistes (souvent juifs Szafran Adler Askolovicz etc..) que leur critique du totalitarisme judaïque qui fut la raison de leur "assimilation" vaut aussi pour toutes les
religions totalisantes. Et le Catholicisme romain ou grec ne fait pas exception: hors de l'Eglise point de salut.


Leur "gantillesse"  n'est que la peur de voir se retourner l'hostilité ambiante contre eux mêmes ..L'ambiance étant majoritairement musulmane, de facto...?!


Comme si nous aurions pu "négocier" avec les ulktra nationalistes Prussiens ou les Socio-nationaux de Strasser contre lme vilain Hitler...Tous furent boycottés par les Alliés car peu plausibles
et surtout sinon potentiellement traître , surtout minoritaires s'ils exécutaient leurs projets...Il a fallu écraser le NSDAP. Comme il faudra écraser leIslamisme...Si l'Islam Modéré y survit ?
comme en Allemagne la Nation démocratique, alors là, nous "discuterons" avec eux.
Pour le moment, c'est un attrape couillon que ces journaleux minables et sans caractères nous proposent. 

Yves IMBERT 26/11/2012 11:39


Difficle à un cerveau décérébré par l'idéologie marxiste de se soigner et de prendre pied dans la réalité, donc c'est effectivement un exploit pour ce journaleux de Mariane de commencer à ouvrir
les yeux