Ivan Rioufol convoqué par la police: la dictature socialiste n'est plus un fantasme!

Publié le 11 Juin 2013

L'équipe de Riposte Laïque et Robert Ménard ont récemment organisé une conférence de presse sur le thème : harcèlement judiciaire contre parole libre à laquelle aucun des 150 journalistes conviés n'est venu. Cette initiative faisait suite à un nombre d’initiatives judiciaires et de convocations policières particulièrement inquiétant, puisque pas moins de cinq contributeurs du journal sont aujourd’hui menacés. La plupart du temps, ces menaces proviennent d’articles alertant nos compatriotes sur l’islamisation de la France. Robert Ménard vient de décider d’annuler une conférence, à Nantes. Lui qui contestait, lors de la conférence de presse donnée par Riposte Laïque, le mot dictature, prononcé par certains intervenants. Il expliquait que, dans notre pays, on avait encore le droit de s’exprimer. Pourtant, preuve que la pression est forte, le fondateur de Boulevard Voltaire a annulé sa conférence, sur la liberté d’expression, par sécurité.


 

On veut baillonner les sites internet de rétablissement de l'information et la pression judiciaire sur eux s'accentue…

Aujourd'hui c'est au tour d'Yvan Rioufol et il nous explique simplement par un article comment il est persécuté pour n'être juste quelqu'un qui dit la vérité.


Pourquoi je suis convoqué par la Police Judiciaire

Tandis que la gauche alerte sur une loufoque montée du "fascisme", au prétexte d’une rixe hélas mortelle entre extrémistes de droite et de gauche, l’islam radical prend de plus en plus d’assurance dans ses exigences de soumission. Je me permets d’illustrer cette constatation avec mon cas personnel.

Pour la première fois de ma carrière journalistique (débutée en 1976),  j’ai reçu, samedi, une convocation pour être entendu par la Police Judiciaire, suite à une plainte déposée par le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF). Je vais devoir répondre de propos tenus le 15 novembre 2012 dans l’émission On refait le Monde, animée par Marc-Olivier Fogiel, sur RTL également visés par la plainte. Le CCIF, qui oeuvre à l’islamisation des musulmans, me reproche d’avoir critiqué sa campagne d’affichage : "Nous sommes la nation".

Il s’agit du détournement du tableau de David, Le serment du Jeu de Paume. Se substituant aux acteurs de la Révolution française, l’image représente très majoritairement des femmes voilés, des barbus, des encapuchonnés et des jeunes des cités.  Financée à hauteur de 35.000 euros par l’Open Society Institute du milliardaire américain George Soros, qui a des comptes à régler avec l’Europe, la campagne avait pour but de promouvoir la visibilité islamique dans la République laïque, en revendiquant un refus de l’assimilation et de l’intégration, au profit d’une "inclusion" intimant d’accepter les musulmans tels qu’ils sont. Avec sa plainte, le CCIF porte évidemment atteinte à l’élémentaire liberté d’expression. La lutte contre l’islamophobie dont il se réclame revient à interdire tout débat.

Inutile d’insister, j’imagine, sur l’extrême gravité de cette tentative de pénaliser l’esprit critique, d’intimider des journalistes, de censurer des médias, de réintroduire le délit de blasphème.

Mais je m’étonne néanmoins de l’indifférence générale qui est portée à ce genre d’organisme, qui respecte si peu la France, son histoire et ses valeurs, sinon pour instrumentaliser les droits de l’homme dans le sens de ses intérêts propres. Dans son livre déjà cité (Islam, épreuve française) Elisabeth Schemla rappelle cette déclaration d’août 2011, à la mosquée d’Orly, de Marwan Muhammad,porte-parole du CCIF :

"Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays n’a le droit de nous enlever ça. Personne n’a le droit de nous nier cet espoir-là. De nous nier le droit d’espérer dans une société globale fidèle à l’islam. Personne n’a le droit dans ce pays de définir pour nous ce qu’est l’identité française".

Il est d’ailleurs intéressant de s’arrêter au logo du CCIF ;  il est stylisé de telle manière qu’il peu se lire Sif, c’est-à-dire "Le glaive de l’islam". Pour ma part, je vais évidemment répondre à ma convocation. J’espère néanmoins pouvoir y dénoncer ces inqualifiables méthodes et le danger qu’elles représentent pour la république. Elles ne me feront évidemment pas taire. Tout au contraire.

Yvan RIOUFOL

Ivan Rioufol, journaliste et essayiste, est né en 1952. Après des études de droit, il a débuté dans la presse régionale (Presse-Océan, Nantes), avant de rejoindre Le Figaro en 1985. Il a été notamment rédacteur en chef des Informations Générales. Devenu éditorialiste, il publie son Bloc-notes chaque vendredi, depuis 2002.

Solidarité avec Ivan Rioufol l'un des derniers journalistes résistants et véritablement grandes gueules en non comme ceux de l'émission à RMC de 10 à 13 sur RMC qui bien entendu n'ont pas dit un mot pour soutenir leur collègue et la liberté de la presse. 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Marie-claire Muller 11/06/2013 21:24


Qui est vraiment cet étrange CCIF qui poursuit Ivan Rioufol en justice…


11 juin 2013 | Classé dans: Islam | Posté par: Jean-Patrick Grumberg



 
in Share


 


Ivan Rioufol est convoqué par la police judiciaire, suite à une plainte du CCIF1, qui l’accuse d’islamophobie.


Le CCIF se présente ainsi comme un collectif contre l’islamophobie en France. Mais une observation attentive de son logo permet de se demander si l’on n’est pas en pleine تقیه (taqiyya تقیه , ou
encore taqiyeh,taqiya, taqiyah, tuqyah, est une forme de dissimulation religieuse que l’islam utilise pour tromper l’attention de ses opposants), et si l’objectif réel de ce
« collectif » ne se situerait pas… bien au delà, par exemple pour intimider ceux qui osent dénoncer les violences et crimes de l’islam.


1. Voici leur logo (pris sur leur site)





Au premier coup d’œil, rien d’anormal.


2. Je fais alors une rotation à droite à 90°, le « F » est horizontal :


Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz une
fois par jour.





A quoi ressemble ce F ?
3. Comparons le au drapeau de l’Arabie Saoudite :


Exact : il symbolise un sabre.


Mon exercice est tiré par les cheveux n’est ce pas ? Et bien,


4. Cliquez ici sur Google traduction, et si le mot n’apparait pas, tapez « sabre » en français, et choisissez la traduction en
Arabe.


Puis cliquez sur le petit bouton pour entendre le mot en Arabe.





Coincidence ? Ben voyons…


Moralité, si vous n’êtes pas islamophobe, soyez islamo-vigilant, car ils sont… envahissants.


Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info


1http://www.dreuz.info/2013/06/pourquoi-je-suis-convoque-par-la-police-judiciaire/

marie-plume 11/06/2013 20:37


Il faut lancer une pétition pour soutenir Yvan Rioufiol, et demander aussi, aux "Grandes Gueules" qui officient sur RMC de 10h à 13h de soutenir leur confrère, sinon ils n'auraient aucun mérite
de s'être montrés solidaires pour "licencier" Sophie de Menton en début d'année.. Que diable, un peu de courage messieurs "les journalistes",  et pour la bonne cause cette fois-ci... Qui
sait? vous pourriez être, vous aussi, de l'autre côté du miroir! Allez! Du courage! Ce n'est pas si difficile que cela! La presse est en danger, défendez-la!

ESCLAFIT 11/06/2013 17:20


Monsieur Rioufol, nous vous soutenons, nous sommes tous heureux que des gens de votre talent disent encore la vérité. Si nous perdons ces résistants là la France est finie.