Jacques Bompard et le racisme anti blanc.

Publié le 4 Octobre 2012

Quelques phrases avant qu'au nom de l'équité j'imagine, on lui coupe le micro. Ainsi va la démocratie française. J'ai vraiment honte de ces "représentants du peuple" qui ont trouvé le moyen de "chahuter" Jacques Bompard sur ce thème gravisime. 

Lors d’une question orale à l’Assemblée nationale, le député patriote Jacques Bompard revient sur la polémique causée par le livre de Jean-François Copé, qui évoquait le racisme dont sont victimes les blancs et les Français de souche sur leur propre sol. Bien entendu, Jacques Bompard se fait conspué par les députés de gauche, mais le plus savoureux reste la réponse alambiquée de Manuel Valls.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Aaron 04/10/2012 22:55


Le président de l'assemblée avait hâte de lui couper la parole....Ne parlons pas des têtes d'enfarinés autour de M.Bompard; certains faisaient semblant de l'écouter, d'autres discutaient entre
eux comme dans un café...quant aux deux ou trois femmes aperçues rapidement on se demande ce qu'elles faisaient là....Venons en au Vals-eur:  sa réponse, avec à l'appui le rappel du Code
Pénal, est à la portée d'un étudiant en droit, 2ème année de licence. Sa réponse n'apporte rien de concret aux fait exposés par le député sus cité; elle reste dans le général et le Vals-eur s'en
est sorti par une pirouette par le rappel d'un texte de loi appliqué selon le principe bien connus des Tribunaux français :  " Deux poids, deux mesures"........

yves IMBERt 04/10/2012 16:37


pourquoi bompard  ne dépose-t-il pas plainte pour obstruction à l'expression d'une réalité


il existe des juges qui n'ont pas sombré dans l'islamo-marxisme  j'ai écouté avec surprise et sympathie un vieux magistrat de Toulon dont FR2 diffusait les auditions sur la délinquance dans
le midi, il n'a pas mâché ses mots envers les jeunes immigrés qui pourrissent la vie de la poulation locale