Jacques Bompard : « Il est temps de se pencher sur les comptes d’associations comme SOS Ra­cisme »

Publié le 17 Février 2013

jacques bompard

Jacques Bompard, le député du Vaucluse, maire d’Orange et président de la Ligue du Sud, de­mande la constitution d’une commission d’enquête parlementaire sur les associations antiracis­tes vivant des subventions publiques.

Face au développement du racisme anti-Blanc et au déni de réalité de certaines associations antiracistes, le député Bompard estime qu’il devient nécessaire de se pencher sur le fonctionnement de la lutte contre le racisme en France. Interview.

Jacques Bompard, les associations antiracistes profitent-elles de subventions publiques?

Oui, et dans une large mesure.

Une commission d’enquête parlementaire devrait faire la lumière à ce sujet.

Je vais vous citer quelques exemples : en 2012, les associations dépendant de la mission « Intégration et accès à la nationalité française » ont vu leurs subventions passer de 11,5 millions à 42 millions €, celles affectées aux associations dépendant de la mission « Développement solidaire et immigration » ont progressé de 50% en passant de 6,9 millions à 9,3 millions €.

Il est temps de se pencher sur le fonctionnement de la lutte contre le racisme en France et notamment sur le finance­ment d’associations de type SOS Racisme qui ne font, par ailleurs, rien pour lutter contre le racisme antifrançais.

De plus, SOS Racisme et d’autres ne publient pas leurs comptes. C’est anormal. Les Français ont le droit de savoir qui vit de quoi et comment on utilise l’argent public.

Quelle est l’attitude des collectivités locales quant au financement d’associations comme SOS Racisme ?

Elles les subventionnent largement. Chaque année, il se crée de nouvelles associations de défense de ceci, de cela. Beaucoup d’entre elles vont chercher des subsides locaux et les obtiennent. Les élus préfèrent les financer pour éviter d’être mis en cause et y voient aussi le moyen de s’assurer un réservoir de voix.

Pensez vous que les subsides publics devraient être réservés aux associations bénéficiant d’une « certification » ?

Je pense que la bureaucratie française est déjà très lourde et que l’obtention d’une certification se­rait aussi une occasion de tricher.

La meilleure formule consisterait plutôt à ce que les associations comme le DAL, SOS Racisme… n’emploient pas de salariés mais uniquement des bé­névoles. Ainsi, elles n’entretiendraient pas de permanents qui sont souvent grassement payés.

On l’ignore, mais les salaires que les associations versent à leurs permanents, à fonction équivalente, sont généralement plus élevés que dans le privé !

Historiquement, qu’est-ce qui explique que ces associations aient pris un tel pouvoir ?

Beaucoup d’associations sont des structures politisées qui militent en faveur du politiquement cor­rect. Peu à peu, leur rôle s’est institutionnalisé et certaines revendiquent aujourd’hui une sorte de magistère moral.

Certaines ont même obtenu le droit de défendre et d’aider les hors-la-loi sans qu’elles puissent être incriminées pour cela, notamment dans le cas de l’assistance aux clandes­tins. Ces associations se sont placées en état d’impunité avec l’appui de députés pourtant chargés de faire appliquer les lois de la République.

Le pire est que quand on parle avec ces députés en pri­vé, ils ne sont pas dupes. Mais, la plupart votent ces textes comme un seul homme, qu’ils soient de droite ou de gauche. Si le discours diffère entre le PS et l’UMP, dans les faits, la politique qu’ils mè­nent, une fois au pouvoir, est la même.

Pourquoi les médias ne critiquent-ils pas ce système ?

Parce que les médias, les politiques et les associations font partie du même ensemble. Du même système. Il y des intérêts communs, des collusions idéologiques.

Un de vos confrères a récemment indiqué que 85 % des journalistes se disent de gauche et que les 15% restant, se cachent. Ces chif­fres expliquent pas mal de choses, non ?

Propos recueillis par Didier Laurens

Les Dossiers du Contribuable n° 11 « Associations : le scandale des subventions », février 2012, 4,50 € port inclus – 68 pages. En kiosque et sur abonnement.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

Lapinar 19/02/2013 09:27


Les Associations (loi 1901) doivent vivre avec les cotisations de leurs membres et des actions spécifiques correspondant aux objectifs des statuts. Il est totalement indécent qu'elles reçoivent
des subventions de l'Etat ou des collectivités territoriales, et même des versemnts de particuliers qui sont eonérés d'impôt sur une grosse part des sommes versées. A mon avis, selon des études
vues sur la toile, il y a là un gisement de plusieurs millard d'euros d'économie annauelle, et ce de façon pérenne.


Il en va de même de la plupart des subventions aux entreprises idustrielles , commerciales ou agricoles. Cela devrait être des prêts d'Etat à taux très reduits nantis qur les biens propres des
emprunteus 'dirigeants et actionnaires), mais cela n'accroîtrait pas la dette de  l'Etat.


A tous les bons entendeurs , salut§


Il existe d'autres formes d'éconiies sociales !!!! à méditer.


Merci pour votre attention.

L'EN SAIGNANT 17/02/2013 17:56


Il serait enfin temps venu de mettre le nez du contrôle public dans cet immense MERDIER à PROFITS PERSONNELS de leurs DIRIGEANTS.!

DURADUPIF 17/02/2013 14:07


Qu'est ce qu'on est mal dans nos deux nasses islamiste et financière. Ca implosera...

aupied 17/02/2013 13:14


Ok je dirais même plus Dorothée , a la baille avec une bombe 

Dorothee13 17/02/2013 12:59


Aupied, exact, je suis un enc.......Je préconise de leur mettre sur la tête la couche culotte TENA pour les fuites !

aupied 17/02/2013 12:42

















Pourquoi autorise t'on un homme comme lui a pavanner  a la tête des socialistes quand on sais ce qui l'a été capable de faire,c'est vrai qu'il s'est conduit
comme un vrai socialiste.Tout pour moi et rien pour les autres.Qu'il rende ce qu'il nous a volé!!!!



Je suis un homme politique
français, ex amant de Jack Lang  .....






 J'ai été condamné en 1992 pour non-paiement  au Trésor Public de 80.000 F. d'amendes de
stationnement








J'ai bénéficié d'une grâce présidentielle de
François  MITTERRAND le 09/05/1992, qui a fait que je ne les ai pas payées.
































J'ai été condamné le 17/12/1998 pour
un emploi fictif au sein de l'Association Régionale pour la
Formation et l'Education des Migrants (ça ne s'invente pas) à Lille, où je touchais 8 900 Frs de salaire mensuel.
































J'ai donc aussi été condamné pour recel d'abus de biens sociaux à 18 mois de prison avec sursis et 30
000 F d'amende.






























Je suis ... je suis ... je suis...
















mika 17/02/2013 12:35


https://www.youtube.com/watch?v=XxplFfxlWac


Jacques Bompard revient sur le racisme anti-blancs

Dorothee13 17/02/2013 11:51


Aujourd'hui plus de 13 000 associations tout genre confondu. La France vit à travers l'association, nouvelle branche de POLE EMPLOI et des PARTIS POLITIQUES UMPS -


Usurpation - Merdier - Pitoyable - Sortie éjectable !

island girl 17/02/2013 11:40


Jacques Bompard est plein de bon sens et comme la cour des comptes demande au gouvernement de réduire les dépenses ,c'est le moment de supprimer ces subventions injustes !

Dorothee13 17/02/2013 11:38


il est temps quoique que celà aurait pu se démontrer il y a une vingtaine d'année.