Je n'ai pas marché– Je ne marche plus - Par Gilles William Goldnagel

Publié le 14 Janvier 2015

0 - Pigeon

Cet article est paru dans l’hebdomadaire Valeurs Actuelles.

Avocat, Gilles William Goldnagel s’est fait connaître en 2002 en défendant (avec succès) Oriana Fallaci, poursuivie par le MRAP, la LICRA et la LDH pour son essai « La Rage et l’Orgueil » qualifié par les associations droit-de-l’hommiste de « brûlot islamophobe ».

********

Je n’ai pas marché. D’ailleurs, il y a longtemps que je ne marche plus au pas cadencé des pyromanes qui crient au feu. Je veux bien être Charlie, mais pas le pigeon des Charlots qui ont fait le lit d’un terrorisme et d’un antisémitisme qu’ils ne peuvent plus arrêter.

La nécessaire compassion pour les victimes est insuffisante, hypocrite et contre-productive si on ne dit pas clairement qui les a assassinées. Même le mot islamiste aura été proscrit du catéchisme soi-disant antiraciste de la grand-messe d’unité nationale. En quoi pointer du doigt l’islamisme radical l’amalgame-t-il avec l’islam de paix dont il est le bourreau ? Aurait-on dû craindre de nommer le nazisme sous peine de racisme anti allemand ?

Je ne me rends plus à grands messes du dimanche contre le racisme, l’antisémitisme et le terrorisme. J’ai déjà donné. Au lendemain des attentats de la rue Copernic et de la rue des Rosiers, les mêmes organisateurs avaient fait descendre  des centaines de milliers de Français dans la rue contre l’extrême droite. Raté, c’était déjà la radicalité islamique que l’on ne voulait pas voir. Après l’assassinat d’Ilan Halimi, la communauté juive avait organisé une marche. Peu de politiques s’étaient déplacés. Philippe de Villiers, fils de résistant, irréprochable dans le combat contre l’antisémitisme et le terrorisme avait été expulsé du cortège par un petit chefaillon de SOS-Racisme. Je n’ai pas oublié.

C’est plus fort qu’eux, cette fois, c’était le Front National, à qui, ils rendent à nouveau un signalé service. A contrario, la présence de tous les autres s’en trouve légitimée. Désolé, je ne marche pas main dans la main avec les maires communistes qui ont fait citoyen d’honneur de leur ville des tueurs de juifs en Palestine.  Avec l’UOIF et les Indigènes de la République qui traitaient Charlie et mon cher Charb d’islamophobe. Je ne marche plus.

Gilles William Goldnagel

0 - gilles_william_goldnadel

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

ESSYLU 15/01/2015 19:07


C'est du bon Goldanel


parmis les politiques j'ai apprécié le billet du Président du SIEL espérons qu'il ne va pas se faire virer par Marine et j'ai le même souhait pour A.Chauprade



lombard 14/01/2015 10:14


bonjour 


je pense que cela va bien plus loin que cela !


cet attentat tombe bien a propos ??mieux museler l'opposition en imaginant une soudaine cohésion nationale derriere flanbi avec a la clé la réduction des libertés!!des terroristes certe mais à la
solde de qui ??les deux freres laisse une carte d'identité dans une voiture volée et le troisieme a été libéré grace a taubira !!!!!TOUT CECI SENT L' EMBROUILLE ET LA MAGOUILLE j'oubliais , cinq
journalistes menacés de mort donc cinq protections raprochées et le fameux jour un seul garde du corps présent ?? il va me falloir un peu plus pour etre convaincu d'un malheureux concours de
circonstances.....

marie-plume 14/01/2015 08:45


Magnifique cri de patriotisme déguisé sous les soupirs du désespoir résigné, mais non pas vaincu ! Haut les coeurs, tout est encore possible, et reste à faire! Merci Monsieur de nous apprendre à
réagir!