Je ne sais pas de quoi est mort Descoings, mais je sais de quoi il a fait mourir la France. Par Christine Tasin

Publié le 5 Avril 2012

Par Christine Tasin  Présidente de Résistance républicaine

Lire le rappel de Paul le Poulpe, avec une excellente analyse d’Eric Zemmour, qui dit tout, et celle de Sorel Zissu qui ouvrait en décembre dernier des perspectives intéressantes sur le bonhomme…

Descoings a fait partie de ces fossoyeurs de la France qui ont bradé le savoir, l’ont piétiné, afin de permettre à ceux qui n’avaient pas assez travaillé, pas assez lu… pour avoir la culture nécessaire pour entrer à Sciences Po, d’y entrer quand même. 

Comme s’il était scandaleux de devoir travailler deux fois plus quand on n’est pas né avec une cuillère d’argent dans la bouche  pour acquérir ce que d’autres glanent avec le lait de leur mère, au cours des conversations familiales, des échanges intellectuels, des débats entre amis… quand on est réduit chez soi à se taire devant TF1.

Injuste ? Oui, comme il est injuste de naître avec un corps d’athlète permettant de devenir un champion quand d’autres, malgré tous leurs efforts, ne pourront jamais courir un marathon ni même sauter plus d’un mètre de haut…

Injuste ? Oui, comme il est injuste de naître bien portant quand d’autres naissent atteints de trisomie 21 ou de mucoviscidose ou  encore manchots…

Injuste ? Oui, comme il est injuste d’être « beau » ou « belle » selon les canons de son époque, d’attirer des hommages et l’amour quand d’autres toute leur vie verront plus souvent des réactions de répulsion que de séduction…

On a précisément inventé la société et ses lois pour compenser en partie ces inégalités natives, cela ne veut pas dire qu’on les a supprimées. Mais on a appris la philosophie, la morale, le respect de l’autre, on a appris à voir au-delà de l’apparence, on a appris à chercher la beauté intérieure, on a créé des minimas sociaux, on a inventé des médicaments, des prothèses, et, même des écoles ! pour aider chacun à gérer au mieux ses handicaps de naissance.

On n’a pas supprimé les handicaps ni les différences.

Sauf… sauf quand il s’agit de connaissances intellectuelles, sauf quand il s’agit de travail à l’école.

Alors là, tout à coup, ce qui devrait être le plus évident parce que le plus facile (travailler, lire, apprendre) devient intolérable.

Alors au lieu de pousser les enfants de la diversité à travailler trois fois plus que les autres, comme l’ont fait avant eux les enfants d’immigrés italiens, espagnols  ou portugais, handicapés par une langue mal maîtrisée à la maison ou bien, encore auparavant, par ces jeunes Bretons ou Basques qui découvraient le français à l’école, on a fait des quotas, on a fait entrer à l’école des enfants non pas parce qu’ils étaient brillants mais parce qu’ils étaient boursiers, créant une nouvelle injustice, puisque ces boursiers qui n’avaient d’autre mérite que de venir de quartiers défavorisés prenaient la place d’autres peut-être mieux à même de devenir l’élite de la nation.

Elite dont nous avons besoin, cruellement.

Mais  Descoings s’en moquait, prêt à brûler La Princesse de Clèves  et avec elle l’épreuve de culture générale sur l’autel où se consume déjà la patrie.

Parce que c’est bien ce sont il s’agit. Comment devenir un homme politique, un  haut fonctionnaire, un journaliste talentueux… quand on ne connaît pas l’histoire de son pays, sa littérature et l’histoire des idées ?

Cela n’est pas possible. Sauf…

Sauf si ces futures élites sont des élites européisées, mondialisées… qui n’auront que mépris pour leur héritage et leur patrimoine, ce qui leur permettra de le  brader et de le brûler à leur tour.

Est-ce ce que vous voulez ?

Non ? Alors votez bien dans trois semaines,  c’est notre seule chance d’échapper à la nouvelle civilisation que nous installe l’UMPS depuis trente ans.

Question subsidiaire : êtes-vous adhérent de la FCPE ? Alors démissionnez d’urgence de cette fédération qui, après nombre de trahisons a entrepris une nouvelle campagne contre les devoirs à la maison. Le communisme et le stalinisme ont laissé tant de traces chez ces anciens gauchistes que c’est plus fort qu’eux, il faut qu’ils coupent toutes les têtes (brillantes de préférence), par amour fou de l’égalitarisme et par besoin maladif de lutte des classes et de revanche du prolétariat. Ils sont d’ailleurs co-responsables avec Jospin-Meirieu de la dégénerescence de notre école, de nos élites, de notre pays.

Salauds de riches ! Parce que ces privilégiés, politiciens, parents ou professeurs savent/savaient, eux, contourner la carte scolaire pour que leurs petits chéris soient dans les bons collèges ou les bonnes classes… tout en cassant du sucre sur le dos de leurs voisins qui osaient fuir quartiers et collèges à problèmes, quand ils pouvaient. Hélas ce sont toujours les mêmes qui n’ont pas les moyens de fuir qui payent les pots cassés, et leurs enfants aussi.

Je hais la FCPE. Je hais Meirieu. Je hais Descoings.

Christine Tasin

http://christinetasin.over-blog.fr/

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Bernard LAINÉ 05/04/2012 11:11


Oui la VEULERIE et la TRATRISE à l'"ÉCOLE LIBÉRATRICE" dont sont redevables les SOCIALISTES  n'ont pas de limites ... Des CONS et des SALAUDS PROFESSIONNELS que membre en mon jeune temps du
Comité National d'Action Laïque; j'ai depuis essayé sans succès d'interviewer sur le sujet du pourquoi leur assourdissant silence devant la montée de l'islam ... RIEN .! Des pourris inconséquents
ces gens là; je les vomis à la "HALLAL", HOLLANDE y compris avec la HARGNE du COCU ...!.