Je ne suis pas en phase avec Eric Zemmour sur la cohabitation. Par Gérard Brazon

Publié le 9 Septembre 2014

Gérard Brazon interview3 Par Gérard Brazon

Éric Zemmour fait une comparaison qui n'est pas raison. Il compare la volonté de Marine Le Pen de gouverner avec Hollande avec celle de Jacques Chirac en 1986 de cohabiter avec Mitterrand. 

Jacques Chirac était un sous-marin du radical-socialisme. N'oublions pas ce qu'en pense Marie France Garaud qui longtemps cru qu'il était un pur-sang de droite. "’J'ai cru qu’il était de l’acier dont on faisait les meilleurs canons. Il n’était que de la faïence dont on fait les bidets !

Hollande n'est pas Mitterrand. Loin de là ! Tous deux sont des tordus politiques mais Hollande ne lui arrive même pas à la cheville de l'intelligence politique. L'un venait des rangs de l'extrême droite d'avant-guerre, participa à la collaboration avec Pétain, devient en novembre 1943 résistant à 8 mois du débarquement, puis Ministre pendant la guerre d'Algérie, organisa son attendat rien qu'à lui ayant peut qu'on l'oublie, etc. Socialiste par intérêt. Hollande est un fils de bourgeois de Neuilly au parcours de fils à papa. Les pauvres il ne les connaît pas, ne sait pas ce que c'est. Fils de riche comme d'autre fils à papa donneurs de leçons en socia-lie. Exploiteurs de la bêtise et de l'inculture historique des plus faibles.

Marine Le Pen a les reins plus solides que Jacques Chirac. Elle ne vient pas du même monde. Elle a connu très jeune un attentat contre sa famille. Elle sait d'où elle vient, et ne cache pas ses origines. Elle assume tout. Elle a des convictions et la vie politique de Chirac nous a démontré ô combien, que cet homme était changeant et variable en fonction de l'air du temps et de ses intérêts.

Il n'y a rien d'écrit à l'avance. Certes, le Président a tous les pouvoirs si ce n'est celui de la signature. Il peut imposer des vétos dans certains domaines. Mais le premier ministre a le gouvernement et la constitution lui offre la possibilité de gouverner avec la confiance du parlement.

Certes le Président dispose in fine de l'article 16, mais celui-ci est limité dans le temps et n'existe qu'en cas de danger grave et imminent pour la République. L'appliquer contre son premier ministre serait une première qui relèverait plus d'un coup d'état. Il y a aussi la dissolution de l'Assemblée, mais il faut pour ce faire, qu'il attende un an après sa première dissolution...

 

Bref, Marine peut jouer cette carte même si elle n'est pas sans danger. Mais le peuple mérite qu'elle le prenne et l'assume.

Gérard Brazon

 

Dans cette tribune vidéo réalisée pour Le Figaro et publiée vendredi, Eric Zemmour s’en prend à la volonté de Marine Le Pen de participer à une cohabitation et s’étonne de la timidité du FN sur la question de l’immigration (alors que celle-ci est plus consensuelle que jamais) et de son étatisme en matière économique :

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Pivoine 10/09/2014 20:28


Pourquoi ne pas nommer Jean-Marie Le Pen premier ministre ? Il osera, lui, régler le problème de l'immigration, et à son âge, il n'a rien à perdre !

lombard 10/09/2014 09:45


bonjour 


J'éspère que Marine tranchera dans ce panier de crabe !et que la politique reprendra ainsi ces lettres de noblesses.....