Jean-Marc Ayrault : la presse l'attaque sur toute la ligne

Publié le 30 Septembre 2012

Jean-Marc Ayrault sur France 2 : la presse gronde et parle de "vraie dégelée"

 

Jean-Marc-Ayrault.jpgSi les journalistes devaient donner une note ce vendredi à la prestation de Jean-Marc Ayrault, elle ne serait sans doute pas bien haute. Peut-être que les Français seront moins exigeants avec le Premier ministre. Toujours est-il que les éditorialistes analysent ce matin. Et ce n'est pas fameux. Pour beaucoup d'entre eux, il n'a pas été à la hauteur. Le plus virulent sera sans doute Paul-Henri du Limbert dans Le Figaro, qui fustige "une vraie dégelée" fiscale dans le projet de loi de finances 2013 présenté vendredi en Conseil des ministres. 

Car sur le thème des impôts et des mesures fiscales, Jean-Marc Ayrault a eu la main lourde. Et forcément, il est critiqué. "On n'a pas souvenir qu'un choc fiscal violent ait jamais inauguré une période de croissance", renchérit Jean-Francis Pécresse dans Les Echos, qualifiant d'"argutie politique" l'idée que les hausses d'impôts soient "concentrées sur les riches" car "appauvrir les riches a rarement enrichi les pauvres. Au contraire". 

"Une politique ne se construit pas avec une matraque fiscale à la main mais en corrigeant tout ce qui contribue à appauvrir la France donc les Français", assène Hervé Chabaud dans L'Union. L'éditorialiste rémois met en exergue une "équation impossible" pour le gouvernement : "Comment tenir ses engagements de réduction de la dette et agir pour relancer l'activité '" Moins virulent, Jacques Camus dans La République du Centre estime que le chef du gouvernement "n'a pas levé les hypothèques sur la question cruciale du réalisme du budget en préparation" et "n'a fait que ressasser les grandes options déjà connues". 

"À cet homme, sans véritable charisme, revenait la terrible mission d'expliquer la nécessité de la rigueur", commente François Martin (Midi libre). Il s'est donc "évertué à démontrer pourquoi il fallait se serrer la ceinture". "Jean-Marc Ayrault, pour son premier grand rendez-vous télévisuel est apparu conforme à son personnage: ferme, austère, annonciateur d'efforts plutôt que de rêves", juge Ivan Drapeau dans La Charente libre. Jean-Marc Ayrault doit présenté le projet de loi de finances 2013 ce vendredi. Il y a fort à parier que sa prestation sur France 2 devrait être commentée par les autres ministres. Et pas que !

 Atlantico

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

LMarie-claire Muller 30/09/2012 16:23


Tous ils voulaient être à l'assiette au beurre!!Pour Ayrault ça  suffisait sans doute parce que cumuler 7 mandats,surtout qu'il avait des gens qui faisaient son job pendant qu'il empochait
le pactol!!! Mais voilà que mimolette, le président anormal le nomme premier délinquant(pardon premier ministre)!LA C EST AUTRE CHOSE IL VA FALLOIR FINASSER ET MEME MENTIR AU PEUPLE(LE PEUPLE
AIME QU ON LUI MENTE) De Funés dans Rabbi Jacob; et autrement qu'a l'Assemblée Nationale,il va falloir se montrer sous son meilleur jour,avec un beau costard Mais l'habit ne fait pas le
moine!!!!!