Jean-Noël Guérini devrait être mis en examen pour "association de malfaiteurs", "prise illégale d'intérêts", "trafic d'influence"

Publié le 4 Septembre 2011

A gauche, Martine Aubry nous affirme qu'avec elle, la sécurité aura du sens! Les petits voleurs de Marseille ou d'ailleurs allaient faire face à la nouvelle dame de fer de la sécurité socialiste et la rigueur de sa loi sera rude! Déjà on tremble dans les cités! Discours de campage? Bien sûr!

Si Martine Aubry était la dame de la sécurité, cela se saurait depuis longtemps! Il suffit de constater la façon, la manière dont elle a traité le dossier Guérini, un dossier dénoncé par l'un de ses concurents Arnaud Montebourg, pour comprendre que son discours n'est pas qu'un simple pipeau mais bien une énorme fanfare! En effet, ce Guérini n'a jamis été suspendu du Parti Soialiste ni même mis en doute! Souvenons-nous de la réaction du PS par rapport à George Frêche. C'est cela la rigueur socialiste en matière de sécurité. Nous savons ce que vaut le discours socialiste! La victime étant toujours celui qui se retrouve devant un tribunal pour des faits délictueux!  

Gérard Brazon

*******************************

Le Monde

MARSEILLE, ENVOYÉE SPÉCIALE - Au creux du mois d'août, les élus socialistes marseillais – et surtout, Rue de Solferino, les candidats à la primaire – ont appris, consternés, la convocation prochaine de Jean-Noël Guérini, président du conseil général des Bouches-du-Rhône, par le juge Duchaine, qui instruit le dossier sur les marchés publics de l'agglomération marseillaise et a déjà mis en examen son frère Alexandre, chef d'entreprise spécialisé dans le traitement des déchets.

Un temps sonné, Jean-Noël Guérini s'est repris. De retour de vacances, il a convoqué du jour au lendemain les élus socialistes du département pour une"communication" d'une petite heure, vendredi 2 septembre après-midi, au Bateau-bleu, ce gros paquebot qui abrite le conseil général des Bouches-du-Rhône.

Jean-Noël Guérini est venu avec un cadeau pour chacun d'eux : la photocopie de sa convocation pour "première comparution" au tribunal de Marseille, jeudi 8 septembre.

Deux feuillets serrés et soigneusement agrafés qu'il distribue à la trentaine de conseillers généraux présents. "Tu nous rends complices de recel du secret de l'instruction!", tente de plaisanter l'avocat Michel Pezet, ex-patron de la région, aujourd'hui délégué à la culture au département. "C'est pour vous montrer qu'il n'y a dans le dossier que du pipi d'alouette, que je suis innocent, répond le sénateur socialiste. Je vais aussi l'envoyer à Harlem Désir, à Martine Aubry, à Manuel Valls. Je ne démissionnerai jamais."

Dans sa lettre, Charles Duchaine lui indique néanmoins que, le 8 septembre, à 14h30, il envisage de le mettre en examen pour "complicité d'obstacle à la manifestation de la vérité""prise illégale d'intérêts""trafic d'influence" et…"association de malfaiteurs en vue du trafic d'influence". Association de malfaiteurs! Ces trois mots infamants que Jean-Noël Guérini redoutait plus que tout, expliquant encore il y a peu qu'il serait convoqué comme témoin assisté.

GRENADES DÉGOUPILLÉES

"Le juge n'avait pas l'intention de me mettre en examen, explique-t-il à ses troupes après avoir commenté et dégonflé chaque chef d'inculpation, mais il a été obligé d'appliquer les ordres du procureur, qui les tient de Renaud Muselier", le député UMP du coin et son ennemi juré. "Je ne suis pas le premier élu socialiste à être mis en examen!", conclut-il.

Devant le groupe silencieux, il ne cite aucun nom, mais les égrène un peu plus tard en aparté à l'un d'entre eux, comme autant de grenades dégoupillées. "Il y a Baylet, et Teulade, Boucheron, Ayrault… J'ai préparé une liste de 56 noms avec mes avocats", l'ancien bâtonnier de Marseille Dominique Mattei et son conseil parisienPatrick Maisonneuve, qui confirment.

Qu'on se le dise : retranché au neuvième étage de sa citadelle, le président du conseil général se battra jusqu'au bout et avec toutes sortes de munitions. Comme le glisse, catastrophé, un participant à la réunion : "Jean-Noël ? Il se “kadhafise”…"

Ariane Chemin

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

isabelle 05/09/2011 00:44



Mâme Brochen, autoproclamée Maître es sécurité, si elle suit bien les conseils de Terra Nova, ne va surtout pas faire du tort aux nouvelles classes populaires dont elle veut obtenir les voix.


Aussi, les Marseillais que nous avons entendu hier dire leur immense ras-le-bol, n'ont plus qu'à émigrer vers des régions provisoirement plus clémentes.


Tant pis pour eux, z'avaient qu'à pas être de souche. Peuvent pas venir d'ailleurs comme tout le monde ?



Epicure 04/09/2011 20:35



Cela se'appelle en termes clairs et précis, un Pouvoir Discrétionnaire.


C'est-à-dire totalitaire.


Les Franchouillards Républicains et Laïcs ne semblent s'être aperçu de rien depuis plusieurs siècles!?



mika 04/09/2011 16:06



Une famille en or... digne de Poubelle la vie


L’un socialo, produisant en bon politicard ordures et déchets et l’autre pseudo écolo en charge pour les recycler.


Ne cherchez plus le mouvement universel, il est à Marseille. 



Epicure 04/09/2011 15:53



Aux USA, le Procureur n'est pas le bras totalitaire et arbitraire du Ministre  ni du Président....mais il est élu...(!)


Alors on fait quoi?


On supprime le Pouvoir de Décider des poursuites qui doivent être le résultat de FAITS et de leurs INCRIMINATIONS POSSIBLES selon le Code et non pas selon les
caprices politiques ou personnels de Monsieur le Procureur de la République :


personne n'a pensé à cela?
Merci aux juristes de m'expliquer où est l'erreur?



Gérard Brazon 04/09/2011 19:16



J'ai souvent relevé cette "injustice" dans ce blog. En effet toutes plaintes peut être mise à la poubelle du procureur ou au mieux être traités avec la lenteur nécessaire en fonction du statut de
la "victime"! Le procureur est le seul habilité à poursuivre ou à éteindre le feu judiciaire!