Jeune homme lynché et émasculé (Vidéo censurée-une de plus)

Publié le 4 Février 2013

BRUZ : le jeune homme torturé a été émasculé, ses parties génitales données aux chiens. Censure de la presse

BREIZATAO – NEVEZINTIOÙ (28/01/2013) Nous avons mentionné dans une brève récente rapportée par Le Télégramme, le cas d’un jeune homme torturé dont le supplice a été filmé par ses agresseurs, dans la commune de BRUZ (35).

Un de nos lecteurs apporte des précisions sur cette histoire sinistre, affirmant que celles-ci lui sont parvenues de source sûre :

“Le jeune en question a été emasculé par ses compères et ses attributs masculins ont fait le délice du chien de l’un des protagonistes.”

Notre lecteur commente :

La préfecture, le procureur, la presse locale n’ont pas voulu en parler pour ne pas faire de la pub sur ce détail un peu dérangeant.”

Short URL: http://breizatao.com/?p=12469

Retour sur l' agression de Bruz (35) : "Un degré de cruauté assez insoutenable"

Les agresseurs connaissaient la victime. Dans la nuit de lundi à mardi, ils l’ont torturé dans un appartement du quartier du Vert-Buisson pour se venger. "Un degré de cruauté assez insoutenable", selon le procureur de la république de Rennes. Deux personnes sont mises en examen et écrouées.

  • Sylvaine Salliou et Géraldine Lassalle
  • Publié le 24/01/2013 | 17:29, mis à jour le 25/01/2013 | 15:53

 

 

Gendarmerie de Bruz © L.G

© L.G Gendarmerie de Bruz
Le jeune homme a été torturé, violé et a reçu plusieurs coups de couteau dans la nuit de lundi à mardi. Il est toujours hospitalisé, dans le coma. Son état est stationnaire, selon le procureur de la république de Rennes qui a tenu une conférence de presse ce jeudi après-midi.

Thierry Pocquet du Haut-Jussé a tenu une conférence de presse © F. Delaury
© F. Delaury Thierry Pocquet du Haut-Jussé a tenu une conférence de presse

Une agression filmée

Ce sont huit personnes au total, dont deux mineurs, qui ont été interpellées. 3 d'entre elles, ont été mises en examen pour viol avec torture et actes de barbarie (un majeur de 27 ans, qui sortait de prison et 2 mineurs de 16 et 17 ans), 4 autres pour non empêchement de crime. Une femme a aussi été mise en examen pour complicité. Les trois personnes poursuivies pour viol avec tortures et actes de barbarie, ainsi que la femme poursuivie pour complicité, ont été placés sous mandats de dépôt. Deux mineurs seront incarcérés à l'établissement pour mineurs d'Orvault. Les quatre personnes poursuivies pour non empêchement de crime ont été placées sous contrôle judiciaire. Les protagonistes ont reconnu les faits, ils ont filmé leur crime et l’enregistrement a été retrouvé par les enquêteurs.
Regardez le reportage de Géraldine Lassalle et Fabien Delaury

La victime, ami de ses agresseurs

Les actes de tortures ont eu lieu dans la nuit de lundi à mardi dans un appartement du quartier du vert Buisson à Bruz, près de Rennes. L'homme connaissait ses principaux agresseurs fortement alcoolisés ce soir-là: un homme de 27 ans et deux adolescents de 16 ans et 17 ans. Il y a deux semaines, il aurait participé à un vol de voiture en leur compagnie. Entendu quelque temps après par la gendarmerie, il les aurait dénoncés. Et c'est pour cette raison qu'il aurait subi ces actes de torture.

Torturé toute la nuit

Le jeune homme a été appelé lundi soir pour récupérer des affaires, dans l'appartement d'un des principaux agresseurs mis en cause dans la quartier du vert Buisson. C'est dans cet appartement qu'il a ensuite, été torturé toute la nuit. Selon l'examen médico-légal, la victime a été violée, elle a reçu des coups de couteaux et a été brûlée. Au petit matin, ses agresseurs présumés ont ensuite déposé le jeune homme, quasi mourant, dans un chariot de supermarché, devant le logement où il était hébergé dans le centre-ville de Bruz. Ils ont traversé la commune avec le chariot de supermarché, sur plus de 2 km, pour le déposer à cet endroit. Ils l’auraient alors abandonné devant le domicile, nu et en sang, dans le chariot. C’est l’occupant des lieux qui aurait prévenu les gendarmes.

 

 

Retrouvé nu et gravement blessé dans un chariot à Bruz (35) : huit personnes en garde à vue

Un jeune homme de 21 ans a été retrouvé nu dans un chariot de supermarché, mardi matin dans une rue de  Bruz (Ille-et-Vilaine). Il est grièvement blessé. D'après le procureur de la République de Rennes, Thierry Pocquet du Haut-Jussé, les faits se sont déroulés durant la nuit de lundi à mardi dans un appartement de Bruz. Huit personnes soupçonnées d'avoir participé à des degrés divers à son agression ont été placées en garde à vue. La victime a subi des violences multiples de trois hommes, un majeur et deux mineurs. Outre ces trois personnes, 5 autres, 3 hommes et 2 femmes, tous majeurs, sont en garde à vue. Leur rôle précis sera défini à l'issue des auditions, entre la complicité et la non-assistance à personne en danger. Ils sont âgés de 16 à 31 ans. Ces 8 personnes seront présentées en vue de l'ouverture d'une information devant le juge d'instruction aujourd'hui. Les qualifications seront alors arrêtées. 

Vengeance

 Le jeune homme, frappé de plusieurs coups de couteau et toujours dans un état grave mercredi soir, "a subi des violences multiples de trois hommes, un majeur et deux mineurs", dans la nuit de lundi à mardi dans un appartement de Bruz, près de Rennes, a indiqué le procureur de la République de Rennes, Thierry Pocquet du Haut-Jussé, en ajoutant que "ces faits paraissent résulter d'une volonté de vengeance". Outre ces trois personnes, 5 majeurs - 3 hommes et 2 femmes - ont également été placés en garde à vue, selon le procureur. Leur rôle précis dans l'agression du jeune homme "sera défini à l'issue des auditions, entre la complicité et la non-assistance à personne en danger". Les huit personnes interpellées, âgées de 16 à 31 ans, seront présentées ce jeudi devant le juge d'instruction, en vue de l'ouverture d'une information, a également précisé le procureur de la République de Rennes.

Géraldine Lassalle, Fabien Delaury

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Dekerle 05/02/2013 21:14


Inhumain ! La peine de mort pour ces ordures !

island girl 05/02/2013 16:30


Cette racaille n'est pas très claire évidemment les journalopes se taisent !

FRANHENJAC 05/02/2013 01:20


Celà me donne envie de vomir !


et celà, c´est la France !

Dorothee13 04/02/2013 21:56


Je serais partante pour remettre en place la peine de mort, tous les avantages, 8 de moins, gain financier sur l'entretien, et nettoyage des prisons !

Suzanne 04/02/2013 18:01


Je regrette que la peine de mort ait été supprimée car je trouve que là elle aurait été bien méritée. Mais dans quelle monstrueuse époque sommes-nous arrivés ??

LA GAULOISE 04/02/2013 12:56


La justice va encore lacher ces salopards , bien sur. Je serais assez pour qu'ils aient droit au meme traitement.