Joëlle Ceccaldi-Raynaud: censure ou économies dans la ville de Puteaux?

Publié le 20 Mai 2013

      J'avais été tout de suite alerté par des Putéoliens sur la possible censure de Marianne et du Nouvel-Obs! J'en fus grandement étonné mais...

C'est encore une de ces bizarreries de cette municipalité. Le Maire de la ville Madame Joëlle Ceccaldi-Raynaud chercherait-elle à faire vraiment des économies ou faire taire les indésirables! Économie de bouts de chandelles pour ville riche?

Certes, la ville est riche et probablement que quelques abonnements de moins ou de plus ne va pas la ruiner. Pour ma part, je ne comprends pas cette politique absurde qui braque les projecteurs inutilement vers une ville qui n'en a pas besoin ou plutôt qui mériterait que d'autres projecteurs se braquent sur elle, comme sur les sports par exemple ou sa vie culturelle! C'est loin d'être le cas.

Après "l'affaire du Canard Enchaîné" qui ne fût pas une censure à proprement parlé car le journal a paru en toute liberté hormis que des sympathisants" du Maire ont acheté dans la ville, l'ensemble des journaux! Cela fit grand bruit à l'"époque. Mais quelle maladresse politique tout de même. 

Aujourd'hui, la ville se prend de nouveau et de plein fouet une preuve évidente d'une vision de la liberté d'expression sommes toutes assez étroite de la part de son Maire!

Espérons que celle-ci fera un communiqué dans l'une de ses nombreuses brochures qu'elle fait paraître en grand nombre ces derniers temps pour nous expliquer que c'est une simple erreur de ses services!

A quelques mois des élections, après avoir viré un adjoint au Maire de façon étonnante si ce n'est curieuse d'un point de vue juridique, (autre maladresse qui donna à l'opposition un soutien de poid par sa connaissance des dossiers).

La ville est gérée d'une main de fer sans réelle démocratie puisque aussi bien les adjoints que tous les Conseillers n'ont pas leurs mot à dire! Une seule décide et fait la pluie comme le beau temps (si elle pouvait au moins faire venir le soleil…), c'est Madame le Maire! Les autres, tous les autres ne sont que des faire-valoir! Ils le savent bien mais ils font semblant pour se donner l'illusion d'exister!

Affaire à suivre...

Gérard Brazon

*****

Par Annie Kezsey

Extrait du numéro 839 de Marianne, du 18 au 24 mai 2013. Article de Guy Konopnicki, page 27.

« La bibliothèque municipale de Puteaux (92) renonce, pour des raisons budgétaires, à présenter Marianne et le Nouvel Observateur sur ses rayonnages. C’est par un pur hasard que la maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, a pris cette décision après la publication dans Marianne d’une enquête sur les parrains du 92, fondée sur l’ouvrage de Noël Pons et Jean-Paul Philippe, 92 Connexion. Joëlle Ceccaldi-Raynaud ne s’abaisserait pas à censurer un journal qui a évoqué la procédure fiscale et judiciaire ouverte à son encontre, pour la bagatelle de 4 millions d’euros, sur un compte ouvert à son nom au Luxembourg. Les finances de la ville peuvent difficilement supporter les abonnements. Il y a des priorités sociales, la municipalité dépense 2 millions par an en champagne et petits fours. Une sorte de resto du cœur. »

L’essentiel, donc, est de redonner aux journaux exclus la possibilité de rejoindre rapidement, au moins un rayon de la médiathèque centrale. La démocratie locale ne peut s’affaiblir puisqu’elle doit progresser. Citoyenne ordinaire de Puteaux, j’achète régulièrement Marianne et dès sa lecture terminée, j’en ferai cadeau à la médiathèque avec un retard le plus bref possible. Je lisais peu souvent le Nouvel Observateur, mais vais procéder à la régularisation nécessaire pour le déposer chaque semaine également. En cas d’absence prévue, je remettrai les sommes nécessaires à leur acquisition.

Marianne est un des rares hebdomadaires attachés à la très difficile nécessité démocratique «  de dire la vérité », aux citoyens, en se dégageant des déformations idéologiques de la presse courante manipulatrice. Dans ce numéro 839, l’éditorial de Jacques Julliard sur les  sept plaies du foot est un modèle d’analyse expérimentée, pertinente, complète, qui apaise le lecteur parce qu’il faut, au moins, que ces vérités soient dites, bien dites. La synthèse marque par sa profondeur inversement proportionnelle à sa brièveté : « nous sommes si fiers de notre PSG qu’à l’avenir il n’aura pas le droit de célébrer ses victoires dans la capitale ».

Maurice Szafran, autre journaliste remarquable, respecte toujours le lecteur auquel il expose ses intentions,  ses difficultés, ses convictions et ses doutes. Qui pourrait s’opposer à son désir de contribuer à la construction citoyenne de la République ?

D’autres talents réguliers ou occasionnels tentent de nous éclairer sans occulter la complexité des données et, parfois, nous laissent devant les contradictions inconciliables d’opinions diverses. Les extraits du dernier livre pamphlétaire de Jean François Kahn, au style atypique, dense, positivement exubérant, rencontrent, dans ce même numéro, les critiques de la droite et de la gauche, de patrons, d’essayistes et d’économistes…Publier Christophe Cambadélis, Nicolas Baverez et Alain Minc, par exemple, sur un même support et autour d’une même œuvre politique de Jean-François Kahn, c’est s’opposer à la censure et permettre aux citoyens de surplomber les données afin de les clarifier. La critique totale d’Alain Minc « un ensemble vide » du livre de Jean- François Kahn  en dit plus sur ses propres errances épistolaires que sur la thèse de l’auteur.

Nicolas Bedos écrit une page chaque semaine dans Marianne : le journal mythomane. Sa créativité littéraire qui utilise les trois registres de langue et ses propos, parfois apparemment impitoyables, sont un bonheur. Dans le numéro précédent, 838, Isabelle Adjani et Nicolas Sarkozy sont ses deux personnages dans « le bruit du silence ».

Un extrait : « …Dans la famille des grandes artistes qui ont fait du silence leur outil promotionnel (dont Isabelle Adjani que Bedos adore), j’appelle à présent Nicolas Sarkozy…Nicolas Sarkozy ! A mesure que Hollande s’enferre dans une crise mortifère, l’ omniabsent rival redore son blason pour pas cher. L’avantage de sa retraite bidon ? De même que l’argent des très riches enfle pendant qu’ils bronzent, chaque silence de Sarko se transforme aussitôt en une solution potentielle ! Le bénéfice du doute, dont l’actuel président n’aura jamais profité, l’ancien loser en est plein aux as ! …

Madame Ceccaldi-Raynaud aurait retiré ces publications pour faire des économies ? Impossible!

Vouloir enfin économiser est sage, nécessaire et attendu. Mais, à Puteaux, ville trop riche au sein des déséquilibres nationaux, l’économie de millions d’euros serait plus pertinente et efficace que l’économie de centimes et la maire le sait. Il lui faut combattre les gaspillages consensuels, tels que les factures explosives des constructions de palais surdimensionnés dont ceux de la médiathèque et du futur conservatoire de musique. L'absence objective de maîtrise des coûts extravagants, scandaleux en période de crise, des investissements et fonctionnements de nouvelles structures, pour des raisons confuses, frappe d’absurdité l’hypothèse de la suppression de journaux pour économiser.

Madame Ceccaldi-Raynaud aurait retiré ces publications parce qu’elles ne seraient pas « de droite » ? Impossible !

Madame Ceccaldi-Raynaud répond, en première ligne, du fonctionnement démocratique de sa ville. Le peuple souverain a « le droit de savoir », titre du dernier livre d’Edwy Plenel qui définit, avec professionnalisme, les cinq règles nécessaires aux informations vraies.

La démocratie locale ne résisterait ni à la censure ni au retrait du contradictoire parce que les citoyens putéoliens s’opposeraient aux tentatives dictatoriales, sauf les extrémistes mais heureusement encore très minoritaires. Le maire le sait et ne peut le vouloir.

Madame Ceccaldi-Raynaud aurait supprimé des journaux mettant en cause sa probité ? Impossible !

Puteaux n’est pas une cité fortifiée. Les Putéoliens savent tout ou presque sur la maire et sa famille, sauf toutefois les indispensables décisions de justice éventuelles sur certains des faits annoncés qui les valideraient ou invalideraient. 92 Connexion fut précédé par 9-2, Le clan du Président, d’Hélène Constanty et de Pierre-Yves Lautrou, en 2008 et par Le président des riches de Michel Pinçon et Monique Pinçon- Charlot. Divers journaux de la presse écrite et de la télévision commentent régulièrement l’action du maire. La décision du maire de vouloir protéger son honneur, à tort ou à raison, en supprimant des journaux, ne serait qu’infantile et illusoire : autre hypothèse donc qui ne tient pas puisque la maire en est certainement consciente.

La mondialisation est parfois surprenante et encourageante. Alors que Marianne serait « viré » officiellement de  la mairie de Puteaux, l’hebdomadaire français attire le regard, bien placé chaque semaine dans la vitrine de la librairie sur la place centrale de Soller, toute petite ville sur l’île de Majorque.

Restons-en à l’essentiel : les journaux informent et les citoyens agissent.

"C’est certain, on s’en sortira » écrit Jean-François Kahn".

Annie Keszey.

www.atelier-idees.org

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Claude Germain V 20/05/2013 22:24


Nicolas Bedos ? pourtant c'est le pitoyable rejeton de son pere ,lui aussi triste gauchisant girouette ; bizarre donc
qu'une faciste socialiste penalise le fils a travers un journal  alors que le pere a vendu son ame au diable national-socialiste depuis bien  longtemps .

Epicure 20/05/2013 17:52


La Droite vole;la Gauche vole, les communistes volent et les autres aussi.


Le Parti Domine et a toujours Raison.....


Il faut détruire les Partis et ce n'est pas en élisant le FN que quoi que ce soit pourra changer cela. Seule une révolution constittutionnelle peut le faire car on ne changera pas on plus la PHM
ou perversité humaine moyenne.....