Joggeuse de 20 ans poignardée à mort : j’ai la rage contre Taubira - Par Gérard Brazon

Publié le 10 Septembre 2014

Gérard Brazon interview3 Par Gérard Brazon pour Riposte Laïque

2La mort au bout du chemin. Elle se voulait en pleine forme, elle s’est fait poignarder. Elle se voulait en bonne santé, elle est morte.

« Selon nos informations, la victime, âgée d’une vingtaine d’années, était en train d’effectuer son jogging lorsqu’un inconnu a surgi, armé d’un couteau. »

Une banalité n’est-ce pas. A combien de morts sommes-nous du fait d’inconnus qui surgissent de nul part ?

« Le meurtrier présumé est déjà connu des services de police pour des faits d’agressions à caractère sexuel. L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis »

Le 93 encore à l’honneur. Des quartiers entiers sont sous contrôle mais pas de la République Française. Silence…

Mais que fait la police? Elle enquête, elle contrôle, elle vérifie et souvent, arrête les délinquants pour la dixième fois, voire plus… La justice libère peu de temps après pour des raisons que la raison ignore puisque c’est tout simplement la folie taubiresque qui règne au sommet du pouvoir.

La police arrête, la justice libère. Sorte de tournoi de la nation française ! La balle au centre ou est le gagnant ? Celui qui libère le délinquant, le déséquilibré. Car c’est bien entendu un déséquilibré… Un de plus !  Un de ceux qui ont cette obsession du poignard. Qui attaquent à la gorge ! La presse nous dira pas ou les coups ont été portés.

Des déséquilibrés qui se baladent « innocemment », paisiblement, sans arrière pensées avec un couteau dans la poche et soudain, la folie leur tombe dessus. Pas de chance, ils tuent ! Des promeneurs, un prof, des sportifs en course, pour un regard, une attitude, un geste… ils tuent, mais attention, ils tuent à la suite d’un déséquilibre. Oui mesdames et messieurs et parents des assassinés, ils sont déséquilibrés. C’est-à-dire qu’ils ne sont pas responsables.

Ils tuent sauvagement, sans pitié, sans tenir compte de l’horreur, des cris, du sang, de la peur, de l’agonie, de la souffrance ! Ils tuent, le sang gicle, les hurlements s’entendent mais qu’importent pour ces messieurs de la justice, pour ces criminels, puisqu’ils sont irresponsables ! Ils sont déséquilibrés.

D’autant plus, que jamais vous n’entendrez d’où viennent ces déséquilibrés. Quel sont leur passé. A quelle culture ils appartiennent. Silence des médias. Il ne faut pas affoler le petit peuple, celui d’en bas comme disait Raffarin. Le Français qui puent des aisselles, les sans-dents, les métro dodo qui crèvent de trouille de perdre leur boulot, leur 1200 € brut mensuelle, tandis que bouffent à nos frais, nos chers penseurs et donneurs de leçons dans les lambris dorées de la République socialisante.

Il ne faut pas affoler le populo, celui des quartiers mal famés qui n’a pas les moyens d’habiter chez les bobos de Neuilly, du seizième et des beaux quartiers de Paris, Lyon, Bordeaux. Nous savons bien que tous ces braves gens ont tellement de compréhension pour la misère, celle qui vient d’ailleurs, mais surtout en évitant tout en se bouchant le nez, celle du bas de leurs immeubles, celle qui vit dans les cartons les nuits d’hiver ! Bientôt nous allons les revoir ces émissions de soutiens, avec l’ineffable Noah en tête pour faire pleurer les citoyens. A vomir…

Cette gamine est morte de sept coups de couteau. Alors Madame Taubira, comment vous sentez-vous ? Pas d’indigestions, pas d’aigreur?  Pas d’interrogations, même toutes petites qui, par hasard, vous titilleraient un peu ?

Police j’arrête, Justice libère, jeu morbide, jeu dramatique ou la police, les gendarmes hantent les carrefours, les routes nationales, les autoroutes, surveillent des milliers de citoyens, sanctionnent l’automobiliste mais n’étaient pas à Sevran pour sauver cette gamine de vingt ans.

Alors oui je suis en rage de voir tous ces beaux uniformes, ces belles voitures rapides, ces beaux motards fonçant à l’assaut des terribles délinquants que sont les automobilistes qui franchissent les 130 à l’heure sur l’autoroute. Quels horreur ces criminels en puissance, n’est-ce pas ? Pendant ce temps-là, une gamine se fait déchiqueter au couteau par « un déséquilibré », de plus, nous dit la bonne presse. Un déséquilibré bien connu des services de police ! Tellement connu qu’il était avec un couteau à Sevran pour assassiner une gamine plus jeune que mes filles.

Oui je suis en rage d’entendre ces journalistes nous faire, la mine apitoyée, le discours habituel sur l’irresponsabilité du meurtrier. Puis passons à la page spectacle, la dernière tournée de la star… tout sourire !

Oui je suis en rage d’écouter le discours morbide des politiques de droite comme de gauche nous expliquer que c’est la loi. Comme s’ils n’étaient pas responsables de ces lois laxistes et liberticide finalement, car la loi devrait protéger ! Elle autorise de fait.

C’est Richelieu qui disait que faire une loi pour ne pas l’appliquer revient à autoriser ce que l’on veut interdire. Quelle sagesse ce Richelieu !

Oui je suis en rage d’entendre ces sornettes, ces saloperies tenu par des ministres qui refusent de comprendre qu’ils aident, d’une manière ou d’une autre,  ces pseudos déséquilibrés en les libérant, en les laissant sortir, en leur permettant de prendre un couteau et de poursuivre la pente de leur « déséquilibre ».

Oui je suis en rage car à l’instant, mon imagination s’affole, la terreur m’étreint, car ce sont les visages de mes filles que j’imagine, c’est les corps de mes enfants d’amour que je vois sur une table, à la morgue, c’est des policiers qui m’expliqueront leur impuissance, des médecins qui me diront quoi ? Qu’elles n’ont pas souffert par exemple ! Horreur, je suis atterré. Pauvre père, pauvre mère, pauvre famille, toutes mes sincères condoléances. Pas un mot dans la bonne presse… Mais promis, on nous dira tout sur les « misères » de ce pauvre déséquilibré qui n’avait pas de papa, qui n’avait pas de maman et que sais-je encore…

Comment ne pas vouloir que cesse ce laxisme judiciaire. Comment ne pas demander à Madame Taubira PS, à Madame Dati UMP,  ce qu’elles pensent de leur politique qui n’a eu d’autres soucis que le bien être des taulards, au nom de l’économie, des budgets et autres prétextes.

Comment enfin ne pas en vouloir à ces journalistes complices de ce laxisme en n’accusant pas le pouvoir politique.

En refusant de dire qui sont les responsables, d’affirmer systématiquement que ce sont des crimes de déséquilibrés pour éviter d’affoler le bon peuple et surtout, en refusant de montrer la réalité de notre système judiciaire qui transforme le coupable en victime de la société, en refusant de souligner que la justice est  plus prompte à taper sur l’automobiliste, a arrêter le commerçant qui se défend, a enfoncer la victime d’un cambriolage, où le locataire qui pète les plombs dans une cité… Car ce locataire n’est pas un déséquilibré, c’est un tueur fou, un forcené… Normal,  il n’en peut plus de vivre avec des « jeunes » issus de cités difficiles, victimes de la société, qui à 3h du matin, font du rodéo devant chez lui. Avec quels moyens d’ailleurs ? Silence ou manipulation du vocabulaire.

Combien faudra-t-il de gamines et de femmes assassinées pour qu’enfin cette France taubiresque, cette France socialisante, cette France de politiciens lâches, réalise que demain ce sera son sang qui coulera, sa vie qui basculera. Ô peuple de France, réveille-toi ! Notre pays est en souffrance !

Gérard Brazon (Puteaux-Libre)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

island girl 10/09/2014 15:18


La "méthode corse "a de l'avenir ..ne sortez jamais sans une arme .