Joyeux Noël et une pensée pour les Chrétiens persécutés de par le Monde.

Publié le 24 Décembre 2009

Ce soir c’est Noël. En France, les enfants s’énervent. Les parents complices se demandent comment mettre les jouets le plus discrètement possible au pied du sapin. Les repas de se préparent. C’est la fête pour tous. La naissance du Christ pour les croyants chrétiens, les familles réunies pour les autres, l’occasion d’un bonheur tranquille pour tous. Sauf sans doute pour les miséreux.

Ailleurs c’est l’inquiétude pour sa vie comme en Irak, l’interdiction comme en Arabie Saoudite pour les milliers de chrétiens issus des Philippines.

Attentats sanglants à Mossoul contre deux églises, fortes tensions en Turquie envers le patriarche de Constantinople qui se dit crucifié dans son propre pays. Un journaliste lui demande pourquoi il ne part pas de Turquie ? Sa réponse est simple, la Turquie est une terre sainte et sacrée pour les Chrétiens. Une terre qui fût islamiseé à la chute de l’Empire chrétien de Byzance en 1425, c'est-à-dire hier et, en à peine 50 ans, plus souvent de force que de gré ! Mais qui se préoccupe aujourd’hui de ces Chrétiens persécutés sur des terres autrefois chrétiennes ? Personne en occident.

Bizarement en France, l’inquiétude, à contrario, se fait au sujet des français musulmans qui ne vivent pas que je sache les affres, les misères, les dénis de liberté, les spoliations, les assassinats que vivent les Chrétiens d’Orients dont l’existence est bien plus ancienne sur ces terres d'Arabie Saoudite, du Soudan, du Yemen, de Somalie, du Pakistan, d’Irak, de Turquie, de Syrie, d’Egypte, de Palestine et ce, jusqu’aux cinq pays du Maghreb (Lybie, Tunisie, Algérie, Maroc, Mauritanie) ou les fondamentalistes veulent en faire des étrangers sur leurs propres terres.

          C’est aussi Noël pour ces communautés chrétiennes et la question qui se pose pour eux c’est, quel Noël ?

Alors, quitte à choquer les bien-pensants, les âmes simples, les politiques de la pensée molle, je trouve dérisoire ces apitoiements du Président du CFCM (Conseil français du culte musulman) Monsieur Mohammed Moussaoui qui, déclare déplorer les dérapages sur le port du voile intégral à propos du débat sur l’identité nationale. Débat qui pourrait contribuer à un sentiment d’incompréhension et d’inquiétude chez les musulmans de France. Ce type même de sentiment qu’aimerait vivre tous les chrétiens persécutés dans le monde que ce soit dans les pays musulmans mais aussi en Chine, au Vietnam et en Inde.
            J'attends encore avec impatience que Monsieur Mohammed Moussaoui fasse une déclaration de soutien envers les chrétiens d'Orient et d'Asie pour qu'ils puissent fêter Noël en paix partout ou ils sont. Je crains fort d'attendre très longtemps.

Il faudra bien que les européens cessent de découpler le comportement indigne de ces pays envers les chrétiens et de demander enfin une certaine réciprocité. Non pas pour maltraiter les musulmans de France, les Indous ou les chinois mais pour mettre en place une politique de soutien aux chrétiens d’Orients et d’Asie qui ne consisterait pas à les recevoir au pied de l’avion à Roissy. A ne faire qu'accueillir des pauvres gens fuyant leur terre, leur patrie, leur pays.
Faire savoir que si l’Europe, la France respectent toutes les religions il serait bon que ces pays respectent leurs minorités religieuses! Ce serait plus cohérent que de se battre la coulpe en permanence, ou recueillir des doléances sans limites et de se culpabiliser sans cesse. D’autant que cela ne retirerait rien aux droits de toutes les confessions religieuses à vivre en paix. A ce jour, aucune voix ne s'élève pour protester.

Je suis tout à fait d’accord avec le philosophe André Glucksmann qui affirme que refuser de débattre comme le veut le parti socialiste est une triste attitude intellectuelle ! Mais cela n’est pas nouveau. Je ne pense pas que le mutisme imposé permette la cautérisation des plaies et de la xénophobie dit-il. Et combien il a raison ! Chaque fois qu’un citoyen se tait, regarde ses chaussures, fait semblant de ne rien voir, occulte et botte en touche lors d’une injustice ou d’un fait contraire à la vérité il devient complice de ce fait, de cette injustice. Particulièrement quand il en est conscient. Pour les autres, le paradis leur appartient !

 

Le combat de demain est bien celui qui doit-être mené contre les fondamentalistes de tous les bords. Qu’ils soient juifs, chrétiens ou musulmans. J’ai été choqué des exigences du Grand Rabbinat en Israël qui exige que tous les sapins de Noël, les chapeaux rouges, les images en forme de père noël ne soit plus en évidence dans les hôtels de la ville sainte. « Nous envisagerons de rendre publique une liste d’établissements qui passeront outre et d’appeler à les boycotter » affirme Ofer Cohen directeur du lobby pour les valeurs juives. Une menace sérieuse est faîtes, aux restaurants de Jérusalem, de leur retirer le certificat de cacherout s’ils n’obtempèrent pas ! Je connais bien des juifs de France et d'Israël  qui sont sûrement aussi choqué que moi. Ce qui signifie que dans toutes les religions il y a des fondamentalistes qui n’ont, comme limite, que la fin des libertés pour leurs ouailles et croyants. C’est un fait, une réalité.

Nous vivons dans un pays qui a subi le fondamentalisme chrétien pendant des siècles. La France est de culture judéo-chrétienne qui a su modérer, pacifier, adapter son existence par rapport à ce fondamentalisme chrétien. Le fondamentalisme chrétiens existe toujours mais il est cantonné et a accepté de gré mais souvent de force la laïcité. C’est rester dans notre logique que de continuer à appliquer cette laïcité qui protège toutes les confessions et les agnostiques, les non-croyants et les libres penseurs !

Le gauche dans sa vision doctrinaire et binaire du monde n’a pas, n’a plus la hauteur d’exprimer ces vérités. Il serait temps qu’elle se réveille et quitte le 20ème siècle pour aborder et essayer de comprendre le 21ème siècle.

Je vous souhaite à tous un bon Noël, beaucoup de bonheur ce soir et des rires d’enfants demain matin devant l’arbre de nos traditions : le sapin.

J’ai aussi une pensée pour les oubliés, les vrais, ceux qui n’ont plus rien même pas des larmes et la chaleur d’une famille. Joyeux Noël à vous tous.
Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article