Justice/Aude – Menaces sur fond de « 19 mars » : l’affaire classée sans suite par le procureur.

Publié le 16 Novembre 2012

Les propos tenus, la semaine dernière, par Mohamed Bellebou, infatigable secrétaire général de la Coordination des associations de rapatriés harkis, visant notamment les sénateurs audois Roland Courteau et Marcel Rainaud, mais aussi le président du Sénat, Jean-Pierre Bel, suite au vote du Sénat vendredi dernier, ont fait l’objet d’une enquête judiciaire.

L’affaire vient d’être classée sans suite par le procureur de la République. Mohammed Bellebou avait pour conseil Me Louis Aliot, du barreau de Perpignan (66), vice-président du Front National, conseiller régional du Languedoc-Roussillon, qui a insisté sur le combat politique à mener pour défendre la cause des harkis.

 

cliquez sur l’image pour lire l’article

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 17/11/2012 18:00


C'est écoeurant; moi j'en ai connu du temps du RPF qui y venaient avec des brouettes de décorations dont ils étaient tellement fiers ..!. Tous des types remarquables que la France des salauds et
des traîtres à maltraités et abandonnés de manière  honteuse, ignoble ... !

lombard 17/11/2012 14:41


bonjour


vivement que marine soit aux affaires afin que cette periode de l'histoire de france puisse etre mise a plat , que les excuses justifiées envers les harkis soient enfin annoncées et criées que le
mensonge de flambi concernant le massacre imaginaire des algeriens soit dénoncé.