Justice et prison laxiste! La France en déliquescence! De la gueule et rien d'autre...

Publié le 6 Janvier 2012

Une "victime de la société" vue par la bien pensance se pavane devant un appareil photo qu'il ne devrait pas avoir. Il a mis une photo sur sa page facebook qu'il ne devrait pas en principe, avoir à sa disposition! Bref, l'exemple même d'une situation où le discours tapageur des politiques est en contadiction manifeste avec la réalité! En clair, les vrais victimes en sont réduites à regarder les "victimes de la société" dixit la bien pensance se moquer de leur douleur. C'est aussi cela, la république française de nos jours! Ah oui, j'oubliais, la "victime de la société" n'est pas encore jugée! Le gamin qu'il a tué à coup de couteau est enterré depuis longtemps!

Gérard Brazon

L'une des photos prise dans la cellule du jeune homme mis en examen pour meurtre.

Midi-Libre

"C’est scandaleux ! Je n’arrive pas à comprendre qu’il puisse avoir un appareil photo en prison, et qu’il soit là à faire le beau sur internet ! Vu la manière dont il se montre, je me demande même s’il n’est pas fier de ce qu’il a fait.» Depuis deux jours, Gisèle et Didier Laché sont sous le choc : ils ont découvert, sur Facebook, des photos prises depuis sa cellule de la maison d’arrêt de Villeneuve-les-Maguelone de celui qui a tué leur fils.

Violence dans une fête de village

Le 17 juillet 2010 à Sérignan, le fléau de la violence des fêtes de village a fauché Thomas, 17 ans : à cause semble-t-il d’une sombre affaire de rivalité autour d’une fille, le garçon est tué de huit coups de couteau, dont trois mortels, par un garçon du même âge, venu du village voisin dePortiragnes.

Le drame de Sérignan vient s’ajouter à tous ceux qui touchent, année après année, les fêtes votives héraultaises. Quatre jours plus tôt, Gaëtan, 18 ans, a été tué dans des circonstances similaires à Beaulieu. Et la semaine prochaine, la cour d’assises de l’Hérault doit juger celui qui a donné la mort à Fabien Vigne, 19 ans, le 16 août 2009 à Montarnaud.

En attente de jugement

Gisèle et Didier Laché n’en sont pas encore là : un an et demi après la mort de leur fils, ils attendent toujours la reconstitution des faits, et ne savent pas encore quand l’affaire sera jugée. Cet été, l’avocat de l’auteur des coups de couteau avait fait savoir que son client avait muri et réfléchi en prison. "Il a bien pris conscience de l’ampleur de son geste, de sa gravité" indiquait alors Me Jean Terrier *.

Accusé du meurtre, il fait le V de la victoire sur Facebook

Des propos qui tranchent avec ces images, visibles sans restriction surFacebook depuis le 1er novembre, et où le garçon de 19 ans montre ses muscles, bombe le torse, et fait le V de la victoire. "Ces photos sont choquantes pour la famille mais sont aussi instructives sur le fond du dossier" estime Me Abratkiewicz, avocat des parents de Thomas Laché.

"Entre le repentir avoué en procédure et le comportement de petit caïd en maison d’arrêt, on voit le vrai visage de ce garçon qui n’hésite pas à afficher sur les murs de sa cellule une coupure de presse sur son affaire, entre deux pin-ups et des joueurs de football."

L’avocat va saisir le juge et le procureur de la République, afin de savoir comment ces photos ont pu être prises et diffusées sur internet. Le prévenu et son co-détenu, qui apparait aussi sur les images, risquent eux d’être rapidement sanctionnés par l’administration pénitentiaire.

(*) Midi Libre du 25 juillet 2011.

PAS D’INTERNET EN PRISON

 

La communication des détenus avec l’extérieur est strictement réglementée : avant une condamnation, leur courrier est contrôlé par le juge et l’administration pénitentiaire, et il leur est impossible de téléphoner. Après condamnation, ils peuvent, en respectant le règlement de l’établissement, utiliser les cabines mises à leur disposition, mais ne peuvent en aucun cas avoir accès à internet.

En octobre 2010, une enquête avait été ouverte à Villeneuve-lès-Maguelone où sept détenus avaient une page Facebook : l’un d’eux s’en servait même pour s’y livrer à un trafic de stupéfiants. Faute de résultat, elle a été classée sans suite.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

DUBORDULAC 07/01/2012 11:43


Le coùt de la délinquance racailleuse estimée à 70 milliards d'euros (Police, Justice, récidives, réadaptation, rééducation, insertion, coùt chômage, coùt santé, exonération charges siciales,
retour à l'emploi, etc...etc...)


 Un tonneau des Danaïdes abyssal. Douce France...

Claude germain V 06/01/2012 17:29


Quand je pense que ce matin sur la "radio" qui va avec Jean Jacques Bourdin discutait avec un interlocuteur ,un educateur social..o..bobo..gaucho TOUT FIER ce type se ventait de partir faire des
balades autours du monde en voyages de pseudoréinsertion pour les remettre soit disant dans les réalités de la vie .


P....TAIN !!!!! quand on entend ça .......lui on le fout a la porte avec pertes et fracas et les branlotins-racailles  : un gros coup de pied au cul et au travail en apprentissage sous
controle judiciaire ..........Raz le bol d'une justice ,d'une magistrature pourrie et d'un systeme social educatif laxiste et couteux .Il y a des milliers de patrons en France qui cherchent des
apprentis alors que dans ce syteme social-educatif ,ON entretien des cohortes d'educateurs et de fonctionnaires INUTILES et quand vous voyez un
Centre educatif avec 10 racailles repris de justice qui font vivre 15 a 20 educateurs et paperasiers ,MAIS ON VIT LE CUL A L'ENVERS DANS CE PAYS !!!!!!!!