Karim Ouchikh, ancien socialiste: je pense que Marine Le Pen est la seule qui puisse encore sauver la France.

Publié le 21 Mars 2012

Interview de Karim Ouchkh par Pierre Cassen

Riposte Laïque : Karim, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs, et leur votre parcours politique, et surtout comment on peut se retrouver, comme vous, du Parti socialiste au Siel de Paul-Marie Couteaux, qui va soutenir Marine Le Pen ?

Karim Ouchikh : Né voici 46 ans dans le Val de Marne, élisant de longue date domicile dans le Val d’Oise, j’exerce la profession d’avocat à Paris. Un temps adhérent du Parti Socialiste, maire-adjoint pendant treize ans d’une mairie de gauche, j’ai quitté le PS voici plusieurs années, sans regret, pour rejoindre le Rassemblement pour l’Indépendance et la Souveraineté de la France (RIF), avant de participer à la création du SIEL (Souveraineté, Indépendance et Libertés), car j’ai compris que le PS et l’UMP ont fait le choix de placer leurs intérêts partisans au-dessus de ceux de la France. Depuis plus de trente ans, ces deux formations politiques se succèdent à la tête de l’État pour mener une même politique, celle qui mène la France, avec l’aventure européïste, à l’impuissance politique, à la ruine économique de notre pays et à son déclassement au sein du concert international des nations : en acceptant le transfert massif des compétences régaliennes de la France, – au plan monétaire, économique et territorial – Nicolas Sarkozy et François Hollande, son frère jumeau, ont condamné notre pays à perdre la maîtrise de son destin. Cette lâche connivence a culminé en février 2008 avec la ratification parlementaire du traité de Lisbonne, dont le texte avait été pourtant massivement désavoué trois ans plus tôt par les Français, lors du référendum de mai 2005.

Cette terrible forfaiture m’a déterminé, ces dernières années, à rejoindre les rangs du souverainisme, une bonne fois pour toutes, car mon attachement charnel à la France ne pouvait me laisser indifférent à tant de trahisons et de renoncements, qui accablent aussi durement notre pays. J’œuvre aujourd’hui au sein du SIEL : cette formation politique a l’ambition de réunir en son sein les Français, de droite comme de gauche, qui appartiennent aujourd’hui à une formation politique ou qui restent libres de tous engagements, mais qui tous demeurent partisans d’une France indépendante, garante aussi bien des libertés de nos compatriotes que du rayonnement de notre pays. Le SIEL a vocation à apporter, à l’occasion des échéances électorales à venir, un concours actif et indépendant à Marine le Pen car celle-ci est la seule candidate capable d’assurer, selon moi,  le redressement de notre pays, en mettant son énergie et son volontarisme politique au service des Français.

Riposte Laïque : Quand notre journal discute avec des milieux classés souverainistes, voire parfois nationalistes, on remarque une grande discrétion sur l’islam. Souvent, ils estiment que le seul problème est l’immigration, et que le reste n’en est que la conséquence. Partagez-vous cette vision, ou bien considérez-vous dangereux de sous-estimer la réalité de l’islam, qui demeurerait, même si on arrêtait l’immigration ?

Karim Ouchikh : Alors que son modèle de société et que les traits de sa civilisation sont également admirés hors de nos frontières, la France semble aujourd’hui désemparée, comme incapable d’honorer et de transmettre son inestimable héritage multiséculaire. Ce legs de l’Histoire, la France parviendra d’abord à lui donner un sens explicite auprès de toutes les couches de sa population que lorsque nos pouvoirs publics auront maîtrisé effectivement les dérives actuelles du peuplement de notre pays, notamment en mettant un terme définitif à une immigration incontrôlée qui altère à ce point l’homogénéité des traits culturels de son peuple et de sa civilisation.

Si elle veut défendre et faire partager son modèle de civilisation, la France ne fera pas l’économie, ensuite, d’un examen de conscience authentique, ce qui la conduira à discerner et à assumer politiquement les traits profonds de son identité. Chacun devra reconnaître ainsi que le modèle singulier de notre pays repose sur quelques caractères intangibles, encore vivaces, que nul ne saurait lui discuter : un héritage historique indivis qui comporte une dimension chrétienne prééminente ; l’unité sourcilleuse d’un territoire dont la cohérence géographique se conjugue à la diversité de ses terroirs ; le poids déterminant d’un État puissant qui assume pleinement sa fonction régulatrice ; un style de vie qui porte l’empreinte d’une culture élevée et d’un brillant art de vivre ; un état d’esprit qui se signale, en toutes choses, par le sens de la mesure, le souci de l’équilibre et des justes proportions.

A l’heure où les fondements traditionnels de la société française sont manifestement menacés aussi bien par les replis communautaires de toutes espèces, – singulièrement celui dérivant du poids grandissant de l’Islam en France – que par la fascination hypnotique que le modèle anglo-saxon dominant ne cesse d’exercer sur les esprits de nos compatriotes, chacun doit donc consentir, – et, au premier chef, les populations immigrées – à honorer sincèrement ce socle identitaire. En d’autres termes, la France doit affirmer, sans atermoiement, son refus catégorique d’entrer insensiblement dans une société multiculturelle, dont le développement incontrôlé ne pourrait que menacer définitivement les marqueurs traditionnels de son identité profonde. En somme, dans la compréhension du modèle de civilisation de la France, – l’« être français » en quelque sorte – l’affirmation de la prééminence de l’identité chrétienne de notre pays me parait centrale, ce qui n’est en rien inconciliable avec le principe de laïcité qui impose aux pouvoirs publics une obligation de neutralité à l’égard des religions : dès lors, si les religions demeurent égales en droit, d’un point de vue strictement réglementaire, elles ne sauraient l’être en réalité dans l’esprit des Français, au regard de la mémoire de notre pays…

Riposte Laïque : Vous êtes proche de Paul-Marie Couteaux, avec qui vous militiez au Rif (Rassemblement pour l’Indépendance de la France). Ce dernier a rejoint l’équipe de Marine Le Pen, sans adhérer au FN. Le Rif n’a pas suivi ce choix. Comment avez-vous vécu cette division interne, et qu’est-ce qui vous a convaincu de suivre votre président ?

Karim Ouchikh : Aujourd’hui conseiller politique de Marine Le Pen, chargé de la liberté d’expression, je suis toujours membre du RIF, comme Paul-Marie Coûteaux du reste, avec lequel j’ai  participé activement à la création du SIEL. Pour ce qui concerne le concours politique à apporter à Marine Le Pen, je vous précise que le RIF partage cette même orientation ; cependant, le RIF n’a pas souhaité traduire ce choix dans les actes, notamment au plan électoral. Fondamentalement, il n’y a pas donc pas de divergence politique stratégique. Le SIEL comme le RIF estiment seulement devoir imprimer un rythme différent au partenariat apporté à Marine Le Pen.

Riposte Laïque : Vous allez donc, ce samedi, lancer un nouveau mouvement, le Siel. Pourquoi créer un nouveau parti, et ne pas avoir rejoint directement le Front national ? Vous avez de telles divergences avec lui, ou bien est-ce pour mieux exister ?

Karim Ouchikh : Le SIEL va tenir en effet son congrès fondateur le samedi 24 mars prochain de 13  heures à 18 heures 30, à la Maison de la Chimie (28, rue Saint Dominique – 75007 PARIS – Métro : Invalides), avec la participation de Marine Le Pen. Je vous remercie à cet égard de me donner l’occasion d’appeler vos lecteurs, – que je sais attachés fortement à l’indépendance de la France et à la sauvegarde de notre civilisation – à y participer nombreux.

Mais je réponds à votre question. Nos militants et sympathisants ont rejoint massivement le SIEL en affirmant fortement leur volonté d’apporter à Marine Le Pen un appui concret à sa campagne présidentielle, – considérant en effet, moi le premier, que son message politique rejoignait très largement nos idées – sans pour autant vouloir rallier le Front National, pour des raisons personnelles ou politiques, toutes éminemment respectables. Dans l’intérêt bien compris de Marine Le Pen, nous pensons donc être plus efficaces et crédibles en gardant notre autonomie politique au sein du SIEL, tout en restant loyaux vis-à-vis du combat mené par notre candidate aux présidentielles.

Riposte Laïque : Les sondages actuels donnent Marine Le Pen 10 points derrière Sarkozy et Hollande. Les croyez-vous, et pensez-vous possible un retournement d’opinion amenant un nouveau 21 avril 2002 ? Dans ce cas, préféreriez-vous affronter l’UMP ou le PS ?

Karim Ouchikh : De contradictions constantes en imprécisions récurrentes, chacun voit bien le peu de crédit que nous pouvons accorder aujourd’hui aux sondages, qui reflètent imparfaitement les intentions de vote réelles des Français, lesquels, au demeurant, n’ont toujours pas arrêté leurs choix, pour la plupart d’entre eux. A un mois du premier tour des présidentielles, rien n’est donc joué : comme toujours, les Français se détermineront, en leurs âmes et consciences, dans les dix derniers jours de la campagne électorale. Marine le Pen conserve donc en mains tous ses atouts pour rester dans la compétition, au soir du premier tour : détermination personnelle, cohérence de ses choix politiques, sincérité de sa démarche vis-à-vis des Français….

A mes yeux, les deux candidats du système UMPS offrent aux Français un programme électoral foncièrement comparable, – en tous points politiquement compatible – qui tourne le dos à l’évidence aux intérêts de la France et à ceux de notre peuple : dans de pareilles conditions, affronter au second tour François Hollande ou Nicolas Sarkozy revient, en définitive, à combattre immanquablement dans les urnes un Janus politique…

Propos recueillis par Pierre Cassen

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

LA GAULOISE 22/03/2012 08:35


Entièrement d'accord : Marine est la seule à rendre à la FRANCE la place qu'elle occupait ( jusqu'à notre cher Général ) et , elle est la seule à pouvoir redonner aux français leur dignité et
leur fierté

Claude Germain V 21/03/2012 21:03


En voila un Homme bien ,il n'a pas peur d'ennoncer son parcours .Son subsconscient lui fait peut etre ressentir certaines choses .


Monsieur Ouchikh ,vos ancetre ,les peres de vos peres étaient chretien ou juifs .Voila de belles racines a retrouver .


Salutations a vous