L'ambassade américaine à Bagdad sur son déclin par Daniel Pipes

Publié le 26 Février 2012

par Daniel Pipes

février 2012

http://fr.danielpipes.org/blog/2012/02/ambassade-americaine-bagdad-declin

Version originale anglaise: Embassy Baghdad in Decline
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert


Depuis que le gouvernement des États-Unis a annoncé, en mars 2004, des plans pour construire « la plus grande ambassade jamais exécutée par aucun pays», j'ai suivi l'affaire, tournant en dérision sa dimension surréaliste (21 hectares), ses dépenses excessives (750 millions de dollars américains) son personnel gargantuesque (16.000 personnes) et son budget annuel (6 milliards de dollars). J'ai également déploré l'emplacement de l'ambassade sur des anciens terrains pour palais de Saddam Hussein , j'ai critiqué son caractère d'isolement avec entrée particulière , et j'ai tremblé en pensant aux implications provocatrices de cette monstruosité diplomatique. Pour un aperçu, voir mon article sur ce sujet ; pour beaucoup plus de détails lamentables mais divertissants, voir l'article de 5.700 mots de mon blog.

L'un des beaux bâtiments de l'ambassade de Bagdad.

Maintenant voici que survient la nouvelle que cette opération démesurée verra sa taille réduite. Le New York Times relate dans l'article "Planification des Etats-Unis pour réduire de moitié le personnel de l'ambassade" que le gouvernement irakien n'a pas traité les visas ou autorisé les livraisons de vivres en temps opportun, qu'il a confondu mesures de sécurité avec la confiscation arbitraire de documents, d'ordinateurs et d'armes , qu'il a répandu les théories du complot, et par ailleurs qu'il a excité des ressentiments nationalistes contre « l'éléphant blanc ». Par conséquent, le personnel y sera réduit de moitié.

Commentaires:

(1) Il est grand temps. Sur quelle planète le Département d'Etat vivait-il? N'avait-il aucune idée que les Irakiens pourraient avoir du ressentiment par rapport à cette intrusion diplomatique?

(2) L'étude d'un peu d'histoire musulmane aurait rendu cette conclusion évidente.

(3) Le gouvernement des Etats-Unis a une histoire de désengagement honorable des pays qu'il conquiert et occupe, et l'Irak ne fait pas exception, avec toutes les forces sorties moins de neuf ans après l'invasion, avec le gouvernement local à qui il est permis non seulement d'assurer le commandement, mais même de brutaliser les Américains.

(4) Il y a une tradition officieuse que partout où le Département d'Etat a construit ses énormes ambassades, les ennuis en ont découlé à coup sûr- Saigon et Téhéran étant les exemples précédents. L'Irak est aujourd'hui en jeu. Pékin est le prochain dans l'ordre hiérarchique.

Thèmes connexes:  Irak, Politique étrangère américaine Il est permis de reposter ou de faire suivre ce texte pour autant qu'il soit présenté dans son intégralité et accompagné de toutes les informations fournies à propos de son auteur, de sa date et son lieu de publication et de son URL originale.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article