l'Angleterre et la politique d’immigration massive.

Publié le 11 Août 2011

 

 

Selon Janet Daley, la politique d’immigration massive du gouvernement a été menée pour remodeler le tissu social britannique.


Alors maintenant nous connaissons le but réel de la politique d’immigration massive du parti travailliste. La ‘porte ouverte’ n’était pas juste une porte entr’ouverte pour accueillir de la main d’œuvre nouvelle qui nous aiderait à combler les manques dans l’économie en pleine croissance. Pas plus qu’un simple geste d’hospitalité et de bonté envers ceux qui fuyaient des régimes répressifs et inhospitaliers dans le but de trouver une vie meilleure. Ces deux versions auraient été crédibles même si elles étaient controversées et pas envisagées avec toutes leurs conséquences.

Comme aurait pu l’être la vision à long terme que les sociétés cosmopolites dynamiques sont en général en meilleure santé et plus productives que la société isolées et enracinées (in-bred) ou que les immigrés qui sont censés être les plus ambitieux pour eux et pour leurs familles pourraient aider à lutter contre l’atonie (passivity) et le défaitisme qui tend à devenir endémique dans la société britannique de classe. Mais comme on le voit (as it turns out, litt: comme cela se révèle), cette politique était motivée par quelque chose de bien plus radical et fondamental que tous cela.

Le texte entier d’un projet de politique écrit en 2000 par un bureau de recherche du Ministère de l’Intérieur -dont l’essentiel avait déjà été rendu publique par un ancien conseillers travailliste- a été révélé la semaine dernière au nom de la liberté d’information. Pour le dire clairement, c’est de la dynamite politique. Il révèle sans aucune ambiguïté que la politique d’immigration massive a été encouragée au moins autant pour satisfaire des « buts sociétaux » que pour des buts économiques. L’immigration a été délibérément pensée pour altérer les données démographiques et culturelles du pays: pour produire par force majeure (en français dans le texte) les changements de comportement dont le gouvernement travailliste se voulait le symbole. Le discours sur les « forces du conservatisme » de Tony Blair; son improbable vision de la Grande-Bretagne comme un « pays jeune »; la défense d’une société multiculturelle qui aurait à reconsidérer sa propre histoire, en remplaçant la fierté traditionnelle par une culpabilité héréditaire: tous ceci serait facilité par un immense afflue de migrants dont la préséance dans la population impliquerait une énorme déconstruction du patriotisme et de l’identité nationale.

 

Cela peut semble un peu tiré par les cheveux maintenant, mais essayer de vous rappeler quelle arrogance la vague du Nouveau parti travailliste a apporté avec elle: le mépris pour l’histoire et l’arrogance de l’Année Zéro avec laquelle ils ont commencer à «moderniser » les institutions nationales. C’était, il faut leur reconnaître, un grand exemple de la nouvelle direction que les parties de gauche ont été forcé de prendre après l’effondrement de l’idéologie marxiste. Ayant perdu les grands combats économiques du 20ème siècle, la gauche a déplacé son action sur le sociétal lui-même: si l’humanité ne pouvait être transformé par la redistribution des biens et l’économie dirigée, alors elle le serait par l’altération des relations sociales. L’objet de préoccupation était toujours de produire, selon des termes des chansons protestataires de gauche, un « nouveau monde » basé sur un « homme nouveau ».

Mais maintenant l’homme nouveau (pardon, l’individu) serait formé non plus par des bouleversements du pouvoir du capital ou de la possession des biens de production, dans ces habitudes et ces comportements culturels. L’expression « changement des consciences » qui avait autrefois signifié la prise de conscience par le prolétariat de sa propre servitude, signifie maintenant la conscience montante des injustices sociales, comme l’intolérance aux différences culturelles, les inégalités sociales ou la discrimination envers les minorités. Mais les sous-entendu étaient toujours d’autocritique et la culpabilité personnelle: l’indigène britannique doit être entrainer (littérairement, par le système scolaire) à remettre en cause l’acceptabilité de ces propres attitudes, à jeter le doute sur ces propres motivations, à condamner sa propre identité et histoire nationale, à supporter le blâme même pour les malheurs des nouveaux arrivants -dont la conduite ne saurait être qu’une conséquence de la manière horrible dont ils sont traités par la population d’accueil.

Dans ce programme pour ce nouvellement crée esprit britannique, il y avait tout un paquet de présupposée subliminaux, qui ont été adapté de l’ancienne doctrine gauchiste: solidarité international plutôt que la souveraineté nationale, « égalité sociale » plutôt que l’accomplissement individuel. C’était une originalité de la vanité du nouveau parti travailliste d’avoir en fait essayé de persuader le pays que, sous la miraculeuse administration de Blair, il pourrait y avoir les deux cotés de ces choix en même temps. Mais la conséquence du nouveau pays qu’il construisait, et le rôle que l’immigration était appelée à jouer dans sa création, violaient toutes les règles les plus élémentaires du processus démocratique: on a jamais dit à l’électorat qu’il votait pour ce praojet. Le but de la révolution sociétale encouragée par j’afflue d’une énorme variété de cultures diverses, qui apporterait à la fois le besoin et le prétexte pour remodeler la vie britannique.

Cela a pu être relativement nouveau (au moins au Royaume-Uni) comme mouvement politique, mais ce fut bien dans l’objectif traditionnel des mouvements de gauche, qui est de transformer la nature humaine. Quand vous décider de soutenir soit un parti de droite soit un parti de gauche, vous faites en réalité un choix sur le but que doit avoir la politique. Si vous pensez que c’est la fonction du gouvernement de changer et de déterminer la perception et les réactions des gens -leurs sentiments les plus profond sur eux-mêmes et leur rapports aux autres- alors vous devrait probablement opter pour la gauche. Si vous adopter le point de vue selon lequel l’Etat ne devrait s’intéresser qu’au comportement – qu’aux actions des gens, surtout dans la manière ou cela affecte les autres, plutôt qu’à leur pensée ou leur sentiments- alors vous devrait plutôt soutenir la droite. Tout est donc question de savoir si vous voulez que les politiques s’occuper de ce qui se passe dans votre tête autant que des évènements dans le monde réel.

Mais bien sur, depuis les années 1960, quand « l’élévation de la conscience » est devenue le refrain de tous les groupes qui voulait le changement dans n’importe quel milieu, presque tous les partis ont eu à adopter plus ou moins ce discours. C’est devenu une partie du bréviaire de base du politiciens de suggérer des manières dont la vie et l’attitude des électeurs devrait être influencé ou dirigé. Il n’y a guère de chef de parti qui oserait aujourd’hui dire que cela n’est en rien ses affaires ou celles de son gouvernement Presque personne ne semble prêt à traiter du danger évident: si la politique devient un substitut à la religion en prenant sur sois la responsabilité de transformer la nature humaine alors les politiques, pour tout le monde, deviendront des prophètes et des prêtres. Pour l’instant, je ne peux pas imaginer une idée plus absurde.

source

Signalé par Danielle sur Fdesouche (http://www.fdesouche.com/100187-appel-lecteur-limmigration-a-ete-favorise-pour-tuer-lidee-de-nation)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article

Epicure 12/08/2011 07:39



Churchill, les Anglais oui sans conteste des gens courageux mais les politiques pro nazies  ou prosoviétiques ont fortement existé et ont prévalu tant que l'Allemagne n'était pas à la porte
du pays et même là, une forte majorité était pour la paix séparée!!! Comme pour De Gaulle, seule une minorité Agissante et  finalement Non Suffragiste a pris l'initiative de guider les
masses là où elles ne voulaient pas aller!


Démocratie? oui le moins pire des régimes! Churcill savait ce qu'il disait!



isabelle 12/08/2011 01:19



à Marco :


"J'aimerais que vous représentiez les leaders de demain".


Mr Cameron était peut-être dyslexique ...



jp 11/08/2011 23:52



N'oublions pas que les anglais sont un peuple très courageux. Il y a 70 ans, sans leur resistance et Churchill, où serions-nous ?


Aujourd'hui ce n'est pas l'anglais qu'il faut blamer mais les politiques, comme en France d'ailleurs.



Epicure 11/08/2011 21:48



Mister Cameron est un antijuif majeur (déclarations récentes en Turquie!) (je déteste le mot crétin de la brute journalistique du 19e siècle  Wilhelm Marr qui a inventé ce stupide mot
"antisémite" qui ne correspond à Rien.) et un pro-arabe, comme toujours la politique anglaise (Livre Blanc de 1939) et le plus pire, car inexcusable APRES GUERRE!  fut encore le fait des
Travaillistes (Bevin en 45-49!)


Alors moi, les Brits, je m'en fais une joie mauvaise de les voir s'être pris les pieds dans le tapis! si j'ose dire!



marco 11/08/2011 20:06



C'est asez  marrant,mais je me souviens d'une phrase de monsieur Caméron aux musulmans


au commencement de son ministère:j'aimerais que demain vous représentiez les leaders de demain ! ! ! !tu parles des leaders!!il doit s'en mordre les doigts et les lèvres mr Cameron!!!



francis Claude 11/08/2011 19:30



enfin moi ce qui m'inquiéte le plus si nous n'arrivons pas a réguler cette situation dans 20 qui va payer toutes les prestations sociales que nous dillapidons a ces individus qui n'ont qu'une
idée en téte vivre a nous crochets et surtout ne pas travaillé, car si vous etes par hazard chef d'entreprise ne vous aviser pas a proposer un job a une de ces racailles c'est la pire insulte que
vous pouvez leurs faireet que tous les bobos ferme leurs geulles ce n'est pas parcequ'il y en a un sur mille qui bosse que vous deez me dire que je fait un "amalgame"



Claude Germain V 11/08/2011 19:01



Nous ne faisons que le hurler ,le crier sur le site et d'autres le font egalement ,l' OUVERTURE DES FRONTIERES VOLONTAIREMENT ,n'est qu'un travail de sape des mondialistes pour créer une bouillie
multiculturelle ,permettant de diluer les civilisation .si on prend en exemple les anglais ,ILS l'ont voulu .....il l' ont dans .....Si on prend en exemple les Norvegiens ,ils l'ont voulu ils
l'ont voulu ......ils l'ont dans...... et il en est de meme ou va en etre de meme pour le reste des pays europeens .Bientot la France ,elle est en train de le vouloir ,et quand elle l'aura .....
et bien comme les autres ..................


Vivement 2012 .Mais de toutes les façons il est pratiquement trop tard ,sauf ????? un miracle ?????



Epicure 11/08/2011 18:56



Le traducteur sait peut-être l'Anglais, mais pas le Français, hélas!