L'anonymat des blogueurs sauvegardé au Canada démocratique. En France ?

Publié le 10 Août 2011

[...] La juge Carole Brown de la Cour supérieure de l’Ontario a rendu un bon jugement la semaine dernière quand elle a statué que «l’intérêt public justifiant la divulgation ne l’emporte manifestement pas sur les intérêts légitimes de la liberté d’expression et du droit à la vie privée des personnes dont on cherche à divulguer l’identité».

Elle a ajouté que les blogueurs «avaient une attente raisonnable d’anonymat dans les circonstances car ils étaient libres de s’identifier, d’écrire sous un pseudonyme ou de rester anonymes.» Ces blogueurs doivent avoir le droit de dire à peu près tout ce qu'ils veulent de façon anonyme, surtout quand ils parlent d'un politicien. La liberté d'expression est une composante essentielle de la démocratie parce que le gouvernement démocratique repose sur l'idée que l'État est ultimement contrôlé par le peuple. Tant qu'ils n’incitent pas à la violence, leur droit à l'anonymat ne doit pas être remis en question.

Les opinions et les idées doivent être libres afin que la société puisse progresser et s'épanouir. Les citoyens doivent avoir le droit de parler contre l'Etat, ses agents et ses élus afin de prévenir la tyrannie et de garantir que l'Etat prendra les décisions qui sont dans le meilleur intérêt de la société. Quoi qu’il en soit, qui a peur du discours politique anonyme ? Mme Morris croit que ce qui a été écrit à son sujet «outrepasse largement les limites du commentaire politique acceptable». Et pour cela, il semble qu'elle mériterait 6 millions de dollars. Mais qui est-elle pour décider ce qui constitue un commentaire politique acceptable ? [...]

Le fait est que les officiels publics n'apprécient jamais qu’on dise du mal à leur sujet. Dans des pays comme la Chine et la Syrie, ceux qui critiquent l'Etat courent le risque d'être écrasés sous un char d’assaut, abattus dans les rues, ou de disparaître à jamais. Or nous sommes au Canada, et nous sommes censés avoir un semblant de liberté d'expression. [...]

Source : Jesse Kline: No pity for spineless politicians who don’t respect free speech, National Post, 27 juillet 2011. Traduction par Poste de veille

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

Marie-Claire Muller 10/08/2011 18:38



Il faut que nos joyeux lurons qui composent la gauche révisent leur leçon démocratique car ils en ont oublié l'essentiel:"c' est de nous que dépend leur élection et non le contraire!!!"La liberté
d'expression est une composante essentielle de la Démocratie! à voir?????à condition que les officines gauchistes ne nous fassent plus de procés d'intention et n'entravent plus notre
liberté!!!Sinon il y a des chances pour qu'on se considére comme stigmatisé et qu'on se fâche tout rouge!!!!!!!