L’apocalypse occidentale et la nécessaire réaction française par Nicolas Bonnal

Publié le 20 Août 2011

Bonnal Nicolas 

Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n’es ni froid ni bouillant, je vais te vomir de ma bouche.

Apocalypse ; 3, 16.

L’apocalypse occidentale, sur fond d’effondrement wagnérien des bourses et des monnaies, n’est pas pour me surprendre : je l’ai décrit dans ces chroniques et dans ma lettre ouverte à la vieille race blanche, qui croit pouvoir payer ses guerres, ses festivals, ses centaines de millions de retraités à crédit, sans coup férir.
L’effondrement des valeurs familiales, nationales, chrétiennes, du monde de l’art, des bonnes manières aussi, reflète cette extension de la dette immonde, ce plongeon de l’éthique de l’homme blanc, celui qui n’a plus voulu de son fardeau et a laissé un africain incompétent et naïf le faire à sa place. 

Les implications de ce désastre américain et européen sont inouïes et je ne sais quand elles vont vraiment nous frapper, comme je ne sais si je pourrais dans six mois payer mon pain avec un euro ou régler une facture de gaz. Je réapprends d’ailleurs à m’intéresser à la culture du jardin potager avec ma femme ukrainienne qui a appris tout cela de son éducation post-soviétique. Je vous invite à faire de même.
L’apocalypse occidentale n’a eu besoin ni de la Chine maoïste, ni de l’URSS. Elle s’est faite toute seule, avec des socialistes de marché, des Tapie, des Lagarde, des DSK, avec la montée de l’idéologie des usuriers et des marchés financiers aujourd’hui à la dérive. Et elle est aussi la résultante de l’ingénierie sociale née elle aussi dans les pays anglo-saxons, adorateurs de Keynes, de la dette immonde, ingénierie qui culmine avec une jeunesse analphabète qui se jette dans les bras de Morphée du satanique Harry Potter. Le monde anglo-saxon qui domine et paralyse notre civilisation depuis deux siècles a toujours consacré l’image de Satan dans sa littérature, de Milton à Byron, De Poe à Lovecraft. Satan doit se frotter les mains, avec Goldman Sachs et ses agences de notation…

Il est bon d’avoir toujours raison quand on prévoit les catastrophes qui se profilent, mais que proposer alors ?

Ma première réaction est bien sûr pessimiste, car j’ai toujours raison quand je suis pessimiste. On va tenter de nous endetter un peu plus pour affamer les Grecs et les tenir dans l’enclos de l’euro, on va affamer les Italiens, les Espagnols et tout le reste ; on peut réélire Sarkozy en 2012, un autre Bush pour faire la guerre au pape cette fois, un autre Blair, on va se régaler des frasques d’un nouveau Berlusconi ou d’un bon adepte franchouillard du satanisme sexuel. Les occidentaux, a dit Soljenitsyne en sortant du Goulag, ne savent plus s’ils sont vivants. C’était avant la dette, avant le politiquement correct, avant l’internet ou la télé réalité. Depuis nous avons plongé plus bas encore dans ces enfers miltoniens.
Mais voyons le versant optimiste.
L’Allemagne en a marre de payer pour les cancres. J’ai déjà annoncé un rapprochement total entre la Russie et l’Allemagne, lors de la fin de la zone euro. Il appartiendra aux dirigeants français d’alors de rompre leurs attaches atlantiques et atlantidéennes : le far west, ça suffit, il y a des cinémas pour cela. Peu avant sa mort, Serge de Beketch, mort il y a quatre ans, alors que le président néocon français avait déjà donné toute sa mesure en Libye, m’a tenu ces propos presque joyeux : les gens bougent quand ils ont plus peur que mal. La nature nous ramènerait dans le droit chemin après la culture tortionnaire de ces dernières décennies. C’était l’idée de Claude Reichman, dans sa révolution des termites, celle aussi de Lao Tseu il ya deux mille ans. Ce fut le sujet de ma première chronique publiée dans les 4 vérités il y a maintenant dix-sept ans. Nous pourrions alors balayer et juger même, comme aujourd’hui en Ukraine, les responsables bancaires et politiques qui nous ont amenés où nous en sommes (DSK, Lagarde, Trichet avaient tous des casseroles depuis longtemps, de qui se moque-t-on ?)


La réalité, c’est que l’occident torture comme l’Océanie orwellienne ses propres peuples et qu’il les torture mentalement pour qu’ils se laissent faire. 

Tant qu’il reste un os à ronger, une miette à ramasser, nous acceptons cette logique qui impose l’islamisme et le fiscalisme partout, l’immigration et les fonctions publiques exponentielles, le remplacement des populations et le conditionnement génétique et scientifique de l’humanité, la liquidation et le recyclage de nos cultures.Nous acceptons cette logique et cette culture de mort parce que nous sommes intoxiqués, mais aussi parce que nous sommes lâches.
Le fantasme est occidental. Et la réalité c’est que le financier oriental trouve que la note du bourreau occidental est trop salée. Le fascisme coûte trop cher, dit Guy Debord, au capitalisme, et il a raison ; je dirais, moi, que l’Europe coûte trop cher à la France, et l’Amérique aussi, avec ses armées innombrables et incapables. Il faut donc un réveil français, une saine réaction populaire comme disait le grand Pie XII, et il faut que les gens arrêtent de se comporter comme des zombies, tout heureux de se mordre pour devenir des vivants aussi morts que des morts.
2012 sera l’année de la présidentielle. On espère que ce sera l’année de la revanche de Jeanne d’Arc sur Lara Croft et la bien-pensance démocratique, vraie machine à tuer les peuples. Et j’espère que la sainte protectrice de la nation française viendra inspirer l’électeur.

Nicolas Bonnal

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Epicure 21/08/2011 00:09



C'est aussi pourquoi la nature sélectionne le plus efficace pour une survie immédiate et non pas le Meilleur (moral, intellectuel,artistique,éthique).


Dans un contexte de développement rapide d'un monde  techno-scientifique:occident médiéval et Renaissance... l'intelligence est sélectionnée puisqu'elle sait au mieux tirer parti de ce
savoir en progression (La Renaissance-La Réforme-L'éclosion du monde juif espagnol et ashkenaze super intelligent)


Mais cette Avabncée sera ruinée, minoruitaire, par les guerres narcissiques (de religions et la paranoïa des inquisitions diverses. On oublie le totalitarisme de l'Orthodoxie pour n'accabler que
la romanicité....


C'est pourquoi également le Progrès est un leurre que toutes les régressions incessantes rendent caduc. Croit -on vraiment que l'homme soit meilleur et mieux intentionné aujourd'hui qu'hier
(200.000 ans) La technique est un Masque de la primitivité mentale humaine inchangée. Il suffit d'une Bonne Crise et le ventre parle d'abord, avec la Poudre, bientôt.....L'esclavage porte
d'autres habits seulement...


Cultiver son jardin appaeraissait à Voltaire, une belle solution du Sage...



island girl 20/08/2011 23:04



Dans la jungle un bon cerveau compte moins que de grandes dents et un grand jardin potager et puis la mer pour pecher des poissons...je pense que l'épouse russe a beaucoup de bon sens !



Epicure 20/08/2011 22:42



LÂCHES....C'est un bon Français qui le dit...Je ne le contredirai pas!


Pessimistes? NON : REALISTE.....


C'est très étrange que le Cassandre qui dit la vérité soit toujours assassiné?


Quel est cette Humanité mal foutue wà évolution à géométrie variable: l'Occident et L'oriental Japon  créent des avions des médicaments, des armes aussi formidables...et le Papou est à l'âge
de pierre, mange ses ennemis et attrape le Kuru...Comment concilier toute cet éventail de sottise et d'intelligence dispersées ? Comment faire prévaloir la minorité Sage contre la folie des
"intelligents" et la sottise des "faibles d'esprit"?


Je vais bientôt mourir et je n'ai pas de solution...



francis Claude 20/08/2011 20:16



en lisant tous les articles paraissants sur le blog je suis de plus en plus persuadé que tout cela va finir dans un grand bain de sang!!!!