L'appareil d'Air Algérie se serait écrasé entre Gao et Tassalit avec 116 personnes à son bord.

Publié le 24 Juillet 2014

Encore un avion qui s'est fait descendre ? Quels vont-être les accusés ? Les pro-russes d'Ukraine sont un peu loin ? Les israéliens? Ils ont autre chose à faire puisqu'ils subissent des bombardements tous les jours. Alors qui ?

Les parasites islamistes ? Oui mais, avec quel armement ? On sait depuis longtemps que ce type d'armes ne sort pas des cerveaux d'islamistes contrits d'Allah. Sauf si les américains leurs en donnent comme dans le passé. N'oublions pas que ce sont eux qui forment les djihadistes en Syrie contre Bachar ! 

Parfois au cours de la journée les médias informent sur les nationalités. Des Français seraient parmi les victimes ! De quels types de français parle-t-on ? Car partir d'Afrique noire pour aller en Algérie nous pouvons nous poser des questions. On peut imaginer que ce ne sont pas des touristes lambda. Suite au prochain numéro.

Gérard Brazon

 

Air Algérie a perdu jeudi le contact au-dessus du Mali avec un de ses appareils transportant 116 passagers, selon la compagnie, et assurant la liaison entre Ouagadougou et Alger. Un Belge figurait au nombre des passagers. La présence d'un deuxième ressortissant belge, porteur d'une double nationalité, a été évoquée par un porte-parole du ministère belge des Affaires étrangères, en milieu d'après-midi, sans être toutefois confirmée.

Source: Le Vif.be

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a déclaré que l'avion d'Air Algérie s'était "probablement écrasé", avec à son bord 51 passagers français. "Malgré des recherches intensives, à l'heure où je m'exprime aucune trace de l'appareil n'a été retrouvée. L'avion s'est probablement écrasé. Les recherches se concentrent à ce stade sur une vaste zone du territoire malien autour de la région de Gao", a annoncé Laurent Fabius au cours d'une déclaration à la presse, jeudi en fin d'après-midi. 

"L'avion a disparu à Gao, à 500 km de la frontière algérienne", a déclaré le Premier ministre Abdelmalek Sellal, cité par la radio.

Selon le dernier bilan fourni par Air Algérie, l'avion a décollé de Ouagadougou avec 51 Français, 24 Burkinabés, huit Libanais, six Algériens, six Espagnols, cinq Canadiens, quatre Allemands, deux Luxembourgeois, un Belge, un Camerounais, un Égyptien, un Malien, un Nigérien, un Roumain, une Suissesse, un Ukrainien et "3 nationalités en cours de recherche" parmi les passagers.

D'après un porte-parole du SPF, un deuxième Belge portant une double nationalité pourrait également figurer parmi les victimes, mais l'information restait à confirmer.

"Des opérations de recherche ont été engagées et se poursuivent à l'heure actuelle dans la zone concernée", a indiqué Air Algérie en milieu d'après-midi. 

L'appareil, un McDonnell 83, avait été affrété à la compagnie espagnole de leasing Swiftair. A Madrid, le syndicat des pilotes de ligne Sepla a fait état de six membres d'équipage, tous espagnols. 

Le contact entre les services de navigation et l'équipage a été perdu alors que l'appareil survolait le nord du Mali, près de la frontière algérienne. 

Au Mali, malgré une intervention militaire internationale encore en cours, la situation est toujours instable dans le nord du pays, occupé pendant plusieurs mois en 2012 par des groupes armés djihadistes.

"L'avion n'était pas loin de la frontière algérienne quand on a demandé à l'équipage de se dérouter à cause d'une mauvaise visibilité et pour éviter un risque de collision avec un autre avion assurant la liaison Alger-Bamako", a indiqué une source malienne ajoutant que "le signal a été perdu après le changement de cap".

Selon un communiqué d'Air Algérie, "les services de navigation aérienne ont eu leur dernier contact avec le vol AH 5017 assurant la liaison Ouagadougou-Alger ce jour 24 juillet à 1 heure 55 minutes GMT (3h55 HB), soit 50 minutes après son décollage".

La région a été secouée par de "forts orages" dans la nuit de mercredi à jeudi, qui pourraient être à l'origine de la disparition, selon un contrôleur malien. 

Deux Mirage 2000 de l'armée française, basés à N'Djamena, sont à la recherche de l'appareil, a indiqué à Paris l'état-major des armées. 

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Claude Germain V 24/07/2014 20:31


Moins d'empressement de la part de nos poliloppes si ce fut des souchiens .......................

Claude Germain V 24/07/2014 20:29


N' oubliez pas le meurtre de Kadafi perpetré par Sarkozy sur ordre de Bernard Henry Levy et Obama .Le Philosoguignolesque  , l'homme qui aime les éléphants roses selon les dires de sa
compagne , avec sa famille a beaucoups d'interets forestiers en Afrique ............enfin bref , tout cela pour se demander , lors du meurtre de kadafi ou sont passés les dizaines de
missiles terre-terre , missiles sol-air , missiles air-air et missiles air-sols  que possedait feu l'armée lybienne TRES
TRES BIEN ARMEE PAR LES FRANCAIS , LES AMERICAINS ET UN PEU LES RUSSES  ??????? a travers les stepes africaines desertes les armes vont de çi de la selon l'humeur de leurs possedants
otoctones capricieux et barbares ...