L'appel à la prière se fait à Nanterre (92) au vu et su de tous. Mais pas un mot des politiques.

Publié le 16 Mars 2011

         Comme vous allez pouvoir le constater dans cet article de Jean Pavée, contributeur à Riposte Laïque, les minarets ont bien la fonction première d'être le lieu ou se fait l'appel à la prière. 

         Historiquement, le minaret n'existait pas du temps de Mahomet dans l’architecture musulmane. En conséquence, rien en religion ne peut justifier la présence de minarets sur des mosquées de France et de Navarre hormis la volonté claire pour ceux qui ne sont pas aveuglés par la bêtise, l'ignorance et la béatitude des moutons, de vouloir imposer un mode de vie, des règles et des lois venus d'ailleurs.

        L'UDC d'Oskar Freysinger a eut raison de les interdire en Suisse. Il faudrait que les politiques prennent conscience, pendant qu'il encore temps, de ne pas provoquer des Français-électeurs devenus trés hostiles aux mosquées et particulièrement aux minarets. Les élections approchent et pas seulement les cantonales. Je le dis mais je sais bien que, comme d'habitude, je crache en l'air.

 

          Le minaret dont parle Jean Pavée se trouve à Nanterre dans les Hautes de Seine. Non loin de la Défense et du centre administratif du Conseil Général, de la Préfecture et des différents tribunaux (Pénal, correctionnel, pour enfants et Prudhommaux). Cette mosquée est "interdite" depuis plus de dix ans car elle n'a jamais eu les autorisations me dit un policier travaillant sur Nanterre. Pourquoi? Elle fût construite à partir d'un habitat qui fût "transformé" par la suite. De facto, l'appel à la prière n'est pas autorisé puisque cette mosquée n'existe pas administrativement et juridiquement. Mais depuis combien de temps ces appels ? Environ quatre ans.

Il faut croire que les autorités municipales de Nanterre et départementales du 92 laissent faire puisque je ne peux imaginer qu'elles méconnaissent ce que des centaines de musulmans aux alentours savent. Quand je pense que l'on fait des misères aux propriétaires de maisons qui veulent ajouter une pièce, un garage ou monter une véranda du fait de normes administratives.

Vous noterez aussi que des émissions de télévision se font sur ces thèmes et que personne ne trouve étonnant si ce n'est choquant cet appel. Même pas le journaliste qui dit à son intervenant immigré (Capverdien catholique nouvellement converti à l’islam) : "J'entends l'appel à la prière donc je vous laisse par respect pour les musulmans" Plus dhimmis tu meurs.

Gérard Brazon

Nanterre : appel à la prière depuis une mosquée ?

Souvenons-nous. En novembre 2009, 57 % de Suisses s’étaient prononcés par référendum pour l’interdiction de la construction de minarets sur leur territoire. Sans refaire maintenant le débat préalable à ce référendum, avec moult arguments invoqués de part et d’autres, rappelons simplement que les partisans de l’interdiction, sans remettre en cause la liberté de culte, refusaient à travers ces constructions de minarets, l’expression d’un impérialisme architectural et l’éventualité de l’utilisation de ces tours islamiques pour un appel à la prière sur la voie publique.

En France, au lendemain de l’annonce des résultats de ce référendum, ce fut un concert d’indignation de tous les curés bien-pensants, qui se gaussèrent des craintes, exprimées par les partisans français de l’interdiction des minarets, ne voulant voir en elles que des fantasmes. « Jamais, on assisterait à des appels à la prière sur la voie publique en France … L’islam à la française peut s’en passer » qu’ils disaient.

Certes, Maxime Lépante avait bien constaté des entorses, comme ces « dix haut-parleurs qui sont installés chaque vendredi à midi par les musulmans de la mosquée Polonceau, quatre dans la rue des Poissonniers et six dans la rue Polonceau ! » (1), donnant droit au voisinage d’encaisser la nuisance sonore de prêches et de prières d’un imam. Mais nous connaissons l’argument victimaire, dont les media nous abreuvent « les pauvres n’ont pas assez de mosquées ou celles-ci sont si petites qu’ils n’ont pas le choix… ». Bref, tout cela comptait pour du beurre, nous signifiait-on avec une inconséquence puérile, refusant par là de voir certaines réalités.

Or, ces craintes n’étaient pas fantasmes : l’émission Teum-Teum du dimanche 6 mars, sur France 5, nous montre qu’un appel à la prière est bien lancée depuis une mosquée flanquée d’un minaret.

Teum-Teum est une émission mensuelle, se proposant de nous faire découvrir les banlieues, sous le regard du chaleureux Juan Massenya toujours empathique envers les personnes qu’il interviewe ; cette émission était consacrée aux nouveaux convertis, et était menée de façon objective, au sens où ce journaliste ne cachait pas les difficultés qu’avait eues deux jeunes femmes de culture musulmane, à apostasier la religion musulmane. Ce souci d’équilibre, étant plutôt rare dans nos média, méritait d’être précisé.

Pour en revenir à l’objet de cet article, à un moment où le journaliste interroge dans la rue, un jeune Capverdien sur son passage du catholicisme à l’islam, nous percevons un appel à la prière. Le son perçu est tout d’abord faible, puis on l’entend ensuite très distinctement. Vous pouvez le vérifier en revoyant l’émission (2) : à la 13° minute (13’25 à 14’10) et surtout à la 16° minute (16’17 à 16’45). Cet appel à la prière vient bien de la mosquée, puisqu’alors que les deux hommes arrivent dans la rue amenant à la mosquée, Juan Massenya, avec un pseudo-respect dégoulinant de soumission au relativisme culturel, seule fausse note de sa part lors de l’émission, clôt l’entretien en déclarant : « J’entends l’appel à la prière ; par respect pour toi et pour la religion musulmane, je vais te laisser te joindre à cette prière. »

Il semble donc que pour la première fois en France, est lancé depuis une mosquée ou son minaret, un appel à la prière résonnant fortement sur la voie publique, et donc au moins à environ 200 m autour. Quelle excuse va donc être évoquée cette fois-ci pour justifier cette réalité ? Le manque de mosquée « digne » et confortable ne pourra pas l’être, cette mosquée ayant été récemment construite. Qui a pris l’initiative de cet appel public ? Cet appel est-il couvert par la municipalité ? Les habitants du quartier sont-ils frappés de léthargie, pour ne pas riposter laïquement ? Une enquête par l’un de nos militants habitant dans les environs s’impose.

La lecture du synopsis de l’émission (3) révèle que l’entretien a été réalisé à Nanterre ; il s’agirait donc d’une mosquée à Nanterre. Mais en fouinant sur internet, il ne m’a pas été possible de vérifier si la mosquée perçue sur la vidéo se trouve bien sur le territoire de la commune de Nanterre. Serait-il possible à un lecteur de nous confirmer dans quelle commune se trouve cette mosquée.

A noter qu’en faisant l’inventaire des mosquées de Nanterre, il y a les mosquées « El Emir Abdelkader » et «Oqba Ibn Naafi » ; ce dénommé Oqba Ibn Naafi était le général conquérant du Maghreb, au VII° siècle. Référence plutôt surprenante des responsables de cette mosquée que de choisir ce général ; pour illustrer la religion célèbre pour son usage de la tolérance et de la paix, ce n’est pas le meilleur des choix. A moins de considérer que cette conquête n’était qu’une entreprise de paix ; ce qui est souvent la conception des justificateurs des guerres mahométanes. Le plus surprenant est tout de même qu’aucun membre des pouvoirs publics des environs ne trouve à protester contre cette appellation.

Cet appel à la prière relève peut-être d’une initiative isolée, mais ce serait un scandale qu’elle se poursuive ; si les pouvoirs publics ne réagissent pas, si le CFCM n’intervient pas pour ramener à la raison les responsables de cette mosquée, cela signifierait que cette attitude agressivement prosélyte est cautionnée. Il est pourtant radicalement hors de question de laisser poursuivre cette «expérience». Ce précédent, s’il n’est pas immédiatement interrompu par une riposte laïque, risque d’être suivi par une contagion d’appels effectués à partir d’autres mosquées sur le territoire français.

Dans le quotidien, l’Est Républicain, du 12 mars, le président du CFCM, Mohamed Moussaoui, réclame pour les musulmans de France le droit à l’indifférence (4). Il faut qu’il comprenne que les Français ne peuvent rester indifférents à des actes comme cet appel public à la prière. Il prétend vouloir trouver des solutions aux prières dans la rue ; qu’il en trouve donc également contre cet appel.

Jean Pavée

(1) http://ripostelaique.com/Dix-haut-parleurs-deversent-la.html

(2) (la vidéo de l’émission, encore visible 1 semaine)http://blog.france5.fr/TeumTeum/2011/03/04/voir-et-revoir-en-integralite-les-nouveaux-convertis-en-quete-de-spiritualite-ou-didentite/

(3) http://blog.france5.fr/TeumTeum/2011/02/22/teum-teum-les-nouveaux-convertis-en-quete-de-spiritualite-ou-didentite-diffusion-le-samedi-5-mars-a-15h00-sur-france-5-et-rediffusion-le-dimanche-6-mars-a-22h30/

(4) http://www.estrepublicain.fr/fr/france-monde/france-monde/info/4751529-Islam-Le-president-du-Conseil-francais-du-culte-musulman-Mohammed-Moussaoui-monte-a-son-tour-au-creneau-et-reclame-l-annulation-du-debat-sur-la-laicite-Le-droit-a-l-indifference

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

LA GAULOISE 17/03/2011 11:20



C'est archi-connu : nous avons les politiques les plus ( nuls ça , on savait) mais surtout les plud hypocrites et laches du monde.Et , bien sur, il y a ceux et celles qui
......"collaborent......" (Dieu quel vilain mot et qui nous rappelle de si tristes souvenirs! ) avec les indésirables.



Jean Valette (Johanny) 17/03/2011 08:00



IDEE !...


 


- En vue des élections présidentielles : Je vais écrire aux différents candidats comme aux dirigeants de tous les partis politiques, pour demander, au nom de ma religion, que soient prévus
dorénavant, dans les supermarchés, des rayons avec de la nourriture déjà bénie par le curé du coin ou à défaut par l'Evêque !... Ceci au titre de l'égalité des droits et pour revendiquer (c'est à
la mode) la non-stigmatisation de ma culture chrétienne !!!... Faute de réponse de leur part, ils iraient se faire élire chez Plumeau !!!.... Ceci avec copie aux journaux ... Y'a pas de
copyright, vous pouvez tous en faire autant !!!.... :-)