L’autocensure des médias officiels sur l’attaque islamiste contre Mme Royal

Publié le 23 Juin 2011

Agoravox

On a montré dans un article récent comme les médias se copient mutuellement sur Internet et souvent servilement mot pour mot (1). Aussi, quand ils s’abstiennent de le faire, est-on surpris et, partant, fondé à en déduire qu’ils entendent se singulariser pour livrer une représentation d’un événement qui leur soit propre. Un titre différent choisi pour un article quasi identique est particulièrement révélateur. Car, par sa fonction de vitrine, il vise à diriger l’attention sur ce que le journal juge essentiel. Le lecteur pressé s’en contente bien souvent.

 Le meeting que Ségolène Royal a tenu, samedi 18 juin 2011, à La Paillade, un quartier populaire de Montpellier, vient d’offrir un bel exemple de cette expression de son opinion par un journal. Il a fait l’objet, en effet, d’articles quasiment semblables, copiés sur une matrice originelle publiée par l’AFP : seuls les titres diffèrent.
 
Un incident d’une extrême gravité
 
- Un trouble à l’ordre public au cours du meeting d’une élue
 
Dans le cadre de sa campagne de candidature aux primaires socialistes pour la désignation du ou de la candidat(e) socialiste à l’élection présidentielle, Mme Royal avait réuni 700 personnes à « La Maison pour tous » de La Paillade. Or, son discours a été bientôt interrompu par des cris venus d’un groupe de femmes voilées et d’hommes : « Ségolène, casse-toi ! martelaient-ils. La Paillade n'est pas à toi !  ». Selon Le Midi Libre, il s’agirait de gens appartenant à un groupe qui se présente comme un « Mouvement des révoltés des quartiers populaires » : ils auraient obéi à une consigne du MIB (Mouvement Immigration Banlieue) pour dénoncer pêle-mêle, d’une part, les prises de position de Mme Royal contre l’excision et le port du voile et, d’autre part, son soutien « inconditionnel à Israël  » et à l’association « Ni putes ni soumises ».
 
La réaction de l’assistance comme celle de Mme Royal a été des plus appropriées. Les auditeurs ont couvert les slogans des perturbateurs aux cris de « Ségolène ! Ségolène  !  ». Et celle-ci a devant les journalistes à la fin du meeting exprimé clairement son intention de ne pas « laisser le champ libre à des intégristes qui n'ont pas leur place dans la République française s'ils se comportent comme cela. La République française, c'est la liberté, la fraternité, l'égalité ». « Ce qui les embête en effet, a-t-elle expliqué, c'est que je puisse venir dans les quartiers populaires, y être bien accueillie par les associations parce qu'ils voudraient que la République laisse à l'abandon ces quartiers et qu'ils puissent y faire la loi  ». « Ces gens ne feront pas la loi dans les quartiers de la République française  », a-t-elle conclu.
 
- La violation des lois de la République par un groupe d’islamistes
 
L’incident provoqué est on ne peut plus simple à qualifier.
 
1- On relève d’abord une violation de la liberté d’expression et du droit de réunion.
 
2- Il s’agit ensuite d’une pratique discriminatoire visant, par une appropriation illégale d’une partie du territoire de la République, d’en exclure une élue du peuple, présidente de la région Poitou-Charente
 
3- Enfin, ce groupe d’intégristes islamistes affiche clairement des revendications illégales discriminatoires : l’asservissement des femmes par le voile et l’excision.
 
L’incident de La Paillade est donc d’une extrême gravité.
 
La pratique de l’autocensure par les médias traditionnels à une exception près
 
Or, des neuf journaux étudiés, seule La Gazette de Montpellier appelle un chat un chat et livre par son titre une représentation fidèle de l’incident : « La Paillade : des intégristes tentent de perturber un meeting de Ségolène Royal  » (2) On est surpris de voir comme les autres médias traditionnels ne le perçoivent pas ainsi, voire se montrent timorés. Ils pratiquent l’autocensure. Les titres choisis font ainsi apparaître deux camps.
 
1- La nature islamiste de l’attaque mentionnée seulement par insinuation
 
Le premier réunit seulement deux journaux qui osent souligner une action de type islamiste mais avec une grande prudence par insinuation.
 
Le Nouvel Obs.com ne fait que le laisser penser en usant de la métonymie des « femmes voilées », qui ne montre que l’effet (la femme voilée) mais non la cause qui reste, comme il se doit, dissimulée (l’idéologie islamiste) : « Ségolène Royal, écrit-il, chahutée par des femmes voilées dans un meeting à Montpellier  » (3).
 
- L’Express, de son côté, mentionne bien les « intégristes », mais en en attribuant la dénonciation à Mme Royal pour ne pas s’exposer à en porter la responsabilité : « Royal, "candidate du peuple" qui ne veut "pas laisser le champ libre aux intégristes"  » (4)
 
2- Omission de la nature islamiste de l’attaque et/ou minimisation de l’incident 
 
Le second camp rassemble les six autres journaux qui pratiquent l’omission avec mise hors-contexte et/oul’euphémisme : la nature de l’attaque est dissimulée et/ou minimisée.
 
- Trois ne minimisent pas l’incident, mais masquent la nature islamiste de l’attaque : il s’agit du Figaro qui titre « Un meeting de Royal perturbé  » (5), du Point qui annonce : « Royal : meeting perturbé par des manifestants à Montpellier » (6) et de La Charente libre qui évoque « Un meeting de Ségolène Royal perturbé à Montpellier  » (7).
 
- Les trois autres non seulement dissimulent l’attaque islamiste mais la minimisent : une réunion publique où la liberté d’expression est violée devient une « réunion chahutée  » !
 
Le Monde parle de « Ségolène Royal chahutée dans un meeting à Montpellier  » (8), Libération, de « Royal chahutée pendant un meeting  » (9) . Le Midi Libre accentue même l’euphémisme d’un adverbe intensif  : « Montpellier : Ségolène Royal un peu chahutée à la Paillade », estime-t-il (10). En somme, rien de bien grave !
 
C’est vrai ! Ce sont seulement la liberté d’expression et le droit de réunion qui sont violés tandis que sont revendiqués l’appropriation privée d’une partie du territoire républicain et l’asservissement des femmes. Comment alors expliquer cette autocensure de certains des médias officiels français ? Masquer ces atteintes aux lois de la République n’est-ce pas au minimum faire preuve de complaisance envers ses ennemis ? Paul Villach
 
(1) Paul Villach, « La pieuse copie pilleuse et copieuse, ce déshonneur des médias de Panurge », AgoraVox, 14 juin 2011
(2) La Gazette de Montpellier, « La Paillade : des intégristes tentent de perturber un meeting de Ségolène Royal », 19.06.2011.
(3) Le nouvel Obs.com, « Ségolène Royal chahutée par des femmes voilées dans un meeting à Montpellier », 19.06.2011
(4) L’Express.fr« Royal, "candidate du peuple" qui ne veut "pas laisser le champ libre aux intégristes", 18/06/2011
(5) Le Figaro.fr, « « Un meeting de Royal perturbé », 18.06.2011
(6) Le Point.fr « Royal : meeting perturbé par des manifestants à Montpellier », 18.06.2011.
(7) La Charente Libre « Un meeting de Ségolène Royal perturbé à Montpellier », 18.06 2011 
(8) Le Monde.fr, «  Ségolène Royal chahutée dans un meeting à Montpellier », 18.06.2011.
(9) Libération.fr « Royal chahutée pendant un meeting », 18/06/2011.
(10) Le Midi Libre, « Montpellier Ségolène Royal un peu chahutée à la Paillade », 18.06.2011

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Marie-Claire Muller 23/06/2011 14:11



C'est la PRAVDA à la française!ces feuilles de chou ne servent plus qu'à se torcher et encore!!! tous ces journaleux qui ne publient pas la vérité toute nue sont complices de la situation
actuelle; et des politicards véreux qui nous assénent des demi- vérités ceci afin de nous cacher ce qui pourrait nous faire réagir!C'est bien que Madame royal ait pu juger de visu ce qui se
passait dans les zones de non droits que ses amis défendent,je n'apprécie pas Ségoléne pour sa politique Mittérandiste mais je dois reconnaitre son courage de s'être déplacée là ou même la police
ne s'aventure que par absolue nécessité.Les médias trop politisés ne sont plus crédibles il leur manque l'essentiel:( l'honnêteté intellectuelle) condition sine quanone pour faire un vrai boulot
d'information et non de désinformation qui est fait pour nous tromper Ils sont de droite ils sont de gauche mais plus journaliste!!!: Porte paroles avec "la langue fourchue"