L'Economie dans l'incertitude et à la dérive : des changements s'imposent

Publié le 8 Octobre 2012

Bruno Bertez / Le Blog à Lupus

On ne peut vouloir la croissance et non seulement ponctionner le pouvoir d’achat des ménages, réduire la croissance des dépenses publiques, pénaliser la compétitivité et, en même temps, entretenir une épée de Damoclès fiscale et réglementaire sur la tête des gens.
Keynes, qui est pourtant soi-disant leur maître -mais ils ne l’ont jamais étudié-, rappelait sans cesse qu’ aussi bien en matière de consommation et surtout d’investissement, la confiance était essentielle.
Les travaux des économistes américains ont parfaitement étudié le phénomène, en particulier celui qu’ils épinglent du nom de « Regime Uncertainty ».

Ce n’est pas l’incertitude du régime, chère aux lectrices de Elle, c’est l’incertitude non pas sur ce que l’on va manger, mais sur la manière dont on va être mangé par les Pouvoirs.
Les Pouvoirs, en modifiant sans cesse les règles du jeu économique, financier, fiscal, règlementaire, législatif, introduisent une incertitude majeure qui fait que, peu à peu, tout se paralyse, tout le monde se décourage de proche en proche. L’activité ralentit venant valider les pronostics pessimistes et la boucle s’auto-alimente.

La récession devient une prophétie qui se réalise d’être crue, alimentée à l’origine par les menaces des Pouvoirs sur les agents économiques. Menaces aggravées par les impréparations des décisions et les cafouillages qui en découlent. Relisez notre interview, très gentille, sur les faiblesses de la démarche budgétaire, interview donnée à Atlantico et reprise ci-dessous.

LIEN :Douce France/ Qui est encore capable d’avoir une véritable vision économique au gouvernement ? | Entretien Atlantico avec Bruno Bertez

Nous avons écrit que Hollande serait obligé de tourner casaque publiquement, nous avons dit qu’il avait fait la moitié du chemin, il lui reste l’autre moitié à parcourir. Le fera t-il de façon crédible, c’est la nouvelle question.
Mais il faudrait qu’il mettre un peu d’ordre dans sa maison car le charivari et la cacophonie s’installent.

Nous ne donnerons pas de nom car nous sommes charitables n’est-ce pas, mais les erreurs de casting doivent être corrigées dans une perspective de recentrage. Et pas seulement au niveau de Montebourg.
Un remaniement s’impose déjà, en bonne et honnête gestion.

Bayrou doit piaffer d’impatience. Hélas il n’est pas sûr que ses hennissements soient entendus et il n’est pas sûr que cela change grand chose. Il faudrait quelqu’un de compétent et compatible à un poste clef, porteur d’une expérience et d’une vision et, en même temps, disposant d’une estampille de gauche.
Nous pensons à quelqu’un comme Peyrelevade, ancien de chez Pierre Mauroy.
D’accord, nous sommes en avance, mais à quoi sert d’écrire si c’est pour tartiner sur ce que tout le monde sait déjà!

La situation est mauvaise et elle s’annonce catastrophique. La panique qui conduit à vouloir retarder le calendrier des élections à 2015 au lieu de 2014 est dérisoire et dangereuse. Les élections constituent une soupape dont un gouvernement serait criminel de se priver. Les élections, c’est mieux que de devoir tirer sur la foule…..

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

LMarie-claire Muller 08/10/2012 22:51


Francaisdefrance's Blog


07/10/2012


Irréprochable ! On répète : irréprochable !


Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @
10:03




Vous n’allez pas le croire !






Une info.





 




Histoire véridique.






Pas mal !! Après la « cagnotte » du sénat, voici…..






 











 




On a du mal à croire un truc pareil ! Et pourtant...






 




Un sénateur présente ses notes de frais à la trésorerie du Sénat, dont deux notes d’un même restaurant :








l’une de 1.428 euros (51 convives) et l’autre de 1.064 euros(38 convives),
etc.






 




Les services de la trésorerie ont cependant un doute : il semblerait qu’il s’agisse de fausses factures.






Aahbon?








…….que le resto en question appartient à la propre fille de ce sénateur…








aaahbon ? …








lequel sénateur y détient aussi des parts du capital ….








aaaahbon ?






Allégations évidemment réfutées par le sénateur qui s’indigne de ces soupçons et déclare vouloir porter plainte pour diffamation.








Il produit à l’appui de ses protestations d’innocence un communiqué de soutien de la Présidence du Sénat (sur papier à en-tête de la présidence, avec signatures et tout et tout …).






Problème : après une rapide enquête, ce document se révèle être un faux !


Récapitulons : népotisme, fausses factures, faux en écritures publiques, tentative de détournement de fonds publics, la totale quoi !








Vous-vous dites qu’une histoire comme celle-là se passait en Tunisie avant la révolution jasminisée, ou bien au Tadjikistan oriental ou à la rigueur dans une quelconque république
bananière d’Amérique du Sud !








 


Et bien non camarades ! Ca s’est passé en France en 2011








Le sénateur en question s’appelle Jean-Marc Pastor (PS)et, tenez-vous bien:il est un des trois
«questeurs» du Sénat, c’est-à-dire un des 3 bons garçons à l’attitude exemplaire chargés de gérer et de contrôler les 350 millions annuels que nous coûte cette «
noble » institution et qui ont essayé (je parle toujours des 3 questeurs) de s’octroyer dans la plus ou moins grande discrétion 3.500 euros de « prime » fin juin 2011.








Les sénateurs (de tous bords politiques faut-il préciser…) ont tenté en vain d’étouffer l’affaire afin qu’elle ne s’ébruite pas. Ça ferait mauvais effet pour eux….
Trop tard ! L’information a filtré !






Question :






Messieurs les sénateurs vont t’ils prendre des sanctions contre J.M. Pastor, révoquer son mandat, porter plainte contre lui ou quelque chose dans ce genre ?








Vous pouvez toujours courir mes amis ! L’année prochaine ou dans 3 ans, Pastor sera toujours sénateur et tout aura été oublié …






 




Jean Marc Pastor est sénateur PS du Tarn.
Article publié dans le journal Le Monde le 5 juillet 2011
http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/07/05/les-notes-de-frais-d-un-questeur-du-senat-empoisonnent-l-atmosphere-au-palais-du-luxembourg_1544843_3224.html


reçu par mail